A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Affrontements inter communautaires dans le cercle de Niono : Nouveau carnage
Le griotisme politique : une nouvelle fonction créée désormais en politique !
En un mot : Guerre d’usure
Saccage du village de Kignékan dans la commune de Guélékoro : quatre agresseurs écroués
Conseil des ministres du mercredi 22 mars : Tous les DFM sont limogés, le DG de CENOU relevé
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Affrontement intercommunautaire : "Privilégier le dialogue comme issue"

Dix morts et plusieurs blessés ont été enregistrés dans de nouveaux affrontements entre chasseurs Bambara et éleveurs Peulhs à Banikoro...

Lire

27-03-2017

Affrontements inter communautaires dans le cercle de Niono : Nouveau carnage

 

Grève santé, action sociale et promotion de la femme : Les etablissements de santé tournent au ralenti

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
EDM SA aux trousses des institutions de la République : Le nouveau Directeur général est un top manager et un patriote
Après 216 heures de grève, les enseignants reprennent les cours aujourd’hui
Crise du nord : Des chefs de l’ex-rébellion en désaccord avec la base
Situation du pays
Saccage du village de Kignékan dans la commune de Guélékoro : quatre agresseurs écroués
Le Ministre de la défense à Tombouctou : La stratégie de défense des FAMa redonne espoir
Redynamisation des FAMA sur le terrain : Une priorité pour la commission Défense et Sécurité de l’AN
ANGOLA
11 morts après des pluies torrentielles

Au moins onze personnes ont été tuées par des pluies torrentielles et des inondations qui ont aussi fait des milliers de sans-abri cette semaine dans le nord-ouest de l’Angola, ont annoncé les services de secours. Onze personnes - dont un enfant de deux ans et une personne de 70 ans - ont été tuées dans la province côtière de Luanda (nord-ouest) de mardi soir à mercredi matin, a expliqué à l’AFP le porte-parole provincial de la protection civile et des services d’incendie, Faustino Minguês. Au total, 500.000 personnes ont été affectées, plus de 5.000 habitations et plusieurs écoles et centres de santé notamment inondés, et plus de 340 familles sont désormais sans-abri, selon des sources officielles. Les victimes ont été emportées par ces inondations soudaines, électrocutées ou tuées dans l’effondrement de leurs maisons, a-t-il précisé. Plusieurs personnes sont en outre toujours portées disparues, selon l’agence de presse nationale Angop. La capitale Luanda a également été paralysée par ces inondations, qui ont provoqué des coupures de courant et d’eau potable et gravement perturbé la circulation. Selon M. Minguês, de nombreuses rues de la périphérie de la capitale ont été inondées. Les services de secours travaillaient jeudi au creusement de tranchées pour l’évacuation rapide de l’eau, le nettoyage des gouttières, des égouts et des fossés, selon le responsable. Ces pluies torrentielles ont eu lieu après cinq ans de sécheresse dans une grande partie du pays, et ont saturé d’eau de nombreux terrains. "Avec ces pluies intenses, nous craignons que de nombreuses maisons soient inondées parce que les sols ne peuvent pas absorber plus d’eau", a de son côté déclaré un responsable régional, Goncalves Namweya, à l’agence de presse Lusa. Des terres agricoles ont également été inondées et plusieurs routes sont impraticables dans la province, notamment dans les zones rurales, forçant les habitants à se déplacer en canoës fournis par les services d’urgence, a expliqué M. Namweya.AFP

EGYPTE
L’ex-président Moubarak, libéré, rentre chez lui

L’ex-président égyptien Hosni Moubarak a retrouvé la liberté vendredi, mais plusieurs figures du Printemps arabe dorment encore derrière les barreaux : dans l’Egypte de Sissi la révolution de 2011 vient d’être liquidée symboliquement. C’est son avocat Farid al-Deeb qui a annoncé vendredi le départ de M. Moubarak de l’hôpital militaire du Caire dans lequel il a passé l’essentiel de ses six années de détention. La libération de M. Moubarak qui avait régné sans partage sur le pays pendant 30 ans, vient briser définitivement les aspirations nées d’une révolution qui avait porté l’espoir d’un régime plus démocratique. Outre M. Moubarak, son ex-ministre de l’Intérieur, Habib al-Adly, qui symbolise la torture et les abus du régime, a aussi été acquitté pour les meurtres de manifestants pendant la révolte. En revanche, Alaa Abdel Fattah et Ahmed Douma deux des plus importants meneurs de la révolution, sont toujours en prison. Depuis que l’actuel président Abdel Fattah al-Sissi, ex-chef de l’armée, a destitué son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi en 2013, il dirige à son tour le pays d’une main de fer, éliminant toute forme d’opposition. Six ans après la révolution, les détracteurs de M. Sissi l’accusent d’avoir refermé la parenthèse démocratique ouverte avec le soulèvement de janvier-février 2011. - Traitement spécial - Pour sa part, M. Moubarak a été jugé dans deux grandes affaires depuis son départ du pouvoir. Il a notamment été accusé d’avoir incité au meurtre de manifestants pendant la révolte, au cours de laquelle quelque 850 personnes ont été tuées. Condamné à la prison à vie en 2012, il a été blanchi en 2014. Et le 2 mars dernier, la cour de Cassation a confirmé cet acquittement. Pour Adel Ramadan, avocat pour l’organisation de défense des droits de l’Homme Egyptian Initiative for Personal Rights, M. Moubarak a bénéficié d’un traitement spécial lors de son procès.AFP

GABON
hell se retire du pétrole et du gaz onshore

Le géant pétrolier anglo-néerlandais Royal Dutch Shell a annoncé vendredi la vente de ses activités dans le pétrole et le gaz onshore (terrestre) au Gabon à une société de l’américain Carlyle pour 587 millions de dollars. Shell a précisé dans un communiqué que, ce faisant, il cédait la totalité de ses actifs terrestres dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, à savoir cinq champs et des participations dans quatre autres champs que la major n’exploite pas directement. Les activités transférées comprennent aussi un oléoduc entre Rabi et Gamba et le terminal pétrolier de Gamba sud. Ces champs ont permis en 2016 la production de 41.000 barils équivalent-pétrole par jour. L’acheteur est Assala Energy Holdings, qui appartient à la société d’investissement Carlyle. Outre le prix d’acquisition, il va prendre en charge une dette de 285 millions de dollars liée à ces activités. Il pourrait aussi devoir verser jusqu’à 150 millions de dollars supplémentaires à Shell en fonction de l’évolution des prix et de la production de ces activités.Environ 430 employés de Shell sur place passeront sous l’égide d’Assala Energy lorsque la transaction aura été bouclée, vers le milieu de l’année d’après Shell. Pour cette major pétrolière, cette vente va entraîner l’inscription d’une perte exceptionnelle de 53 millions de dollars sur son résultat après impôt dans les comptes du premier trimestre 2017. "Shell est fier de ce qu’il a fait au Gabon lors des 55 dernières années. La décision de vendre n’a pas été prise à la légère, mais entre dans la stratégie de Shell de se concentrer sur la production en amont là où il est le plus compétitif", a expliqué Andy Brown, le directeur de Shell pour "l’amont" - qui comprend l’exploration et la production de pétrole brut et de gaz naturel. La compagnie pétrolière conserve toutefois deux permis d’exploration pour des blocs offshore (en mer) au large du Gabon.AFP

NIGERIA
3 morts dans des attaques dans un camp de déplacés

Cinq attaques suicide coordonnées ont frappé mercredi matin un camp de déplacés à la périphérie de Maiduguri (nord-est du Nigeria), faisant trois morts et une vingtaine de blessé ont indiqué des responsables des services d’urgence locaux.
"Cinq kamikazes en tout, tous des hommes adultes, étaient impliqués dans ces incidents et ont tué trois personnes", a indiqué à l’AFP Ibrahim Abdulkadir, porte-parole régional de l’Agence nationale de gestion des urgences (Nema).
Une vingtaine de blessés ont été conduits à l’hôpital de Maiduguri, capitale de l’Etat du Borno, à quelques kilomètres du camp, a-t-il ajouté.
La première explosion a eu lieu dans un bâtiment informel abritant près de 200 déplacés, où trois kamikazes se sont introduits et ont déclenché leur ceinture explosive, tuant deux personnes.
Les attaques suivantes se sont déroulées dans le camp de déplacés voisin de Muna.
"Les assaillants ont frappé à l’aube, vers 4h30, et ont provoqué des incendies de tentes", a confirmé à l’AFP Tijjani Lumani, le coordinateur de ce camp qui accueille des dizaines de milliers de résidents de la région.
Les Nations Unies estiment que près de 800.000 personnes ont trouvé refuge dans la grande ville du nord, fuyant le conflit entre l’armée nigériane et Boko Haram.
Le camp de Muna, non grillagé et facile d’accès, a déjà été la cible d’attentats-suicides coordonnés à la mi-février. Des organisations humanitaires ont dénoncé la semaine dernière une forte dégradation des conditions de vie dans le camp de Muna, notamment un grave manque d’approvisionnement d’eau. Le conflit a fait plus de 20.000 morts et 2,6 millions de déplacés depuis 2009 et selon l’ONU, 7,1 millions de personnes sont en "grave insécurité alimentaire" sur les pourtours du lac Tchad.AFP

 

Concours d’art oratoire : ‘’Kuma’’ pour permettre aux élèves maliens de s’exprimer bien en public
Afin de permettre aux élève maliens de mieux s'exprimer en public et d'assimiler les techniques d'expressions, Mediapolis Mali a initié ‘'Kuma'' à l'intention des établissements scolaires du district de Bamako. Un concours qui a été lancé, le samedi 18 mars 2017, au palais de la culture de Bamako sous la houlette du Directeur général de Médiapolis N'Da Kouassi Germain, en présence des (...)
 

Santé : L’OMS offre des kits médicaux et du matériel informatique au département
C'est avec une immense joie et une réelle fierté que Madame le Ministre de la Santé et de l'Hygiène publique, Dr Togo Marie Madeleine, a réceptionné une importante quantité des kits médicaux d'urgence et de matériels informatique offert par le bureau de l'Organisation Mondiale de la Santé au département de la santé et à l'institut National de Formation en Science de la Santé(INFSS). C'était (...)
 

© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés