A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Sécurisation de Kidal : Les Armées malienne et française jouent dans le même camp
Assainissement de Bamako : Toguna joue sa partition
Affaire RAS BATH : Le ministre de la Justice sur la sellette du CDR
Coopération Mali-Inde : Requinquer les relations
Football à Dioila : L’honorable Mamadou Diarassouba au secours du Baoulé club
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Mise en œuvre de l’Accord : Nécessaire coopération des pays du Sahel

Le chef de l’Etat semble plus que jamais conscient de la nécessité de rechercher une vision consensuelle dans le cadre du processus de sortie de crise...

Lire

27-09-2016

Processus de mise en œuvre de l’accord de paix : IBK annonce la tenue de la conférence d’entente d’ici à fin 2016

 

56e fête de l’indépendance du Mali : IBK annonce les chantiers de l’armée

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Le Pretoire | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Coopération Mali-Inde : Requinquer les relations
Concertations nationales : Jusqu’où ira le président IBK ?
5ème réunion du Comité technique des transferts de compétences et de ressources de l’Etat aux collectivités territoriales
Situation du pays
Sécurisation de Kidal : Les Armées malienne et française jouent dans le même camp
Intachdaite : Découverte d’une cache d’armes
Armées : Le soldat au cœur du vent du renouveau sur les FAMa
RDC
La situation s’apaise à Kinshasa après deux jours de violences meurtrières

La vie a repris un cours presque normal mercredi matin dans la capitale congolaise Kinshasa après deux journées de pillages et d’affrontements meurtriers entre forces de l’ordre et jeunes réclamant le départ du président Joseph Kabila. Le bilan de ces violences, ayant fait au minimum une vingtaine de morts, était encore impossible à établir précisément. Le porte-parole de la police congolaise devait s’exprimer à la mi-journée sur la télévision publique. Dans les quartiers centre et sud de la capitale de la République démocratique du Congo les plus touchés par ces affrontements violents, les transports en communs fonctionnaient de nouveau, selon des journalistes de l’AFP. La circulation était néanmoins plus fluide qu’un jour normal dans cette mégapole pauvre de 10 millions d’habitants habituée aux embouteillages. Les vendeurs à la sauvette qui avaient disparu pendant deux jours déambulaient de nouveau, leurs marchandises sur la tête. Les pompes à essence et les boutiques avaient majoritairement rouvert. Pas d’écoliers visibles dans les rues en revanche, les parents préférant les garder un troisième jour à la maison pour s’assurer que le calme était bien rétabli. Les violences - les plus meurtrières depuis les émeutes ayant frappé la capitale en janvier 2015 - ont éclaté lundi matin en marge d’une manifestation organisée par un "Rassemblement" d’opposition à trois mois de la fin du mandat de M. Kabila pour lui signifier son "préavis" et exiger son départ le 20 décembre. La population veut des emplois : Les autorités et les dirigeants d’opposition se sont renvoyé mutuellement la responsabilité des violences, qui se sont muées mardi en une multitude d’échauffourées opposant des jeunes à des policiers renforcés par des soldats. Ces violences ont été accompagnées lundi et mardi de nombreux pillages ou actes de vandalisme et d’incendies criminels ayant visé des permanences ou sièges de parti de la majorité et de l’opposition. AFP

LIBYE
Un pétrolier quitte le port de Ras Lanouf pour la première fois depuis 2014

Un pétrolier a appareillé avec 776.000 barils pour l’Italie mardi depuis le port libyen de Ras Lanouf pour la première fois depuis fin 2014, lorsque des combats ont éclaté pour le contrôle de terminaux du Croissant pétrolier, a-t-on appris auprès d’un responsable portuaire. "Le Seadelta, qui bat pavillon maltais, vient de quitter le port de Ras Lanouf avec 776.000 barils de pétrole et il se dirige vers l’Italie. C’est la première cargaison de pétrole à quitter Ras Lanouf depuis novembre 2014", a déclaré à l’AFP Omran el-Fitouri, le coordinateur des exportations pétrolières du port. Il s’agit également de la première confirmation du départ d’un pétrolier depuis l’un des quatre ports du Croissant pétrolier depuis que les forces armées commandées par le controversé maréchal Khalifa Haftar en ont pris le contrôle. Les forces du maréchal Haftar se sont emparées il y a une semaine des quatre terminaux de la région du Croissant pétrolier (nord-est) : Zoueitina, Brega, Ras Lanouf et Al-Sedra qui étaient jusqu’alors contrôlés par la milice des Gardes des installations pétrolières (GIP), alliée au gouvernement d’union nationale (GNA).Mais dans l’Est, l’autorité rivale du maréchal Haftar ne reconnaît pas sa légitimité et continue d’exercer le pouvoir sur de vastes portions de territoire. Dans un pays où les exportations de brut représentent la principale ressource économique, les terminaux du Croissant pétrolier sont depuis 2011 au coeur de toutes les luttes de pouvoir. La Libye a un besoin pressant de relancer son secteur pétrolier, sa principale ressource économique. Sa production de brut a été divisée par cinq depuis 2010, alors que le pays dispose des plus importantes réserves pétrolières d’Afrique (estimées à 48 milliards de barils). Mais le départ du Seadelta, s’il devait marquer la reprise des exportations depuis Ras Lanouf, "ne devrait pas avoir d’impact sur le prix du brut aujourd’hui", a estimé Jeffrey Halley, analyste chez OANDA, car "le volume de pétrole exporté par la Libye est relativement limité". AFP

GABON
Le président Ali Bongo se redit “prêt à rencontrer” Jean Ping

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba s’est redit "prêt à rencontrer" son rival Jean Ping, qui s’est proclamé élu au scrutin présidentiel du 27 août "afin que plus aucun Gabonais ne trouve la mort" du fait de la crise post-électorale, selon son porte-parole.
M. Bongo "est prêt à rencontrer tous les candidats de la dernière élection présidentielle, y compris M. Ping, afin que plus aucun Gabonais ne trouve la mort sous prétexte d’une revendication démocratique dont les mécanismes de résolution sont prévus par la loi et connus de tous", a assuré mardi soir à la télévision nationale le porte-parole du gouvernement, Alain-Claude Bilie-By-Nzé, en référence au contientieux électoral en cours d’examen par la Cour constitutionnelle.

Le porte-parole a par ailleurs dénoncé "des voix irresponsables (qui) s’élèvent à nouveau". "Ces voix, qui incarnent une violence politique jamais atteinte dans notre pays, promettent une instabilité durable si le résultat de la Cour ne leur était pas favorable", a accusé M. Bilie-By-Nzé. "Le dessein avoué de ces gens est de faire encore plus de victimes, comme si le nombre de morts déjà enregistrés et le deuil qui frappe de nombreuses familles gabonaises ne sont pas déjà des morts de trop", a-t-il ajouté.

M. Ping a saisi la Cour constitutionnelle le 8 septembre pour demander le recomptage des voix dans la province du Haut-Ogooué. Son adversaire Ali Bongo y a obtenu 95% des voix pour 99% de participation, selon les résultats de la Commission électorale (Cénap). Ce score lui a permis de l’emporter sur l’ensemble du pays avec environ 5.000 voix d’avance, selon la Cénap.

Leur proclamation le 31 août par le ministre de l’Intérieur avait déclenché des émeutes meurtrières et des pillages massifs. La Cour dispose d’un délai de quinze jours - jusqu’à vendredi - pour trancher, alors que des rumeurs évoquent un possible report de sa décision. AFP

KINSHASA
Heurts entre manifestants d’opposition et policiers

Des heurts ont opposé lundi matin plusieurs dizaines de jeunes manifestants d’opposition à des policiers anti-émeutes à Kinshasa avant une manifestation hostile au président congolais Joseph Kabila, selon des journalistes de l’AFP sur place. Aux cris de "Kabila dégage !" ou "Kabila doit partir !", les jeunes lançaient des pierres sur les policiers qui répliquaient à coup de grenades lacrymogènes vers 10h15 (09h15 GMT) sur le boulevard Lumumba, grande artère du centre de la capitale de la République démocratique du Congo. Au milieu des effluves roses des gaz tirés par les forces de l’ordre, émergeaient des drapeaux blanc et bleu de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti d’Étienne Tshisekedi, figure historique de l’opposition congolaise. Avant ces affrontements, plusieurs violences ayant causé des dégâts matériels avaient été commises en début de matinée. Des journalistes de l’AFP ont vu un minibus et une voiture incendiés à Limete, le quartier où avaient lieu les affrontements.A l’échangeur de Limete, point de départ de la manifestation devant commencer à 13h00 (12h00 GMT), plusieurs dizaines de jeunes, pour beaucoup avec des pierres à la main, scandaient des slogans hostiles au chef de l’État, en français et en lingala. Les manifestants ont mis le feu à une affiche montrant un portrait géant du président appelant au "dialogue" pour surmonter la crise politique que traverse le pays depuis sa réélection contestée en novembre 2011. Sur le boulevard Lumumba, la grande artère de Limete, plusieurs pneus ont été incendiés sur la chaussée en divers endroits et des jeunes, se présentant comme des partisans de l’opposition, filtraient les voitures, ne laissant passer que les journalistes. Réuni autour de M. Tshisekedi, un "Rassemblement" des principaux partis d’opposition a appelé à manifester lundi dans tout le Congo pour signifier à M. Kabila son "préavis", trois mois avant l’expiration de son mandat, le 20 décembre, et exiger la convocation de la présidentielle censée avoir lieu avant cette date. AFP

 

Arts et Cultures : La Biennale spéciale lancée
Placée sous la présidence du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, l'édition spéciale 2016 de la Biennale artistique et culturelle a été lancée le 21 septembre au Palais de la culture. La manifestation culturelle regroupera les troupes régionales du Mali fin décembre à Bamako. Plus grand rassemblement artistique et culturel, la Biennale signifie, pour le peuple malien, le (...)
 

Épidémies Animales : Le Mali menacé par la fièvre de la “vallée du rift”
Le Mali renforce la vigilance épidémiologique après la confirmation d'une quarantaine de cas de fièvre hémorragique de la “vallée du rift” au Niger. Le foyer de l'épidémie est situé à quelques kilomètres de la frontière malienne, à Tchintabaraden, village situé dans la région de Ménaka. Depuis près de deux mois, une épidémie de fièvre hémorragique sévit à la frontière Mali-Niger. (...)
 

© 1999-2016 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés