A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
En un mot : La première victoire de Moussa Sinko
Front social : Les transporteurs en grève illimitée
Cooperation transfrontalière : Les efforts de Aguibou Diarrah récompensés par le prix personnel « Sail of Papenburg »
Sikasso : un accident de la circulation fait 3 décès et 2 blessés
Communiqué de la vingt-deuxième session du comité de suivi de l’accord (csa)
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Grève : Des discussions engagées avec les transporteurs

Les discussions engagées hier dans les locaux du Synacor-Mali entre la direction nationale du transport, le Patronat et les syndicalistes n’ont pas permis aux acteurs de conclure un accord.

Lire

18-12-2017

Front social : Les transporteurs en grève illimitée

 

Terrorisme : 6000 djihadistes débarquent, le Sahel s’inquiète

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Tiéman Hubert Coulibaly à propos du report des élections : « Il n’y a aucun agenda caché… »
SCRUTINS 2018 : L’État s’engage à organiser la présidentielle et les législatives à bonne date
Attaques contre les casques bleus a Kidal : Les soupçons de la Minusma
Situation du pays
Éducation : Les enseignants en grève de 216 heures à partir de ce lundi
Niafunke : Un convoi des FAMa attaqué par des hommes armés
TESSIT : la pénurie d’eau décime le bétail à Tarajaba
AFRIQUE
Arrivée à Roissy des premiers réfugiés sélectionnés par la France en Afrique

Les premiers réfugiés que la France est allée chercher en Afrique, sur les 3.000 qu’Emmanuel Macron s’est engagé à "réinstaller" d’ici 2019, sont arrivés lundi à l’aéroport de Roissy (Val-d’Oise), et deux autres groupes sont attendus d’ici mercredi, a constaté l’AFP. Dix-neuf personnes, des Soudanais ainsi qu’une famille centrafricaine, sont arrivées vers 06H00 en provenance de N’Djamena où ils vivaient dans des camps du HCR (Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies). "J’ai passé quatre ans dans un camp, on était mille là-bas", explique Djamel, 42 ans, arrivé avec sa femme et ses quatre enfants, occupés à tremper un croissant dans le chocolat chaud offert à leur arrivée. Cet ancien épicier, qui prenait l’avion pour la première fois, se dit "fatigué" mais "content", même s’il n’a "aucune idée de l’endroit où il va" - il devine juste, à la doudoune qu’on lui a fournie au départ, qu’"il fait froid". Les nouveaux arrivants, qui ont reçu le document attestant de leur statut de réfugiés des mains de l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides), sont ensuite montés dans des cars en direction de Thal-Noirmoutier (Bas-Rhin) où ils seront logés dans un vaste couvent en grande partie inoccupé, où vivent encore quelques religieuses. "Ils y resteront quatre mois avant d’être orientés vers des logements durables".AFP

ZIMBABWE
L’armée annonce la fin de l’opération qui a fait chuter Mugabe

L’état-major de l’armée zimbabwéenne a officiellement annoncé lundi la fin du coup de force qui a précipité, le mois dernier, la fin des trente-sept ans du règne sans partage exercé par l’ancien président Robert Mugabe sur le pays. Traditionnels soutiens du régime depuis l’indépendance du pays en 1980, les militaires sont intervenus dans la nuit du 14 au 15 novembre dans les rues d’Harare pour dénoncer le limogeage du vice-président Emmerson Mnangagwa. Placé en résidence surveillé, M. Mugabe, 93 ans, a démissionné une semaine plus tard, lâché par son parti. "Les forces de défense et de sécurité prononcent la fin de l’opération +Restaurer la légalité+", a annoncé le commandant de l’armée de terre du pays, le général Phillip Valerio Sibanda. "La normalité règne à nouveau dans notre pays. Nous voulons remercier tous les Zimbabwéens pour leur soutien, leur patience et leur compréhension pendant les cinq semaines de l’opération", a poursuivi l’officier lors d’une conférence de presse. Les militaires sont sortis de leurs casernes pour empêcher la Première dame Grace Mugabe de succéder à son mari. C’est elle qui avait obtenu le départ du vice-président, considéré jusque-là comme le dauphin du "camarade Bob". M. Mnangagwa a été investi président par intérim jusqu’aux élections prévues à la mi-2018.AFP

Zimbabwe
Mnangagwa promet un "nouveau chemin" à son parti et au pays

Le nouveau président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa a symboliquement refermé vendredi la page de l’ère Robert Mugabe en promettant aux cadres du parti au pouvoir réunis en congrès "un nouveau chemin" au service des "rêves" du pays. S’il a rendu, pour la forme, "hommage" à son prédécesseur, M. Mnangagwa a dénoncé vendredi son bilan.Depuis son investiture, Emmerson Mnangagwa, 75 ans, surnommé le "Crocodile" pour son caractère impitoyable, a promis de redresser l’économie du pays, d’y créer des emplois et d’y faire revenir les investisseurs étrangers.Il s’est également engagé à organiser, "comme prévu", les élections présidentielle et législatives en 2018. Elles seront "libres et justes", a assuré celui qui a déjà été investi candidat du parti pour le scrutin présidentiel. De nombreux opposants ou membres de la société civile doutent toutefois de M. Mnangagwa, ce cacique de l’ancien régime qui s’est signalé comme un exécuteur appliqué des basses œuvres répressives de l’ex-président.Après la nomination de deux généraux au gouvernement, l’opposition s’inquiète désormais d’une militarisation de l’état-major du parti à la faveur du congrès de vendredi.AFP.

Cameroun
Opération de l’armée dans une localité du sud-ouest anglophone

L’armée camerounaise a mené une opération contre des séparatistes présumés dans une localité du sud-ouest anglophone, faisant des "morts" chez les assaillants, nous ont affirmé vendredi des sources sécuritaires.La presse affirmait également que c’est précisément à Dadi qu’aurait été tournée il y a quelques semaines une vidéo d’un "général" sécessionniste, Ayaba Cho Lucas, "chef d’état-major" de l’ADF, passant en revue ses troupes, une poignée d’hommes en treillis, au beau milieu d’un village aux pistes de latérite.Il n’était pas possible vendredi de déterminer si les militaires camerounais sont intervenus pour effectivement repousser -comme ils l’affirment- une attaque sécessionniste, ou pour déloger les séparatistes d’une zone qu’il contrôlaient depuis plusieurs jours.La zone de Mamfé, capitale de la Manyu, dans la province du Sud-ouest, est devenue ces dernières semaines l’épicentre des violences entre les forces de sécurité gouvernementales et des "assaillants" que le gouvernement affirme être des "sécessionnistes".La sécurité dans les régions anglophones du Cameroun, en proie à une grave crise socio-politique depuis un an, s’est considérablement dégradée en un mois. AFP.

 

Fonds d’appui a l’industrie cinématographique : Une bouffée d’oxygène pour le secteur cinéma
Les députés ont voté la loi sur le Fonds d'appui à l'industrie cinématographique à 96 voix pour, zéro contre et zéro abstention, le 30 novembre 2017, dans la salle Modibo Keïta de l'Assemblée nationale. Elle vise à promouvoir et développer la production cinématographique et audio visuelle dans notre pays. En effet, le Fonds d'appui à l'industrie cinématographique reçoit en dotation initiale (...)
 

Centre National d’Appareillage Orthopédique du Mali : Un budget équilibré à plus de 638 millions de FCFA
La Maison des Aînés de Bamako a abrité le vendredi 8 décembre 2017, la 14e session du conseil d'orientation du Centre National d'Appareillage Orthopédique du Mali (CNAOM). Les administrateurs ont passés en revue : l'examen et l'adoption du compte rendu ainsi que l'évaluation du point d'exécution de la 13 ème session du conseil d'orientation, l'examen et l'adoption du rapport d'activités 2017 (...)
 

© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés