Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Zénith-Balé
Investiture du Président : Le compte à rebours lancé, le plus difficile commence

C’est le vendredi dernier, 8 juin, que le nouveau Président réélu, ATT, a été investi dans ses nouvelles fonctions de chef de l’Etat par la Cour Suprême, quatrième Institution de la République du Mali. Pour la circonstance, plusieurs homologues du Président ont fait le déplacement de Bamako pour être témoin vivant de cette " fête nationale ". Il s’agit des Présidents El Hadj Omar Bongo Ondimba du Gabon, doyen des chefs d’Etats africains et dont la présence à une rencontre lui confère une importance toute particulière, Denis Sassou Nguesso du Congo Brazza, Idriss Déby Itno du Tchad, François Bozizé de la République Centrafricaine, Sidi Ould heick Abdelayi de la République Islamique de Mauritanie et Thomas Yayi Boni du Bénin qui est toujours fasciné par le seul nom de ATT.

Trois pays étaient représentés par leurs Premiers ministres : Guillaume Soro pour la Côte d’Ivoire, Maki Sall pour le Sénégal et celui du Maroc.
La France était représentée par son Ministre des Affaires Etrangères, le Dr. Bernard Kouchner, la Gambie par sa vice Présidente, les Etats-Unis par le Secrétaire d’Etat à l’agriculture. Plusieurs autres hautes personnalités ont pris part à cette investiture du Président de la République Amadou Toumani Touré.

A l’échelle nationale on pouvait noter également la présence de cinq des sept candidats malheureux à la présidentielle du 29 avril 2007 : El Hadj Ibrahim Boubacar Kéita, Dr. Oumar Mariko, Mamadou Bacary Sangaré dit Blaise, Mme Sidibé Aminata Diallo et Dr. Madiassa Maguiraga. Etaient aussi de la fête les anciens Premiers ministres de notre pays et plusieurs autres autorités politiques, administratives et militaires.

Pour la seconde fois de sa vie, ATT s’est présenté et a prêté serment devant les membres de la Cour Suprême, la plus haute autorité judiciaire du Mali. Tout de blanc vêtu, ATT est apparu extrêmement heureux en voyant la salle Djélibaba Sissoko pleine comme un œuf, mais cet immense bonheur qu’a ressenti le Président dépendait pour une bonne part de la présence de ses nombreux et prestigieux homologues du continent.

Ce cap franchi, le plus difficile commence pour le Président ATT qui incarne l’espoir de toute une nation. Espoir par ce que les Maliens ne croyaient plus en rien tellement la première et la deuxième République ont déçu. La troisième République qui est née avec la démocratie a apporté un certain baume au cœur de nos concitoyens.

C’est ainsi que lorsque l’ancien commandant de la garde présidentielle, patron des commandos parachutistes s’est lancé dans la course, les Maliens dans leur grande majorité lui ont témoigné leur sympathie et leur reconnaissance car, cet homme, ATT, a mis fin au carnage dont étaient victimes les populations maliennes de Bamako, Ségou, Kati etc. Nous étions en mars 1991.

Arrivé donc à la magistrature suprême par la voie des urnes en 2002, il n’avait d’autre choix que de poursuivre ce qu’il partageait en commun avec le peuple malien. Ses cinq premières années à la tête du Mali ont produit des résultats concrets que l’on peut toucher du doigt.

ATT a trouvé que tout est prioritaire au Mali même s’il y a des priorités parmi les priorités : école, santé, logements, infrastructures routières, agriculture, sécurité alimentaire, bonne gouvernance entre autres.

Ce second mandat qu’il a entamé depuis le 8 juin 2007, est son dernier en tout cas selon la Constitution. Et ATT n’a pas le droit de décevoir et pour cause, il est cité en exemple un peu partout à travers le monde.

Ce soldat de la démocratie a inspiré l’un des plus prestigieux putchistes africains : le colonel Wal de la Mauritanie qui a organisé la transition d’une de main de maître pour ensuite remettre le pouvoir aux civils, il constitue pour certains de ses homologues comme une légende vivante. C’est le cas notamment du " jeune Président " béninois Thomas Boni Yayi qui se dit toujours émerveillé de prendre conseil auprès du grand frère ATT comme il le dit lui-même.

ATT, Président du PDS (Parti de la Demande Sociale) est sur ce qu’on appelle la dernière ligne droite qui doit, s’il s’y met comme prévu, l’amener vers la consécration. Dans cette mouvance, il est impératif qu’il mette de " l’ordre " dans l’immense cercle de ceux qui se réclament de lui et qui font exactement le contraire de ce que prône le Président dans un véritable trafic d’influence. Jusque là ATT a réussi ce que ceux qui ont fait 10, 23 et 8 ans n’ont réussi, à savoir, associer tous à la gestion de la chose commune.

Le compte à rebours qui est lancé depuis le vendredi dernier, constituera un réel challenge pour Amadou Toumani Touré et les siens quant à la satisfaction des nobles et légitimes attentes des Maliennes et des Maliens.

Si Dieu nous prête longue vie, le 8 juin 2012 nous dresserons Incha Allah le bilan de ce second quinquennat.

Diakaridia YOSSI

11 juin 2007.

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés