Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Zénith-Balé
Le coeur endurci et la colonisation : Ce n’est pas ça la France


L’esprit le plus rationnel peut faire sa jonction, un jour ou l’autre, avec un passage de la Torah, la Bible ou du Coran ! En effet, dans l’excellent livre ‘’Science et Quête de Sens’’, sous la Direction de Jean Staune, Maître de Conférences à HEC et Secrétaire Général de l’UIP, édité par les Presses de la Renaissance en avril 2005, Arthur EDDINGTON a dit ceci : ‘‘Depuis 1927 (année au cours de laquelle a été effectuée la première synthèse de la Mécanique Quantique), un homme intelligent peut de nouveau croire en l’existence de Dieu !’’.

Ainsi, l’attitude arrogante et ostentatoire de Monsieur Nicolas Sarkozy vis-à-vis de la colonisation et du Continent Noir, me fait penser à ce passage du Coran et de l’Ancien Testament concernant le Prophète Moïse et le Pharaon. Ce dernier a systématiquement refusé de reconnaître la vérité malgré l’évidence et Dieu lui ‘’endurci’’ le cœur ! On sait aujourd’hui que ce Pharaon a été retrouvé et les savants confirment que son cœur a été effectivement ‘’endurci’’ comme un métal !

On dit aussi qu’au moment où les hébreux ont fini la traversée de la Mer rouge, ou tout était perdu pour Firaouna, où tout était devenu trop tard, où la mer dans sa force de furie reprenait sa place, où la mer engloutissait ce Pharaon de l’Exode et ses armées, ce Pharaon qui, lui aussi avait le commandement du monde de son temps, avait alors voulu croire, mais l’Ange Gabriel enfonce du sable dans sa gorge pour l’empêcher de faire la profession de foi et pour l’empêcher d’être pardonné !

Nous ne nous sommes jamais fait d’illusion sur les convictions du candidat Sarkozy ; elles sont absolument les mêmes que celles des étudiants de l’Association OCCIDENT qui nous traquaient vers les années 60-70 ; dénigrement des Africains et de l’Afrique ; défense et illustration de la colonisation qui nous a appris à lire et à écrire, sans quoi nous serions encore dans les arbres où ils ne nous avaient pas trouvés quand ils étaient venus détruire et exploiter ; les malheur de l’Afrique qui doit incomber à ses rois et à ses présidents dictateurs ; et patati et patata ; enfantillages d’ignorants pour enfantins !

Nous avions cru pouvoir opter ne serait-ce qu’en sympathie pour la candidate socialiste, Mme Royal mais elle tombe dans le piège de la naïveté et de la surenchère et se fend de la monstruosité suivante : ‘’l’Iran ne doit même pas accéder à la connaissance scientifique de la technologie qui lui permettrait l’utilisation pacifique de l’énergie atomique’’ ! Dès lors, l’homme libre peut-il choisir entre l’hypocrisie dévoilée et l’arrogance insultante ?

Nous avons compris que même la science utile nous est interdite dans l’univers Royal -Sarkozy ! Le monde est en constante évolution ; il y a eu entre autres, Alexandre la Grand de Macédoine, Gengis Khan, Attila, mais il y a eu aussi Kankan Moussa, Aboubakary II, Sonny Ali Ber, Askia Mohamed, puis Thomas Jefferson, Napoléon Bonaparte, ensuite Hitler et Mussolini, mais il y a eu De Gaulle, Adenauer, Kennedy, Lénine, Mao, Hochimin, Nasser, Bouguirba, Mohamed V, Nkuamah, Modibo Kéïta, Nyéréré et Nelson Mandela et, aujourd’hui, on a Bush et Sarkozy ! Il n’est pas prévu que le monde finisse entre 2007 et 2012. Ces hommes aussi passeront et le monde continuera son évolution.

Mais, il y a quelques semaines, M.Nicolas Sarkozy est venu jusque dans notre vestibule pour nous dire ses vérités, ses vérités au nom de l’Europe qui ne l’a point mandaté parce que l’Europe est bien trop fine pour venir nous jeter sur la figure chez nous, le crachat gras et épais préparé de longue date pour se payer du nègre en Nubie ; ses vérités que les Français que je connais, même ceux qui l’ont élu ne partagent pas.

Du reste, ses vérités à lui, ne sont même pas des contrevérités, ce sont des non vérités ! Avec tout le respect que j’ai pour la France et pour le Président de la France, je pense que ce dernier doit se défaire de ses conseillers qui lui ont mis dans la bouche ces jolies platitudes : ‘‘ Je veux, ce soir m’adresser à Tous les AFRICAINS qui sont si différents les uns des autres, qui n’ont pas la même langue, qui n’ont pas la même religion, qui n’ont pas les mêmes coutumes, qui n’ont pas la même culture, qui n’ont pas la même histoire, et qui pourtant se reconnaissent les uns les autres comme des Africains. Là, réside le premier mystère de l’Afrique’’ !

Il est inutile de lire le reste du discours ; certains Africains en lisant ces mots sont si fâchés qu’une seule cuillerée suffit à remplir leur estomac ! Quant à moi, Professeur de mon état, j’ai éclaté de rire ! Je n’aime pas ceux qui enseignent ce qu’ils ne connaissent pas. Par Dieu, on peut lui retourner exactement mot à mot la même chose, mais il n’a pas réalisé cela sinon il n’allait jamais tenir un tel discours ! Si on en doute voilà : ‘‘ Je veux, ce soir, m’adresser à tous les Européens (ou à tous les Asiatiques, ou à tous les Américains) qui sont si différents les uns des autres, qui n’ont pas la même langue, qui n’ont pas la même religion, qui n’ont pas les mêmes coutumes, qui n’ont pas la même culture, qui n’ont la même histoire et qui pourtant se reconnaissent les uns les autres comme les Européens. Là, réside le premier mystères de l’Europe’’ !

Voici le genre de démagogie servie par un étranger à notre jeunesse, en se campant dans la posture des prophètes à ceux qui ne savent pas et à qui on découvre les dix commandements de Moïse ! Où est le mystère ? Il se trouve que ce qui est exhibé comme mystère de l’Afrique est aussi le même mystère de l’Europe, le même mystère de l’Asie et le même mystère de l’Amérique ! Ainsi, le discours de M. Nicolas Sarkozy est injurieux pour l’Afrique, mais sans le savoir, il est aussi injurieux pour l’Europe, pour l’Asie et pour l’Amérique.

Quand on est malin et quand on construit une phrase, il faut toujours prévoir la réaction du démon de Boltzmann qui va construire votre phrase à l’envers ; et encore une fois, il me vient à l’esprit l’adage du vieux peul qui dit : « Quand je vois quelqu’un qui se croit plus malin que moi, alors je me surprends à avoir pitié de lui ». Nous intellectuels africains ne pouvons pas tolérer qu’un homme insulte tout un continent en se dissimulant dans son drapeau de président fraîchement élu de son pays. C’est pourquoi, par respect pour son pays que nous aimons, nous ne nous adressons pas au Chef d’Etat pour venir dans le discours polémique du monde intellectuel et universitaire et, là, on ne fait de cadeau à personne !

Parlons maintenant de nos guerres ; vous le savez M. l’avocat, il s’agit de guerre de sous-développés. Depuis l’Antiquité, vos guerres, elles, sont essentiellement des guerres de domination et d’extermination : Sparte, Rome, Carthage, Byzances ; les guerres de trente ans et de cent ans, l’esclavage et la traite des Noirs, l’invasion planétaire par vos armées de mort, de conquête, d’humiliation et d’exploitation en Amérique, en Asie et en Afrique ; c’était cela la colonisation ; les deux guerres mondiales d’extermination au niveau planétaires, selon les termes mêmes du Général de Gaulle, impliquant les peuples africains innocents qui servaient de chaire à canon et sans le moindre signe de respect et de reconnaissance ; les guerres d’Irak, de l’Afghanistan, de Palestine et la menace sur l’Iran, le Soudan, la Corée du Nord, le Venezuela, et sur qui encore ?

D’horreur, je ne voudrais pas en parler, l’Afrique a eu des petits dictateurs créés et entretenus par vous et pour vous servir ; mais elle n’a jamais produit et ne produira jamais de Hitler, les généraux serbes qui inventèrent l’épuration ethnique. Est-ce que les guerres de sous-développés sont plus odieuses que les guerres d’extermination, de domination et d’ego ?

Finissons par la colonisation. Mr l’avocat vous faites le panégyrique de la colonisation, votre colonisation. Vous-même ou vos ascendants directs n’ont pas colonisé et vous n’avez pas été colonisés ! Dans ce cas, et en toute honnêteté morale et intellectuelle, qu’en savez-vous ? Personnellement, et en toute honnêteté intellectuelle, je ne vous considère pas comme colonialiste car vous n’avez pas eu la possibilité matérielle de l’être de nul passé et de nul côté. Vous dites partout que vous refusez de vous repentir de la colonisation ; vous êtes innocent de cette colonisation, mais alors de quoi vous allez vous repentir et qui ose vous le demander ? C’est trop facile, Mr l’Avocat de brouiller les cartes et de venir braver la douleur et l’humiliation des anciens esclaves et des anciens colonisés.

Vous avez dit Mr l’Avocat, que les Français colonisateurs n’ont fait que le bien de Dieu aux Africains qui, par ailleurs vous débilisez ; les colonisateurs ont fait des ponts, des routes et même des barrages ; mais Monsieur l’Avocat, ils ne le faisaient pas pour nous. Quand le génie militaire de Napoléon construisait des routes et des ponts pour envahir l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne et la Russie, est - ce pour le bien et pour le progrès de ces peuples ?

En Afrique, le colonisateur procédait de la même manière. Le chemin de fer Dakar - Niger, c’était pour développer son commerce et envahir le Soudan ; le barrage de Markala et l’office du Niger, c’était essentiellement pour nourrir son peuple et ses armées engagées contre les Allemands ; les écoles, c’était pour créer les outils pour servir l’administration de la colonisation et non par humanité. Savez-vous, Mr l’Avocat que ces routes, ces ponts et ces barrages ont été construits en travaux forcés bien plus humiliants et meurtriers que les STO en Allemagne dont vous avez certainement entendu parler ; nos professeurs blancs avaient bien caché les STO dans l’enseignement qu’ils nous dispensaient et pour cause !

Les Allemands avaient tous les défauts et nous étions ‘‘éduqués dans la haine de l’Allemand’’ jusqu’au jour de l’indépendance où nous avions découvert ce peuple blanc respectable comme les autres, loin de tout ce dont nous avions été nourris. Nous avons constaté que les Allemands ne sont pas tous blonds, qu’ils n’étaient pas tous nazis et exterminateurs de Juifs. C’est un peuple charmant, de grande humanité, aux nobles principes humains.

Ainsi, pendant la colonisation, il y avait quelques hommes et femmes français hostiles aux méthodes odieuses de la colonisation et du colonisateur ; j’en veux pour preuve des hommes et des femmes, humanistes qui avaient fait bien plus que d’enseigner, Mr Jean Crouzette, Mr et Mme Tidone, Mr Alfred Garçon, Mr Thibaudat ancien prisonnier et STO en Allemagne qui aimait nous raconter que ses maîtres allemands le traitaient bien, avant qu’il ne s’évadât, le Proviseur Guy Brosse, Mr et Mme Bournouville et même Mme Faure, qui nous reprochait de parler du ‘‘petit nègre’’, ce qui nous faisait éclater de rire parce que nous étions réellement de petits noirs ; au début, elle était fâchée que nous ne fûmes pas fâchés et quand elle a compris l’humour, elle est devenue pour nous une vraie mère et a fini, je crois, par nous aimer. Des exemples comme cela crevaient le territoire du Soudan !

Nous étions des bêtes de somme qui transportaient sur nos têtes ou en hamac, le colonisateur, son fret et ses armes avec lesquelles il nous tuait, à travers forêts et savanes. Nous étions battus, attachés au soleil, nous semions le blé que nous récoltions pour le céder gratuitement au maître colon et nous coupions en travaux forcés du bois pour faire marcher ses vapeurs sur le fleuve Niger. Nos femmes étaient violées comme les esclaves dans les plantations américaines. Nos jeunes étaient enlevés pour être soldats et envoyés sur tous les fronts : c’étaient les tirailleurs.

Nous avons été exterminés à Thiaroye, à Médine (Kayes), sur le Tata de Sikasso, dans le pays bobo, à Tacoumbao (Tacoumbaw), à Elwalidji, à Wani, à Gabéro, à Andéranboukane (Adhar N’Boucar), etc. Nous avons été exilés au Gabon, à Lyon et d’autres au Soudan même. Nous étions malléables et corvéables à merci. C’est donc trop facile de tenter de culpabiliser les Africains pour masquer les crimes de la colonisation ; cette colonisation qui a envoyé ses armées et ses missionnaires pour semer la mort, la haine, l’humiliation, la destruction de la culture et de la personnalité de l’Afrique, pour conquérir nos terres, nos biens, nos personnes et nos âmes.

Mr Sarkozy a dit, en son temps, au Président Wade de s’occuper des affaires du Sénégal et de lui laisser, lui Français, les affaires de la France ! Que vient-il donc faire dans les affaires de l’Afrique ? Que sait-il réellement de l’Afrique et des Africains pour se camper en donneur de leçons à notre jeunesse. Nous n’avons pas besoin de ses leçons ! Le candidat Sarkozy et son conseiller Patrick Devedjan narguaient l’Afrique en répétant à tout vent que la France n’a rien à se reprocher dans le domaine de la colonisation, alors que sous leur propre action, la France a adopté des lois concernant la colonisation turque en Arménie pour condamner quiconque ignore qu’il y a eu colonisation et génocide en Arménie !

Mais voilà, l’avocat candidat est maintenant SE Monsieur Sarkozy, Président de la République Française, Chef de l’Etat. Peut-il continuer à défier l’Afrique et les Africains ? Peut-il venir dans notre vestibule pour nous jeter au visage que la colonisation n’a commis aucun crime et en faire l’éloge ? Peut-il continuer à parcourir l’Afrique, à être reçu par nos chefs d’Etat, par nos femmes qui dansent et nos jeunes qui agitent de petits drapeaux tricolores pour magnifier son pays ? Peut-il continuer à nier et refuser la reconnaissance du ventre et du sang pour l’Afrique ? Eh bien non, car pousse-pousse s’arrête au mur !

Cette diplomatie de mépris, d’arrogance et finalement de conflits, ce n’est pas la France. La France, celle de 1789, de Jaurès, de de Gaulle, de Mitterrand et aussi de Chirac, reconnaîtra un jour ses fautes en Afrique colonisée et ce sera à son honneur ! Cela demande de l’humilité, de la culture et de l’humanisme.

Cette France au cœur endurci envers les Africains et la colonisation ce n’est pas ça la France !

Bamako, le 12 Août 2007
Pr Mohamed Alfa HAMANE

24 août 2007.

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés