Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Le Carrefour
Édito : Un autre Accord qui tue le Mali !

Un proverbe dit ceci : ‘’Si le porteur ne tombait pas, on ne pouvait connaitre la nature de sa charge’’. Au village, des gens assis sur la place publique ou aux abords des rues regardent distraitement les passants. L’un de ceux-ci portant une charge sur la tête bute et tombe. La charge projetée un peu loin est défaite. N’est-ce pas par suite de la chute du porteur que tout le monde a pu voir le contenu de la charge. Un autre proverbe dit que si tu prétends être beau la nuit, on te verra bien à la lever du jour.
IBK à l’épreuve a chuté et le contenu de sa charge a été connu des maliens et des Africains. Il se disait beau la nuit, mais le jour venu, il était le plus laid de tous les 27 candidats à l’élection présidentielle de 2013.

Dans sa charge, il y avait le frisson et la peur bleue devant les autorités françaises. La signature de l’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation sans y intégrer la vision nationale de règlement constitue une preuve irréfutable de son frisson face au taureau gaulois. Le peuple n’a vu le candidat IBK que la nuit. Alors que la nuit, tout est noir.

Tout ce que l’on voit la nuit se distingue mal. On dit aussi que la nuit, tous les chats sont gris. Mais la lumière du jour vient toujours confirmer ou informer ce qu’il avance. Tel semble être le cas du Président IBK. Le peuple déçu, meurtri assiste impuissant au partage du Mali par la signature d’un accord de capitulation. L’accord d’Alger et son arrangement sécuritaire ont fondé deux Républiques. Il s’agit de la nouvelle république du Mali composée de 6 régions, 15 millions d’habitants, 500 000Km2 et la république d’Azawad composée de 6 régions, 1 500 000 habitants et 750 000Km2.

La République du Mali née le 22 septembre 1960 est morte le 15 mai 2015. Nous avons pensé que le mal s’arrêtera à la signature de cet accord. Malheureusement non ! Celui qui a bu une fois boira toujours. Les injonctions du Ministre français de la défense Jean Yve Le Drian au Président de tous les maliens, sans réactions de ce dernier pour le mettre dans ses petits souliers en lui rappelant dans un communiqué ferme que le Mali ne peut recevoir d’ordre de qui que ce soit sont encore des constats amers dans la gouvernance d’IBK.

La série noire continue pour le peuple malien. Le Président ATT a refusé de signer malgré la pression de la France, l’accord de reconduction d’immigrés maliens en situation irrégulière en Europe par vol charter. Mais IBK semble l’avoir fait ce week-end, car il y a eu un communiqué commun daté du 11 décembre fait par l’Union Européenne et le Gouvernement du Mali, qui déclare que les deux entités veulent lutter contre les ‘’causes profondes de la migration irrégulière et’’ favoriser le retour des migrants maliens depuis l’Europe. Il n’en fallait pas plus pour le Nil arrive au Caire. Nombreux sont les associations qui ont réagi contre, malgré le démenti du Ministre Abdoulaye Diop un des signataires dudit accord.

N’est-ce pas que c’est le même Ministre qui disait par rapport au projet de l’accord d’Alger, que la constitution de 1992, restait intacte sans modification. Coincé par la presse, il a finalement reconnu qu’il fallait changer la constitution du 25 février 2012. Où est donc la vérité lorsque nos dirigeants ouvrent la bouche ?

15 Décembre 2016

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés