Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Le Débat
Mot d’ordre de grève levé : Un ouf de soulagement pour le département de l’éducation nationale

Les enseignants du fondamental et du secondaire ont eu gain de cause ce dimanche 8 janvier lors des négociations entamées avec le gouvernement. Les cinq (5) points de revendications ont fait l’objet d’accord entre les deux parties.

Dans le cadre des revendications des droits des maîtres, le collectif des syndicats de l’enseignement fondamental et secondaire avait déposé, il y a deux semaines, sur la table du ministre du Travail, de la Fonction publique et des Relations avec les Institutions, un nouveau préavis de grève de 216 heures soit 9 jours et la rétention des notes. Ce cahier de charges comprend cinq (5) points de revendications. Il s’agit de : l’adoption d’un statut autonome de l’enseignant ; l’harmonisation des salaires des enseignants maliens avec ceux de la sous-région ; l’augmentation de l’indemnité de responsabilité pour les enseignants des catégories A, B et C ; la généralisation du curriculum, la prise de mesures d’accompagnement pour la mise en œuvre de l’APC et la réintroduction de l’examen d’entrée en 7ème A ; le respect strict des textes régissant la mutation ; l’adoption d’une carte scolaire à l’enseignement fondamental, secondaire et la construction d’écoles publiques. A l’issue des négociations entamées depuis quelques jours, les deux parties ont accepté de regarder dans la même direction pour le bonheur de l’école malienne. Du coup, les syndicalistes ont levé leur mot d’ordre de grève de 216 heures. Ce qui est un ouf de soulagement pour le département de l’éducation nationale.

Notons que le collectif des syndicats de l’éducation est composé de SYLDEF, SYNEB, SYNTEC, SYNEFCT, FENAREC, SNEC/section nationale secondaire et le SYPESCO.

Wassolo

Du 10 Janvier 2010

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés