Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actu...
4ème session du conseil économique social et culturel : La sécurité et l’environnement au menu

La 4ème session ordinaire de la 5ème Mandature du Conseil économique, social et culturel (CESC) a ouvert ses portes et a enregistré la présence d’une quinzaine des membres du Gouvernement conduite par le PM Modibo KEITA. D’anciens Premiers ministres en plus des présidents des Institutions de la République et les représentants des partis politiques, tout comme les représentants du Corps diplomatique Consulaire et organisations internationales accréditées au Mali prennent également part aux assises dont les travaux se poursuivront jusqu’au 20 février, avec comme thème central : « Environnement et Sécurité ».

Dans son discours d’ouverture des travaux, le président du CESC, Dr Boulkassoum HAIDARA, a tout d’abord tenu à rendre un vibrant hommage aux honorables Conseillers René Alphonse et Mamadou Koroba TRAORE, tous rappelés à DIEU. Il a par la suite fait un rappel de quelques activités qui ont marqué la vie du CESC courant l’année dernière. L’on apprend ainsi qu’au cours de l’année 2016 , le CESC a consacré sa 2ème session ordinaire à l’examen et à l’adoption de deux préoccupations essentielles ; à savoir : la formulation des avis sur les projets de loi et communications écrites initiés par le gouvernement en application de l’article 108 de la constitution et la finalisation du Recueil 2015 des attentes, des besoins et des problèmes des populations de toutes les régions et du District de Bamako ainsi que ceux de nos compatriotes résidant à l’étranger. « Aussi, au titre de 2016-2017, le Premier ministre nous a également fait l’honneur de nous transmettre pour avis conformément à la constitution, le projet de loi de finances 2017, le projet de loi relatif au Partenariat Public-Privé (PPP) et le projet de loi relatif à la politique nationale de protection sociale et le plan d’action 2016-2018 », a soutenu le président HAIDARA avant d’adresser ses remerciements au Gouvernement, pour la transmission desdits projets de textes dont l’examen et l’analyse ont permis au CESC d’émettre des avis pertinents et motivés qui, même après leur traitement par l’Assemblée nationale, pourraient servir de références utilement exploitables.

Il a également laissé entendre que la relecture des textes du CESC est l’un des défis majeurs de la Mandature 2015-2020. En effet, après plus de 20 ans de pratique, les textes du Conseil ont montré leurs limites dans le fonctionnement de l’Institution. D’où l’impérieuse nécessité de cette relecture. « La commission ad hoc mise en place à cet effet, est à pieds d’œuvre depuis plus d’un an et avec la collaboration des anciens Premiers ministres, anciens Présidents du CESC, anciens ministres, certains constitutionalistes et autres cadres d’expériences avérées. Les résultats issus des travaux de cette commission seront soumis bientôt à l’appréciation du Gouvernement », dira-t-il. Toujours dans le cadre de l’accomplissement de ses missions constitutionnelles, le CESC a tenu en juin 2016, la 3ème session ordinaire de la 5ème Mandature sur la finalisation et l’adoption du Recueil annuel 2016 des attentes, des besoins et des problèmes de la société civile avec des orientations et des propositions. Le document prend également en compte les sollicitudes de nos compatriotes résidant à l’étranger, notamment en Espagne, en Italie, en Côte d’Ivoire, au Bénin, au Ghana et en Mauritanie.

Ce Recueil 2016, qui est le reflet de l’ensemble des préoccupations essentielles du pays profond et de la diaspora, a été transmis au Président IBK, au Premier ministre, et au Président de l’Assemblée Nationale. Outre le Recueil annuel, le Bureau du CESC a institué, suite aux nombreuses demandes d’audience, des séances hebdomadaires d’écoute, de conseils et d’orientations de toutes les couches sociales de notre société. « Cet exercice de consultation pour échange est perçu par les visiteurs comme une marque de considération se traduisant par des signes évidents de soulagement », dira le Dr Boulkassoum HAIDARA avant d’ajouter que son Institution est beaucoup sollicitée pour des cérémonies de parrainage. c’est à ce titre qu’après le parrainage du 23 au 30 décembre 2015 de la 4ème semaine du mois de lutte contre le VIH et Sida consacrée à « l’accès aux droits humains », le CESC a eu l’honneur de parrainer, sous la présidence de Madame la Première dame, la quinzaine de l’Environnement, organisée par le Ministère chargé de l’Environnement dans la capitale des rails du 4 au 17 juin 2016 et de présider dans la même région, sur initiative de Mme le ministre du Travail, de la Fonction Publique, chargé des Relations avec les Institutions, la 4ème journée d’échange sur les institutions de la République tenue le 28 Octobre 2016. Le CESC a également assuré le parrainage du colloque national sur le handicap et le VIH/SIDA, tenu le 22 décembre 2016 à l’hôtel Radisson Blu. Il faut également noter qu’au cours de l’intersession, le Conseil économique, social et culturel a enregistré plusieurs ateliers, dont entre autres : La Journée de plaidoyer sur « le projet de mobilisation des acteurs institutionnels, de prévention et de réponse aux violences basées sur le genre dans le district et les régions de Mopti, kayes, Sikasso et Gao » en faveur de l’abandon des violences basées sur le genre, tenue du 20 au 21 décembre 2016 ici au siège de l’Institution ; La Journée de plaidoyer sur les violences basées sur le genre, l’excision et le mariage précoce des jeunes filles, organisée par le Programme National de lutte contre l’Excision le 29 décembre 2016 ; L’Atelier de renforcement de capacités des membres du CESC sur la protection sociale, organisé par la Caisse nationale d’Assurance maladie du 09 au 11 janvier 2017. Autres activités marquant de l’Institution ont trait aux visites de terrain effectuées par les commissions spécialisées de l’Institution, notamment pour cette intersession, celles du Développement rural et de Science Technique et Environnement du CESC. Aux dires du président Boulkassoum HAIDARA, la Commission du Développement Rural a visité du 25 au 26 septembre 2016 la zone CMDT, filiales (Sud Nord) dans la 3ème région, du 24 au 26 novembre, la zone OHVN couvrant les cercles de Kangaba, Koulikoro et Ouéléssébougou. Au cours de ces visites, les paysans ont manifesté leur satisfaction à travers la mécanisation agricole, le prix accessible des intrants, l’augmentation du prix du coton et surtout la majoration du budget alloué à l’agriculture.

Quant à la Commission Science Technique et Environnement, elle a effectué des visites de terrain dans le complexe minier de Ngounkoto et Loulou avec la Société Rangold du 3 au 4 octobre 2016 à Keniéba (Kayes), et du 7 au 8 Octobre, les sites d’opération et de décharges finales de la société Ozone dans le District de Bamako.

« Ces visites de terrain ont permis aux membres du CESC de mieux appréhender les problèmes environnementaux et d’assainissement qui se posent dans lesdits zones et sites. Les conseils prodigués au cours de ces visites par nos conseillers, vont certainement améliorer les prestations et les comportements dans ces entreprises », a laissé entendre le Dr Boulkassoum HAIDARA. Sur le plan international, le CESC participe activement aux activités des organisations internationales comme l’Association Internationale des Conseils Economiques et Sociaux et Institutions Similaires (AICESIS), l’Union des Conseils Economiques et Sociaux d’Afrique (UCESA) et l’Union des Conseils Economiques et Sociaux des Pays et Gouvernements Membres de la Francophonie (UCESIF). C’est ainsi qu’il a pris part aux réunions du Conseil d’Administration et de l’Assemblée générale de l’AICESIS tenues à Cotonou au Bénin du 14 au 16 septembre 2016, et aux Rencontres Africa 2016 tenues à Paris du 21 au 23 septembre 2016, ainsi qu’au Forum international sur « le rôle des Conseils Economiques et Sociaux et Institutions Similaires dans la transition écologique équitable », organisé par le Conseil Economique, Social et Environnement du Maroc, du 13 au 14 Octobre 2O16 à Rabat au Maroc.
« Notre Institution a été également représentée par une forte délégation à la Cop22 organisée à Marrakech du 7 au 18 Novembre 2016 sur le réchauffement climatique avec la bienveillante assistance de Mme le ministre chargé de l’environnement que nous remercions sincèrement.

Nous profitons également de cette tribune pour témoigner notre profonde reconnaissance à tous les pays qui ont abrité ces rencontres marquées par un accueil mémorable », dira par ailleurs le président du CESC avant de faire remarquer, qu’alerté par les conséquences dévastatrices du changement climatique documentées par la Cop 21, la Cop 22, les nombreuses rencontres nationales et internationales d’experts sur les impacts environnemental, social, économique et sanitaire du phénomène, le Conseil économique, social et culturel, en sa qualité de creuset de la société civile, s’instruisit davantage auprès du département de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, ainsi que ceux de la Sécurité et de la Protection Civile, de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Reformes de l’Etat.

« Il s’est alors avéré nécessaire de définir et d’élaborer les stratégies d’information, de conscientisation, de sensibilisation, d’éducation citoyenne, de vulgarisation et de mobilisation des forces vives de la société civile par nos conseillers en vue de prévenir ou promouvoir la gestion des effets néfastes liés à ce mal qui répand la terreur », dira-il.

C’est ainsi que l’Institution a inscrit un débat entre des experts et ses conseillers dans le programme de cette 4ème session ordinaire autour du thème : « environnement - Sécurité pour un développement durable ».
La réussite de cette mission, selon le Dr Boulkassoum Haidara, requiert l’implication et l’assistance de l’Etat à travers tous les départements chargés de l’environnement, de la Sécurité, de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la santé, ainsi que les organisations internationales engagées dans la lutte contre ce fléau.

Par rapport aux préoccupations de l’heure, notamment l’accord pour la Paix et la Réconciliation signé en 2015, le CESC trouve qu’il constitue un chantier majeur dans l’histoire de notre pays, mais aussi un jalon important vers la paix durable sans laquelle, aucun développement conséquent ne peut être entrepris avec sérénité et sécurité.

La mise en place des Autorités intérimaires, l’organisation des patrouilles mixtes composées des FAMA, de la MINUSMA et des Groupes armés, la nomination du Président de la Commission nationale chargée du Désarmement, de la Démobilisation et de la Réinsertion (DDR), ainsi que celle du Président de la Commission intégration des ex-combattants, et la tenue des élections communales le 20 novembre dernier, constituent également des efforts considérables qui méritent d’être soutenus, selon le Président du CESC.

Rassemblés par O.O

Le Matinal du 14 Février 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés