Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
Édito : Que nous apporte encore le Comité de Suivi de l’Accord (CSA) ?

Décisives, claires, immédiates, tel semble être les décisions prises à la suite de la réunion du haut niveau du CSA le samedi 11 février 2017. La réunion n’a pas été inclusive, c’est-à-dire n’a pas regroupé tous les protagonistes qui évoluent dans le désert malien.

A l’ouverture des travaux le vendredi 10 février 2017, certains mouvements ont été priés de quitter la salle de réunion pour raison de problèmes internes au sein de la CMA dont ils sont membres.

Même si la CMA a été invitée à trouver des solutions à ces malentendus, cela ne présage pas d’un bon avenir pour la paix. Les exclus vont-ils croiser les bras et attendre leur mort lente ou brusque ?

Cela n’est pas certain, ils regrettent également les dates arrêtées pour les patrouilles mixtes et la mise en place des autorités intérimaires. Cela voudrait-il dire que les décisions arrêtées à savoir que la CMA désignera ces hommes à Taoudéni et à Tombouctou, la Plateforme mettra ces gens à Gao et Ménaka, et l’Etat malien, à travers certainement le Ministre Ag ERLAF doit désigner les Autorité Intérimaires de Kidal qui ne pourront être que des Touaregs bon teint de Kidal. L’Etat n’a aucune ascendance sur Kidal, car il ne pourra que faire la volonté de Kidal au détriment des autres ethnies.

Quant aux Kel Tamasheq, ils exigent la prise en compte de leurs préoccupations, du fait qu’ils représentent 80% de l’ensemble de la communauté Tamasheq. Pour cela, ils rejettent tout système de parrainage communautaire très souvent discriminatoire, anti-démocratique, raciste et esclavagiste. Ils se sentent exclus des différents mécanismes mis en place par l’Etat pour ramener la paix, dans les régions du nord.

Le Président IBK aura-t-il une oreille attentive à cela ? Cela n’est pas certain. Aussi les jeunes de Gao, à travers l’Association ‘’Gao Lama International’’ refusent d’être administrés par la CMA et la Plateforme.

Pour eux la CMA et la Plateforme n’ont aucune légitimité historique et géographique pour le faire. Au centre du pays, le Front de Libération du Macina (FLM) devenu Katiba Ancar Dine pour le Macina a prêté serment à Ag Iyad. Les nomades profitent de ce flou activiste pour attaquer les sédentaires et les dépouiller de leurs biens.

Dans cette zone, il y a l’absence de l’administration des militaires, il n’y a plus d’écoles. Le Président IBK espère dans ces conditions ramener la paix au nord et au centre du pays ! Wait and see !

Le Carrefour du 16 Février 2016

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés