Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sport
Championnat national de Taekwondo : Bamako fait honneur à son statut

Au classement général, la ligue de Bamako s’est hissée, sans surprise, sur la plus haute marche du podium avec 23 médailles dont 19 médailles d’or et 4 médailles d’argent

Le pavillon des sports du Stade Modibo Keita a abrité le samedi 18 février, les finales du 11 championnat national de Taekwondo.

La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du ministre des sports, Housseini Amion Guindo, en présence du vice-président de la Fédération malienne de Taekwondo (FEMAFAT), Pr Mamadou Koné, de la représentante du Comité national olympique et sportif (CNOS), Sangaré Aminata Keita et du président d’honneur de la fédération malienne de karaté et disciplines associées, Abdoul Wahab Traoré dit Bob, du parrain de cette édition, M. Sékou Djiré, des membres de la FEMAT et des responsables d’autres fédérations sportives.

Rappelons que cette 11eme édition est celle de 2016, qui n’a pas pu se tenir pour des raisons de la situation de crise que notre pays connaît depuis 2012.
Faut-il le rappeler, cette 11ème édition du championnat de Taekwondo a mis aux prises 264 combattants venus des ligues de toutes les régions du pays. Le public du Pavillon a eu droit à 134 combats des deux catégories (junior et senior) en dame et monsieur.

Le premier temps fort de la cérémonie a été marqué par les interventions des officiels. D’abord c’est le vice-président de la FEMAFAT, le Pr Mamadou Koné qui a salué la reprise de la compétition grâce aux efforts de tous les partenaires, notamment le ministère des sports, le CNOS, et le parrain de cette édition, le jeune opérateur sportif, Sékou Djiré.. Le championnat avait été interrompu à cause de la situation que traverse notre pays depuis 2012 mais grâce au soutien du ministère des sports, au CNOS, et le parrain, Sékou Djiré, et tous les autres partenaires, la compétition a repris. Que tous retrouvent ici l’expression de la reconnaissance et de la gratitude de la fédération ». Et Mamadou Koné de poursuivre « avec l’accompagnement moral, financier et humain des partenaires, le monde du taekwondo national ambitionne d’offrir au Mali sa première médaille olympique. Nous savons compter sur l’accompagnement de tous, le ministère des Sports, le Comité national olympique et sportif et l’ensemble de nos sponsors » ».

Ce fut ensuite au tour du ministre des Sports Housseini Amion Guindo de se réjouir de la qualité de cette compétition, et de reconnaître que la FEMAT est une fédération qui rehausse le drapeau national sur le plan international. « Je félicite la FEMAT pour son travail. C’est grâce au taekwondo que le Mali a obtenu plus de places à la coupe du monde et aux Jeux olympiques. Nous sommes fiers du taekwondo. Nous sommes optimistes pour l’avenir du taekwondo au Mali parce que cette discipline a fait ses preuves. Vous pourrez toujours compter sur le soutien et l’accompagnement des plus hautes autorités du Mali, à commencer par le président de République »
Il a ensuite remercié et encouragé les uns et les autres pour leur participation à cette compétition.

Le second temps fort de la rencontre a vu le public Takwodohin apprécier des combats spectaculaires entrecoupés de démonstration.
D’abord, chez les séniors dames, Goundo Samaké de Mopti a battu Fanta Traoré Bamako par 12 à 10 ; chez les -62 kg alors que Assétou Sylla (Bamako) a enlevé la médaille d’or devant Sira M. Diawara de Kayes dans la catégorie des -46 kg. La finale des -49 kg c’est Awa Oulalé de Bamako qui s’est imposée face Assitan Kané Ségou. Et Fatoumata Babo de Bamako a dicté sa loi à Salimata Konaté de Kayes chez les -53 kg.

Dans la catégorie des -57 kg, Nana Doumbia de Bamako a battu Séga Coulibaly de Mopti, alors que Zenab Doumbia de Kayes et Korotoumou Karabinta Bamako ont dominée respectivement Korotoumou Coulibaly de Bamako et Bibata Ibrahim Maïga de Gao dans les catégories des -67 kg et – 73 kg. Rokiatou Traoré de Bamako a été sacrée championne sur tapis vert.
Chez les séniors garçons, Samba Niang (Bamako) a surclassé Nourou N’Diaye dans la catégorie des-68 kg, par 35 à 13 au compteur. Pendant que son coéquipier Mamadou Kanta a échoué devant Batiété Diallo de Tombouctou. Taha Doumbia Bamako a fait honneur à son statut de champion du Mali en s’imposant dans la catégorie des -63 kg devant Boubacar Coulibaly de Koulikoro.

Chez les juniors garçons. Ibrahim Fané (Bamako) sera sacré devant Sériba Y. Doumbia (Gao) dans la catégorie des moins 45 kg. Chez les -48 kg, Siriman Ballo (Bamako) dictera sa loi devant Almouzer Achahab de la ligue de Gao.

Dans la catégorie des -51 kg, Drissa Coulibaly de la ligue de Bamako ne fera qu’une bouchée de Chô Diarra (Sikasso), alors que Seydou Atji (Bamako) a été sacré dans la catégorie des -55 kg devant Issouf Dao (Mopti). Dans les catégories des -53 kg, -68 kg et -73 kg, Mohamed Fofana, Issouf Soumana, Amara Konaté, tous de la ligue de Bamako remporteront le titre suprême face, respectivement à Idrissa Diarra (Kayes), Mamadou Coulibaly (Gao) et Abdoulaye Berthé (Sikasso). Quant à Boubacar Coulibaly de la ligue de Sikasso il se hissera sur la plus haute marche du podium en dominant Mohamed Sylla (Bamako) dans la catégorie des -78 kg. Chez les +78 kg, Moustapha Diarra (Bamako) n’aura pas besoin de forcer son talent pour battre Mohamed Djiré de Ségou.

Au classement général, la ligue de Bamako s’est hissée sans surprise sur la plus haute marche du podium avec 23 médailles dont 19 médailles d’or et 4 médailles d’argent. La deuxième place est revenue à Kayes qui a totalisé 10 médailles dont 2 médailles d’or, 5 médailles d’argent et 3 médailles de bronze. Mopti complète le podium avec 6 médailles dont 1 médaille d’or, 3 médailles d’argent et 2 médailles de bronze.

Au cours de la rencontre, des attestations de reconnaissance ont été remises à des personnalités qui ont œuvré et qui continuent d’œuvrer pour la promotion des arts martiaux en général et du Taekwondo en particulier. Il s’agit notamment des grands maitres, Cheick Keita, Maitres Bakary Diawara et Mahamadou Sow, le champion du monde Modibo Daba Keita. D’autres en ont également reçu à titre posthume. C’est le cas des feux Moussa Diarra et Alfousseini Diarra, qui étaient représentés par leurs élèves.

Mohamed Naman Keita

Le 22 Septembre du 23 Février 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2016 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés