Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  La Mutation
Crise du football malien : Le verdict du TAS, attendu le 13 mars prochain !

Le verdict sur le contentieux de la crise du football malien qui oppose le collectif des clubs et ligues majoritaires de la fédération malienne de football et le comité exécutif de la fédération malienne de football, est attendu le 13 mars prochain à Lausanne (Suisse).

Depuis le 10 janvier 2015, une crise aigue sans précédent continue de secouer le football malien. Malgré toutes les multiples médiations internes, malgré la mise en garde du président de la république, malgré la sentence du tribunal arbitral du sport du 4 octobre 2016, rien n’y fit. Loin pour nous de revenir sur la genèse de la crise qui a débuté le 10 janvier 2015 suite au clash de l’assemblée générale ordinaire de la fédération malienne de football, mais cette crise a atteint son paroxysme le 31 octobre 2015 lorsque le comité exécutif de la fédération dirigé par Boubacar Baba Diarra a décidé de suspendre certains responsables de 5 à 10 ans à vie dont deux à vie.

Aussitôt ces responsables tous membres d’un collectif ont saisi le tribunal arbitral du sport. Et le 4 octobre 2016, le tribunal a donné raison aux responsables du collectif en annulant toutes les suspensions jugées illégales. Mieux le tribunal est allé plus loin en annulant l’assemblée générale du 31 octobre 2016 et a ordonné au comité exécutif de la fédération de reprendre l’assemblée générale ordinaire du 10 janvier 2015 avec le même ordre du jour et les mêmes membres présents. Mais c’était sans compter la mauvaise foi manifeste de Boubacar Baba Diarra et ses soutiens du comité exécutif qui refusent d’appliquer la sentence du 4 octobre 2016. Pour narguer l’instance internationale et le collectif, une assemblée générale extraordinaire est organisée le 29 novembre 2016 à Sikasso par Boubacar Baba Diarra. Comme il fallait s’attendre, le Collectif introduit une nouvelle plainte au niveau du tribunal arbitral du sport pour protester contre la non-application de la sentence du 4 octobre 2016 et surtout une sanction contre Boubacar Baba Diarra et son secrétaire général. Deux dates étaient retenues à savoir le 13 et le 20 mars. Selon nos informations sur demande du collectif en accord avec la partie adverse, la date du 13 mars prochain a été retenue pour le verdict sur le contentieux de la crise du football malien. En tout état de cause au vu de la durée de cette crise et de ses cicatrices profondes même si le tribunal arbitral venait à vider définitivement le contentieux entre les deux protagonistes, l’Etat malien doit prendre toutes ses responsabilités. Aujourd’hui tout le monde est unanime à reconnaitre que le seul responsable de cette crise aigue n’est ni moins ni plus le président de la république, Ibrahim Boubacar Keita tout simplement il a fermé ses yeux. Pourtant ce n’est pas la première fois que de telle crise secoue le football malien mais à chaque fois les plus hautes autorités ont vite intervenu pour trouver une solution rapide avant que les instances internationales ne soient saisies. Ce fut le cas en 2002 lorsqu’Amadou Diakité a été contraint en douceur par le pouvoir de démissionner de la présidence après des manquements constatés lors de la CAN 2002 jouée au Mali.

Ce fut aussi le cas en 2005 lorsque Tidiane Niambélé fut contraint en douceur par le pouvoir de démissionner après l’affaire des 6 points du Djoliba. En 2009, Boubacar Baba Diarra fut contraint en douceur par le pouvoir de se retirer à la course contre Feu Hammadoun Kolado Cissé et qui lui a permis de devenir président de la fédération. Le cas du Cameroun en est la parfaite illustration lorsque le président Paul Biya a mis en garde contre les frondeurs il y a de cela deux ans. Et le résultat est là car le Cameroun vient de remporter la CAN 2017 jouée au Gabon.

Rassemblées par Saïd

Du 02 Mars 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2016 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés