Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actu...
Immigration : 30 Maliens rapatriés du Niger par bus

Jeudi 16 mars, 30 Maliens ont été rapatriés du Niger par un bus affrété par le gouvernement. Ce rapatriement volontaire fait suite à une visite au Niger du ministre des Maliens de l’Extérieur, Abdramane Sylla, le dimanche 12 mars 2017. Il avait échangé avec nos compatriotes au centre de l’OIM d’Agadez.
« Nous sommes venus de la Libye pour regagner Agadez. On a vécu toutes sortes de difficultés dans le Sahara et j’ai perdu mon mari qui m’a laissé 4 enfants. Grâce au ministre des Maliens de l’Extérieur nous avons pu rentrer au Mali sans payer la moindre somme. J’invite mes frères et sœurs à rester au pays », a expliqué Djénébou Sounfoutéré.

Avec d’autres infortunés, elle a été accueillie le jeudi 16 mars 2017 à la protection civile de Sogoniko par le Chef de cabinet du ministère des Maliens de l’Extérieur, Moussa Aliou Koné, en présence de la Directrice régionale du Développement social du district de Bamako, Mme Goïta Astan Dédé Doucouré.

Ces Maliens de retour vivaient dans des conditions inhumaines en Libye où il ne fait plus bon de vivre surtout pour les immigrés clandestins. En les accueillant, le Chef de cabinet du ministère des Maliens de l’Extérieur, Moussa Aliou Koné, a fait savoir que c’est un retour volontaire. « Ils étaient dans une localité de la Libye appelée Sabah. Ils ont regagné très difficilement Agadez. C’est à la faveur de la visite du ministre qui les a rencontrés ; et très vite il a donné des instructions pour rapatrier ces Maliens à Bamako. Le Gouvernement a adopté une politique nationale pour la migration qui est déclinée en plusieurs axes. Ces axes vont permettre de fixer le maximum de jeunes au Mali au lieu de tenter leur chance pour des aventures. Partir en Libye aujourd’hui est une aventure sans fin. A travers nos partenaires, nous allons réinsérer les Maliens de retour de l’immigration clandestine et régulière dans des programmes et des projets », a- indiqué le chef de cabinet.

Enlèvement, séquestration, vol, braquage, travaux forcés, prison de réseaux des bandits, manque de nourriture, travail sans rémunération, tels sont, entre autres, les réalités qui sévissent en Libye.

Ces témoignages sont d’Aly Kéïta ressortissant de Kangaba, porte-parole des Maliens rapatriés. Notons que du 26 décembre 2016 à nos jours, les efforts du ministère des Maliens de l’Extérieur ont permis à plus de 350 de nos compatriotes de revenir au bercail.

Sidiki Adama Dembélé

Le Républicain du 17 Mars 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2016 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés