Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  La Mutation
25e session du conseil d’administration du FAFPA : Et si ces performances réalisées faisaient… taire les détracteurs de Mohamed Albachar Touré ?

Le lundi 21 mars 2017, s’est tenu la 25e session du conseil d’administration du fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage (FAFPA). C’était dans la salle de réunion de ladite structure sous la présidence de son président du Conseil d’Administration, Mamadou Sinsi Coulibaly. Président du Conseil National du Patronat du Mali
Conscient que le FAFPA est un service qui œuvre à la réussite des politiques publiques pour la croissance, la compétitivité de l’économie nationale et la création d’emplois pour la formation et le renforcement des capacités, le président de la république, Ibrahim Boubacar Keita ne s’est pas trompé sur le choix porté sur Mohamed Albachar Touré en le nommant Directeur général en Novembre 2013. Et de cette date, le fonds ne cesse d’enregistrer des progrès notoires en témoigne les différentes sessions de son conseil d’administration. Conformément au programme d’activités 2016 qui prévoyait le financement d’au moins 950 plans, projets ou actions de formation (visant près de 34 200 actifs), le développement d’actions de soutien à la formation(a savoir l’amélioration de la qualité de l’offre de formation), le Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage a alloué à la formation de la population active une somme de 4 800 millions de francs CFA comme contribution. Et les résultats ne se sont pas fait attendre du tout. C’est ainsi qu’au niveau du secteur moderne, 157 projets ont été réalisés pour un apport FAFPA de 1.191 millions de francs CFA. Ces activités ont porté sur le financement des plans/projets de formation des entreprises et des groupements professionnels du BTP, des industries et des mines. Au niveau du secteur non-structuré, 241 projets de formation ont été consolidés et réalisés pour une contribution du fonds de 1.279 millions de francs CFA dans le secteur rural, les services et l’artisanat. Concernant le niveau des activités de soutien à la formation, un protocole de collaboration a été signé avec l’INFORP et l’organisation de trois ateliers techniques avec les groupements professionnels membres du conseil national du patronat du Mali pour former les acteurs sur les techniques d’élaboration des projets de formation et sur le système multi-acteurs. A noter que 90 organismes de formation ont été habilités à suivre ces formations. Au plan de la communication, un magazine télévisé, qui rend compte des différentes étapes de processus de planification des plans et projets de formation ainsi que de la réalisation et la mise en œuvre des actions de formation, a été produit, diffusé et est disponible à la documentation du fonds. Sur le plan de la gestion administrative, il convient de noter la signature de la convention de délégation de fonds et de mise en œuvre avec l’agence Lux-Développement. Il ressort qu’à la date du 31 décembre 2016, le taux d’exécution technique est de 69,82% pour une exécution financière de 64,21%. Aux dires du Directeur général du FAFPA, cette dynamique de financement des plans et projets de formation éligibles tout en priorisant ceux faisant l’objet d’une étude d’ingénierie, sera poursuivie. Tirant les leçons de l’exécution technique et financière en 2016, des difficultés récurrentes de recouvrement, de mobilisation et d’encaissement, le FAFPA reste donc modeste dans ses projections et prend en compte le remboursement des arriérés au titre des exercices antérieurs dans l’allocation des ressources. Malgré ce contexte, le fonds entend réaliser 256 plans et projets de formation pour 2700 bénéficiaires, tous secteurs économiques confondus ainsi que l’équipement en MAO d’au moins 10 opérateurs de formation. Quant au programme d’activités 2017, il est construit autour d’un budget établi en recettes et en dépenses à la somme de 7.598 millions de francs CFA sur la base des prévisions des ressources de la Taxe de Formation Professionnelle(TFP), de la subvention de l’Etat, des recettes sur exercices antérieurs et de la contrepartie des bénéficiaires de la formation. Quant aux activités liées à la formation (direct et soutien), elles sont évaluées à près de 4.188 millions de francs CFA représentant 55, 12% du budget global et 73, 30% de la TFP, principale ressource du fonds. En termes de perspectives, outre le règlement des arriérés de paiement au titre des exercices précédents, le FAFPA se propose de réaliser 266 projets et plans de formation, sur la base d’une prévision budgétaire de 7 milliards 598 millions de francs CFA dont 6 milliards 394 millions de francs CFA au titre de la TFP. On comprend donc toute la satisfaction du président du conseil d’administration, Mamadou Sinsi Coulibaly. Après avoir rappelé l’importance de l’apport des administrations, qui est très déterminant dans la réussite des objectifs assignés et la définition des orientations du fonds ; Mamadou Coulibaly a rendu un vibrant hommage au Directeur général, Mohamed Albachar Touré pour son sens d’écoute, sa compétence et son professionnalisme pour faire du FAFPA, un service performant et envié. Ces progrès enregistrés ne sont que les fruits des innovations et des reformes entreprises par le Dg Touré en 2015. On peut dire sans se tromper que ces trois dernières années, ce service, maillon essentiel pour le développement du pays dans tous les domaines, est brusquement sorti de l’ombre longtemps méconnu des partenaires stratégiques et des populations. Espérons que ces performances qui ont été reconnues, appréciées et saluées par le Président du Conseil d’Administration puissent faire taire enfin les détracteurs du Directeur Général et du FAFPA. On comprend donc pourquoi ce service suscite autant de convoitises et fait l’objet de dénigrements contre le Directeur général, Mohamed Albachar Touré.

Moussa Bamba

Du 04 Avril 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés