Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  La Mutation
Marche de soutien au général pleurnichard de Malabo

Où étaient ses soi-disant légalistes lorsque leur ‘’Baba’’ bafouait les statuts de la FEMAFOOT et la décision du TAS ?

Deux semaines après le renvoi de Boubacar Baba Diarra fut-il Inspecteur général de police à ses premières études primaires, tous les maliens épris de justice, de dignité, d’honneur et animés de bons sens et de responsabilité ont été surpris de voir des personnes se disant légalistes battre le pavé pour demander le retour de l’ancien président de la fédération malienne de football. C’était le 19 Avril dernier.

On comprend aujourd’hui pourquoi le Mali ne pas avancer du fait de la présence de certaines personnes qui n’hésitent en aucun instant de vendre leurs âmes et leurs dignités au profit de l’argent. Comme dirait l’autre des personnes qui n’hésitent pas à vendre leurs mères pour de l’argent. Sinon comment expliquer qu’on réclame le retour d’un homme qui a juré de faire disparaitre le football malien si tous les acteurs ne jurent pas à son seul nom. Il n’est un secret de polichinelle pour personne (à moins qu’on ne soit de mauvaise foi comme ces soit-disant légalistes) que le seul responsable de cette crise aigue n’est d’autre que Boubacar Baba Diarra. Un homme qui a même osé défier Dieu en refusant toutes les médiations menées par les leaders religieux, la société civile, les jeunes même les fous du pays ont tenté de lui faire raisonner mais niet. Mais où étaient-ils ces soit-disant légalistes qui font honte et qui méritent la pendaison lorsque leur père pardon leur mentor violait systématiquement les statuts de la FEMAFOOT qui l’ont permis de devenir président en octobre 2013 à Mopti ? Dormaient-ils lorsque leur Baba Diarra excluait les trois ligues du Nord (Tombouctou, Gao et Kidal) du giron du football malien ? Etaient-ils en coma lorsque celui qu’ils qualifient de béni (peut être eux sont maudits) écourtait les mandats des ligues de football de Bamako, de Ségou et de Kayes ? A écouter leurs balivernes, ils font croire qu’ils veulent l’intérêt des jeunes footballeurs. Mais où étaient-ils lorsque Boubacar Baba Diarra qu’ils qualifient d’homme parfait, a refusé de partager les 240 millions de francs CFA issus des ristournes du CHAN 2016. Ces soi-disant légalistes étaient-ils en prison lors que leur père de Baba Diarra violait les statuts de la fédération malienne de football depuis 2013 sur la composition du bureau du comité exécutif à savoir des cooptations qui ne sont pas déroulées dans les règles, de la nomination du Secrétaire général, de la nomination de certains présidents de commission car leur diplôme et leur statut ne correspondent au critère demandé par le poste ; de la non convocation de l’assemblée générale ordinaire du 10 janvier tenue hors délai, de l’exclusion du président de la commission de finance alors que c’est l’assemblée générale qui est habilitée à le faire ; de l’exclusion illégale et injuste de quatre clubs du championnat et de la coupe du Mali. Des détournements et surfacturations avérés des fonds de la FEMAFOOT. Est-ce à dire que le mot légaliste veut dire son seul intérêt ou l’intérêt général de la chose commune. Mais à y voir de près on comprend la démarche de ces organisateurs qui se trouvent dans une nécessité absolue pour faire face à leurs trains de vie affectés par le manque de moyens financiers. Mais ils doivent comprendre que personne n’est dupe et qu’ils sont désormais dénués de toute dignité et du peu de respect qu’ils possédaient auparavant.

Du 26 Avril 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2016 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés