Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
La grève des enseignants : l’avenir des étudiants pris en otage

La façade de la cité administrative menant au CICB a été prise d’assaut ce matin aux alentours de 10h 00 TU par des étudiants qui ont organisé une marche. Le but ? Inciter les autorités à trouver une solution idoine aux maux qui secouent l’école malienne.

Depuis plus d’un mois, les professeurs d’enseignement supérieur ont déserté les classes. Certaines raisons de cette grève sont entre autres , la transposition des docteurs assistants en maîtres assistant, une demande d’indice 3000 [ indice salariale] principale cause de discorde entre les autorités et le Synesup, la régularisation concernant la hiérarchisation...
« On veut reprendre les cours définitivement » ; « Cher gouvernement nous voulons étudier » « S’il vous plaît, entendez vous les professeurs » Telles ont été entres autres les pancartes et banderoles hissées par les étudiants dépités et révoltés par le manque de réaction du gouvernement face à leur sort actuel.

Pour ne pas être victime d’une année blanche, le bureau national de l’Association des Élevés et Étudiants Maliens (A.E.E.M) a organisé ce matin une marche pacifique qui a débuté de la place d’indépendance jusqu’ à la cité administrative pour attirer l’attention des autorités sur la situation actuelle des étudiants maliens ; absents des classes depuis un bon moment. Selon Amadou Haidara, rapporteur général du comité AEEM de la faculté de Droit Public « depuis un bon bout de temps, nous avons été « attentistes » ». Et vu que c’est toujours le statut quo, nous avons décidé d’organiser cette manifestation pour montrer notre colère. Nous revendiquons notre droit à la formation ; un droit légitime pour nous ». Pour soutenir leurs aînés,certaines écoles secondaires ont pris part à cette manifestation à l’instar du lycée Bâ Aminata Diallo,du lycée technique de Bamako ainsi que le groupe scolaire ‘’Mamadou Konaté’’.

Concomitamment à la manifestation, le PM, le ministre du tutelle et certains membres du bureau national de l’AEEM ont pu échanger sur les doléances soumises par les étudiants. Il a été convenu que le gouvernement organisera dans un bref délai une rencontre avec le Synesup. Cela dans le but de trouver un consensus pour une ouverture très prochaine des portes des différentes facultés.

En attendant cette rencontre que le étudiants espèrent ultime, ils interpellent le gouvernement à une prise réelle en compte de leur avenir qui demeure « incertain » pour le moment.

© Afribone Mali
Jérôme E Drabo
11 Mai 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2016 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés