Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Islamisme : Les djihadistes exécutent un couple non marié à Kidal au nom de la charia

Selon de sources concordantes, une femme et un homme ont été lapidés mardi dans la région de Kidal par des islamistes qui leur reprochaient de vivre en concubinage en violation de la loi musulmane. C’est la première fois depuis 2012, que des faits de ce genre sont signalés au Mali.

D’après une autorité locale, le couple non marié a été arrêté par les islamistes lundi 16 mai dernier à Taghlit, entre les localités d’Aguelhok et Tessalit. Ces derniers les ont accusés d’avoir « violé la loi musulmane » et décidé « qu’il fallait les lapider ».

Selon des témoins quatre personnes ont jeté des cailloux sur le couple, jusqu’à leur mort hier. Les islamistes ont ensuite creusé deux trous dans lesquels ils ont déposé les corps.
Aucune indication n’a pu être obtenue sur l’identité des islamistes en question ou le groupe auquel ils appartiendraient.

Choqué par ce retour de la charia dans le Nord du Mali après cinq années, le gouverneur de la région demande le retour effectif de l’administration dans la zone.

« A ce stade aucune réaction officielle du gouvernement ni du Chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keita. En revanche l’Association malienne de défense des droits de l’homme a condamné fermement ces lâches assassinats. Selon l’AMDH « c’est de la barbarie. Tous les auteurs doivent être arrêtés et jugés » a déclaré Sidi Mohamed Ichrach au micro de Studio Tamani

Les djihadistes ont déjà investi Diafarabé
Par ailleurs, au centre précisément dans la localité de Diafarabé et ses alentours dans le cercle de Ténenkou sont régulièrement occupés par des bandits armés. La libre circulation n’est plus possible et la consommation de la cigarette y est interdite. Selon un habitant, aucune autorité n’est présente à Diafarabé. « Ils font ce qu’ils veulent. Nous aussi, on est là et ça ne nous dit plus rien. Tous les jours, nous voyons des hommes armés défiler. L’autre jour seulement, ils sont venus et ont cassé tout sur leur passage. Ils ont brûlé des maisons avant de repartir impunément. Personne ne peut intervenir. Ils ont interdit la vente et la consommation des cigarettes. Ils ne veulent plus voir une femme et un homme s’ils ne sont pas mari et femme. On nous a également interdit de jouer au football. Il n’y a ni maire ici ni préfet. La seule autorité ici, c’est le chef de village et ses conseillers. Un jour, ils sont venus ici en pleine journée enlever une personne, ils ont bandé ses yeux et l’ont amenée sur une moto pour une destination inconnue. Personne ne sait où ils l’ont amenée. Pour nous, nous ne sommes pas dans un État. On est laissé à notre sort. Ils font ce qu’ils veulent. Il faut les obéir pour ne pas mourir. On nous taxe de djihadistes, nous sommes persécutés. Il n’y a plus de foires ici. Un Bambara ne peut pas venir dans ce marché. Chez les Bambara aussi aucun peul ne peut y aller », se désole-t-il. Comme quoi, les terroristes étendent leur territoire.

MD
Avec studio Tamani

L’Indicateur du Renouveau du 18 Mai 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés