Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Un peu d’histoire, d’art et de culture
Festival Daoulaba : Pour la promotion et la valorisation du coton

Le coton appelé l’or blanc contribue beaucoup à l’économie malienne, par la création de richesse. Sa transformation et sa valorisation sur place pourraient être une source de création d’emplois et rétention des jeunes dans les foyers de départ.

C’est ainsi, pour la 9ème fois, tous les acteurs de la chaine de valeur de cette matière première se sont retrouvés du 18 au 21 mai dernier sur les berges du fleuve Djoliba à Koulikoro. C’était autour du thème : « Femmes, jeunes et migrations, Dignité et sécurité humaine : Le rôle du coton dans la recherche d’alternatives ». L’ouverture des travaux a enregistré la présence de plusieurs de personnalités de marque. Il s’agit de la présidente du festival, Mme Awa Meitté, le représentant de la société civile de Koulikoro, le représentant du Pdg de la CMDT, Lamine Coulibaly, l’altermondialiste Aminata Dramane Traoré et d’autres.

Pour Mme Awa Meitté, le Festival Daoulaba participe à la promotion des initiatives locales. Ainsi, à travers celui-ci, le coton est valorisé dans toute sa dimension. Ce qui contribue à créer de la valeur ajoutée par sa transformation. Aussi, ce festival est un cadre d’echange et de réflexion sur l’or blanc.

Après elle, il y a eu plusieurs interventions pour expliquer davantage les raisons qui concourent à la tenue de ce festival. La présidente a aussi remercié et félicité la disponibilité des femmes du village de Chow. Celles-ci sont en train d’abattre d’énormes sacrifices pour la transformation du coton depuis belle lurette.

Le représentant du Pdg de la CMDT s’est, lui, appesanti sur le rôle primordial du coton dans le développement de l’économie nationale. De ce fait, il est considéré comme un poumon de l’économie du pays. Parce qu’il procure aux producteurs des revenus pour la satisfaction de leurs besoins monétaires et la sécurité alimentaire à travers la production céréalière qui profite des arrières effets de sa culture. « Le coton contribue aussi à la politique socio-sanitaire à travers la construction d’écoles, de centres d’alphabétisation et de centres de santé par les populations rurales elles-mêmes, la réalisation de pistes, l’approvisionnement en eau potable à travers la réalisation de points d’eau, l’aménagement et la mise en valeur de bas-fonds et plaines » a ajouté Lamine Coulibaly. Le coton, génère 85 à 160 milliards de Fcfa par an de revenus bruts pour le monde rural. De même, il permet de faire160 à 230 milliards de F cfa par an comme recettes.
Cependant, le coton est l’une des locomotives du développement tout court. Mais, sa transformation locale ne représente que 1,5 à 2% de la production de coton fibre totale. Et tout le reste de la fibre exporté. Aussi, l’augmentation de la part de transformation du Mali est un défi permanent auquel le festival Daoulaba joue un rôle important et essentiel. Ainsi, l’un des objectifs que vise le festival, c’est de passer de 2% à 25% environs d’ici 10 ans. Cela se fera à travers le programme que l’UEMOA prend en charge par la transformation artisanale.

Cette 9ème édition a connu d’innovations majeures à savoir : les stands, des expositions d’articles sur les produits dérivés du coton, des conférences débats etc. Egalement, des espaces de forum ont été initiés. Ceux-ci ont porté sur les thèmes suivants : Impacts de la recherche scientifique dans la production et la transformation du coton en réponse à la crise migratoire ; Forum populaire paix et réconciliation nationale ; Artisanat et mode en réponse à la crise migratoire ; Femmes, jeunes et migration : sécurité et dignité humaine ; Changements climatiques et sécurité alimentaire et assainissements et reboisements des berges. Egalement, ce festival Daoulaba, a servi d’occasion pour la présentation des pièces de théâtre, des ateliers et des spectacles, des défilés de mode sur les créativités locales etc.

Comme, à l’accoutumée, plusieurs artistes de renom ont été invités pour la circonstance. Il s’agit de l’incontournable Nahawa Doumbia, la reine de Didadi, l’Orchestre des jeunes de Koulikoro, Bebebalani, Aminata Danté, Mariam Bagayoko, Flatteur, Aira Arby etc.

Diakalia M DEMBELE

Le 22 Septembre du 22 Mai 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés