Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Un peu d’histoire, d’art et de culture
1ère édition du festival international du M’bolon de Kolondièba : Un evènèment culturel qu’il faut desormais compter dans l’agenda culturel du Mali

L’association ’’Kewale ni Sabali ’’ de Kolondièba en collaboration avec les autorités locales ont organisé la 1ère édition du festival international du M’bolon du 19 au 21 mai dernier. C’était à Kolondièba sous le thème : « la culture, moteur du développement ». La cérémonie d’ouverture était co-présidée par le Directeur du festival, Sidiki N’Fah Konaté, Directeur Général de l’ORTM et par la marraine, Mme Diawara Mariam Kondè. Etaient présents à cette cérémonie, le président de l’APCAM, Bakary Togola, le représentant du ministre de la Culture, Adama Niang, Directeur Régional de la Culture de Sikasso, le Préfet de Kolondièba, Youssouf Thèra, le Maire El Habib Mariko et les notabilités.

La cérémonie d’ouverture a permis aux organisateurs d’annoncer les couleurs de ce festival qu’il faut désormais compter dans l’agenda culturel du Mali. Pendant plusieurs minutes, des artistes locaux ou ressortissant de cette localité comme Chaka Ballo, Kalaka Lasso, Adama Yalomba, M’bolon Seydou, balafon Wôblé et autres ont tenu le public en haleine au Stade de Kolondièba où se tenait la cérémonie.

Emerveillé par ces prestations, le représentant du chef de village de Kolondièba, Mory Koné dira qu’ils sont vraiment émus d’avoir un festival chez eux. Ce qui va permettre de rapprocher les ressortissants de la localité.
Le Maire El Habib Mariko pour sa part a d’abord remercié les organisateurs de cet évènement culturel très important. Un évènement qui va permettre durant trois jours, de mettre en valeur leur riche culture.

« Ce festival, au delà de son aspect distractif, est source de retrouvailles, de communion, de cohésion. Nous devons tout mettre en œuvre afin que ce festival soit une tradition et que son écho soit l’attraction internationale. Pour cela, il faut une synergie d’actions, l’implication et l’engagement de toutes les filles et fils du cercle, chacun à son niveau », a souligné le Maire.
A sa suite, le directeur dudit festival, Sidiki N’Fah Konaté a affirmé que Kolondièba et ses 12 communes ( Bougoula, Fakola, Farako, Kadiana, Kébila, Kolondiéba, Kolosso, Mena, Nangalasso, Ngolodiana, Tiongui, Tousséguéla) et ses 7 cantons (Chondougou, Foulala, Guantiédougou, Gnendougou, Nangalassso, Ngolodiana, Yorobadougou) regorgent des potentialités humaines, artistiques, culturelles et économiques. Selon lui, le M’bolon est le symbole du travail, de la bravoure, de l’effort et de la dignité dans les épreuves. Ce qui fait dit-il, que le M’bolon est considéré comme l’hymne du travail.
 
« Il nous appartient à nous les ressortissants de Kolondièba de prendre conscience de ces potentialités et de les mettre en valeur. Populations de Kolondiéba, comme une maison, un immeuble, le développement commence à la base. Quand on aime son village, sa commune, on aimera forcement son pays », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que c’est pourquoi, en plus des manifestations culturelles, ils ont prévu de discuter sur des thèmes aussi importants que le rôle des élus, des autorités locales dans la sauvegarde de l’environnement, la régionalisation, l’aménagement du territoire et la gestion urbaine.
A en croire Sidi N’fah Konaté, ce festival est un lieu de rencontre, de partage, d’information et de formation. Pour lui à Kolondièba, il y a le M’bolon mais il y a également d’autres musiques. Et leur ambition poursuit-il, est de faire participer à ce festival, leurs amis de la Côte-D’ivoire, de la Guinée, du Burkina-Faso et d’autres pays. Car l’aire socioculturelle du M’Bolon va au delà des frontières du Mali et concerne toutes les sociétés et civilisations agraires.

Parlant de leurs attentes, le directeur du festival dira que leur ambition première est d’abord la rencontre entre les hommes, les femmes et les enfants de toutes les communes de Kolondièba. Mais aussi, la promotion de la culture et des valeurs culturelles et artistiques du cercle de Konlondièba et également faire découvrir les potentialités touristiques du cercle. Pour ce faire dit-il, tous les spectacles sont offerts gratuitement pour cette 1ère édition. Enfin, Sidiki N’fah Konaté a estimé que ce festival est aussi une excellente opportunité sur tous les plans pour faire découvrir Kolondièba au reste du Mali et du monde entier à travers les médias.

Le représentant du ministre de la Culture Adama Niang abondera dans le même sens. Pour lui, ce festival s’inscrit dans le cadre de la valorisation, de la réhabilitation et de la promotion du riche patrimoine culturel de Kolondièba.
« Le festival international M’bolon en est une affirmation, car s’inscrivant ainsi en droite ligne dans la politique culturelle que notre pays a adoptée. L’initiative est à saluer et mérite d’être encouragée. Elle se veut un évènement rassembleur de toutes les ethnies et communautés, un évènement qui cultive la paix, la cohésion sociale, le développement social, économique et culturel de Kolondièba », a-t-il laissé entendre.

Lors de cette première édition, il y’a eu des conférences débats sur ‘’l’historique du M’bolon’’, ‘’la protection de l’environnement : rôle de nos élus et des autorités locales pour la sauvegarde de notre faune et flore’’, ‘’la régionalisation : aménagement du territoire et gestion urbaine’’. Il y’a également eu des prestations d’artistes. Il s’agit de Nahawa Doumbia, Mamou Sidibé, Sali Sidibé, groupe Faraso, Yôbôsso Tiongui, Diaka Seydou Koné et d’autres artistes locaux.

Aoua Traoré

Tjikan du 22 Mai 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés