Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Meeting de la plateforme « An tè, a bana » : des milliers de "oui" ont répondu à l’appel

Comme prévu la plateforme Ante a bana, a tenu son meeting ce 01er Juillet à la place du cinquantenaire.. . Les partisans du mouvement restent catégoriques sur le retrait pur et simple du projet de la révision constitutionnelle soumis à un référendum.

Des milliers de maliens, partisans du Non au projet de révision constitutionnelle avaient pris d’assaut la place du cinquantenaire pour maintenir leur opinion à cette volonté de passer au referendum.Cela malgré l’avis défavorable émis par le gouverneur le 30 juin en réponse à la demande d’autorisation de la plateforme. La présidente de la plateforme Mme Sy Kadiatou Sow, Tiebile Drame, Oumar Mariko, Soumeila Cisse, Modibo Sidibe, Zoumana Sacko, l’honorable Thiam, Ras Bath, Chouala Bayala Haidara et d’autres jeunes du mouvement étaient présents.
La plateforme reste déterminée et campée sur sa position : faire barrage au projet de révision. Pour la présidente de la plateforme, « aucune intimidation ne freinera la conviction de la jeunesse », conviction tirée des enseignements du mouvement démocratique de mars 1991 et les jeunes ont réaffirmé leur engagement à poursuivre le combat pour la démocratie. Qui comprend l’intégrité territoriale,une consultation inclusive des citoyens sur le projet de révision constitutionnelle rappelés par les portes- parole de la jeunesse, comme Kadiatou Fofana, Oumar Diallo dit Co2, ….

Les mentors de la classe politique ont tour à tour pris la parole afin de galvaniser le peuple à se v-battre pour l’intégrité territorial, la démocratie et la souveraineté nationale comme l’a déclaré le président du SADI Oumar Mariko : « Ce rassemblement est une lutte pour l’honneur du Mali et le fait qu’il se passe aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, prouve que le peuple tient à se faire entendre et à se faire écouter. Zoumana Sacko a quant à lui estimer que l’adhésion à ce projet de révision nous ramènerait à l’époque de despotisme incarné par certains de nos anciens rois ». Le chef de fil de l’opposition, Soumaila Cissé a jugé que l’excuse de l’état d’urgence était « un faux fuyant » pour empêcher l’expression du peuple et pour le Président du PARENA, d’autres rassemblements et marches sont à prévoir jusqu’au retrait pur et simple de cette révision constitutionnelle.

Le guide spirituel Chouala Bayala Haidara, prétendu avoir « retourné sa veste » en s’alignant au « Oui »pour la constitution à par sa présence et son discours, montré une nouvelle fois, son rejet catégorique. Selon lui, « ce projet de loi n’est aucunement salutaire car certains contenus de ce projet seraient contre nos valeurs morales ». En effet, comme l’atteste les propos de Ras Bath, ce projet porte en son sein des prémices de l’égalisation du mariage entre 2 personnes du même sexe entre autres.,,,

En somme, en dépit de l’accès difficile au meeting et l’avis défavorable de l’autorité, la plateforme a bel et bien tenu son meeting sans aucun débordement ni incident en marge de l’arrivée des chefs d’état dont le président français Emmanuel Macron afin de participer au sommet du G5 Sahel prévu pour ce dimanche 02 juillet.

© Afribone
Du 1er juillet 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2016 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés