Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actu...
Processus de paix et de réconciliation : Le CSA impuissant face aux caprices des mouvements armés

Le Comité de Suivi de l’Accord impuissant face aux caprices des mouvements armés

Le mardi 11 juillet dernier, le Comité de Suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger (CSA) a tenu sa 19ème session à l’ex-CRES de Badalabougou sous la présidence de son président le diplomate algérien, Ahmed Boutache.

Mais comme pour faire un pied de nez à cette importante rencontre, au moment où elle se tenait, les groupes armés (CMA et Plateforme)se sont affrontés à Anéfis faisant des morts dans les deux camps. Cela atteste, l’impuissance du Comité de Suivi de l’Accord (CSA) à contenir les caprices des mouvements armés dont les responsables siègent au sein du même comité.

« La définition d’un chronogramme d’ici le 20 juillet entre le gouvernement et les parties signataires de l’accord pour l’opérationnalisation des autorités intérimaires, l’installation du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) à Kidal, la reprise des services sociaux de base au bénéfice des populations de cette région », tels étaient les principaux sujets inscrits au menu de la 19ème session du Comité de Suivi de l’Accord (CSA) tenue le mardi 11 juillet dernier à l’ex-CRESS sur la colline de Badalabougou. Avec autour de la table, le président du CSA, l’algérien Ahmed Boutache, le chef de file de la médiation internationale, le chef de la MINUSMA au Mali, Mohamed Saleh Anadif, le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tièna Coulibaly et son collègue en charge de la Justice, Me Mamadou Ismaël Konaté, l’Ambassadeur américain, Paul Folmsbee, les diplomates européens et les représentants des mouvements armés de la Plateforme et de la CMA.

Mais pendant que les branches politiques des deux mouvements prenaient part à la rencontre du CSA à Bamako, leurs branches armées ont repris les hostilités dans la région de Kidal autour de la ville d’Anéfis, faisant des morts et des victimes dans les deux camps. Toute chose qui a bousculé l’ordre du jour initial du CSA qui, une fois de plus, va devoir gérer les caprices des mouvements armés en arrachant un cessez-le-feu pour espérer faire évoluer le processus de stabilisation.

« Nous avons pu réajuster le tir et adopter un ordre du jour : examiner les voies et moyens afin de parvenir, dans les plus brefs délais, à une cessation des hostilités, ensuite pour arriver au règlement global et définitif de ce conflit intercommunautaire », s’est contenté de déclarer, le président du CSA, le diplomate Algérien, Ahmed Boutache, au cours d’un point de presse.
Dans les jours à venir, une mission de bons offices dirigée par l’Imam Mahmoud Dicko est attendue sur le terrain pour appeler les parties à la raison.

Lassina NIANGALY

Tjikan du 14 Juillet 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2016 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés