Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
En un mot : "N’an lara an sara"

Pourquoi l’opération Barkhane qui, de toute évidence, interdit l’accès de Kidal, "contrôlée" par la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) à tout autre groupe armé, ferme les yeux sur la prise de la ville de Ménaka par la CMA ?

Encore une fois l’hypocrisie saute aux yeux. Les forces françaises, supposées aider le Mali à recouvrer l’intégrité de son territoire, fractionne chaque jour notre pays. Elles ont même déroulé le tapis à la CMA à Ménaka.

A la longue, cette région aussi risque de devenir une zone très hostile à toute présence de l’Etat central. On s’achemine donc vers la création d’un nouveau no man’s land favorable à toutes sortes d’activités criminelles comme les trafics d’êtres humains, d’armes et de drogues, le pillage du sous-sol malien, le déversement de déchets toxiques.

Il est temps que les Maliens ouvrent les yeux et disent non à cette façon de faire de la France. On est comme absents alors que c’est l’avenir des générations futures qui est bradé sous nos yeux. Ayons à l’esprit cet avertissement de Joseph Ki-Zerbo "n’an lara an sara" (si nous nous couchons, nous mourons).

DAK

L’Indicateur du Renouveau du 2 Août 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés