Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Le Républicain
Révision constitutionnelle : Le RDS dit OUI au référendum

Le président du RDS, le Pr Younous Hameye Dicko a, au nom de son parti, signifié leur soutien au président de la république par rapport à la révision constitutionnelle. C’était lors d’une conférence de presse à la Maison des aînés, le 5 août 2017.

A l’allure d’un meeting, les militants du RDS ont pris d’assaut la Maison des Ainés pour soutenir leur président dans sa position. Dans une déclaration liminaire, le RDS a signifié ses félicitations au président IBK et son gouvernement qui, selon lui, se sont assumés et sont déterminés résolument pour la tenue sans délai de ce référendum, gage d’une sortie de crise pour notre cher « Maliba ». Le parti a estimé que nul n’a le droit d’hypothéquer la vie d’une nation encore moins celle de toute une génération. Selon le RDS, le 22 septembre 1960, le 26 mars 1991, furent des dates illustratifs de progrès et de changement dans ce pays. Le parti RDS pense donc qu’en ce début du 21e siècle, et face aux enjeux de la mondialisation, une consultation s’impose au peuple Malien en ce qui concerne la constitution.

Pour le parti, les échecs de 2001 et de 2012 ne doivent pas être un frein pour entendre pacifiquement la voix du peuple. Et, le RDS estime que ce referendum est un bien pour le peuple du point de vue de sa sécurité et l’intégrité de son territoire. Le parti a invité les autres partis politiques a joué le franc jeu, c’est-à-dir la démocratie, la voix des urnes et non l’incitation à la haine et à la violence, à la rue à travers des propos diffamatoires infondés, écartant le pays du concert des nations tout en le conduisant dans l’effritement et dans l’isolement. Le parti pense que la révision constitutionnelle permettra à coup sûr d’honorer les engagements du Mali vis-à-vis de son peuple et de la communauté internationale en ce qui concerne la paix, la sécurité et le développement. Pour ce parti, cette constitution offre des opportunités ; car permet aux Maliens d’avoir un sénat qui au-delà des deux chambres, permettra aux couches défavorisées d’être représentées par des personnes qu’elles désignent et dont la nomination sera consacrée par la signature du Président de la République, seule autorité au suffrage universel.

Ce projet, a indiqué le parti RDS, permet également au gouvernement d’appeler au gouvernement cela pour la première fois, des députés et par ailleurs, interdit le nomadisme politique. Pour le RDS, la loi fondamentale permet l’apparition de la cour des comptes pour la première fois au Mali, parmi les institutions de la République à l’instar des pays de la sous régions.

A de nombreuses questions comme la situation de Kidal, du Gourma, le Pr dira que Kidal ne doit pas empêcher le pays d’aller au référendum. Concernant la situation dans le Gourma, il dira que ce qui se passe dans cet espace est très grave et a interpelé les autorités qui, à ses yeux, ne donnent pas l’impression de quelqu’un qui a pris conscience de la situation dans cette zone. Il dira que les autorités ne doivent pas confier la sécurité à la MINUSMA ni à Barkhane mais pourtant que ces forces ont donné la garantie de sécuriser le référendum. Aux dires du Pr Younous Hameye Dicko, si nous ne prenions garde, « notre pays va à la déliquescence ».

Fakara Faïnké

08 Août 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2016 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés