Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
RDC : Ce volcan en fusion finira par exploser

Ce n’est plus une maison d’arrêt et de correction, c’est devenu un vrai foutoir. Déjà le 17 mai dernier, la célèbre prison de Makala avait été la cible d’une attaque qui avait permis à quelque 4600 détenus de se faire la belle. Parmi eux, un certain Muanda Nseni, le gourou de la secte Bundu Dia Kongo, arrêté deux mois plus tôt. Dans uns vidéo postée le 26 juin, il lançait un ultimatum à tous les Rwandais présents sur le sol congolais. Ceux-ci devaient être rentrés dans leur pays d’origine avant … le 7 août 2017 sous peine de se voir infliger la loi du talion. Parmi les personnes visées, un dénommé Joseph Kabila Kabengué dont il doute de la nationalité congolaise.

Ceux qui pensaient que cette mise en demeure n’était que pure fanfaronnade de la part d’un illuminé en sont revenus. Hier 7 août 2017 en effet, le centre de détention a de nouveau été pris pour cible en même temps que d’autres sites de Kinshasa comme Sainte Thérèse, le marché de la Liberté, Matété, la résidence du ministre de la Défense et le siège du parquet de Ndjili. Bilan de ces violents affrontements entre assaillants présentés comme des Bundu Dia Mayala, la branche politique du mouvement sectaire : 12 morts qui s’ajoutent aux dizaines que déplore le pays depuis de longs mois.

Avec cette nouvelle éruption, on ne peut que se demander où va le Congo, ce géant aux pieds d’argile qui chaque jour part un peu plus en lambeaux. Rébellions intermittentes dans les Kivu, milices Kamuina Nsapu et exhumations de dizaines de fosses communes dans les Kasaï, évasions spectaculaires de Makala et d’autres maisons d’arrêt, crise politique née de la fin du second mandat de petit Kabila qui s’accroche désespérément à son fauteuil présidentiel tel un ormeau à son rocher, et en sus le corps de l’opposant historique Etienne Tshisekedi qui n’est toujours pas rapatrié 6 mois après son décès à Bruxelles.

Ce pays continent présente toutes les caractéristiques d’un volcan en fusion dont on ne sait à quel moment il va exploser. Et c’est à se demander si dans ce bateau pris dans la tempête il y a toujours un capitaine. En attendant, celui qui en tient lieu n’a qu’une obsession, s’agripper au gouvernail même si le navire doit se fracasser contre des écueils visibles, mais que son obstination l’empêche de voir pour le grand malheur de ses 80 millions de compatriotes qui n’ont jamais vraiment eu de répit depuis les indépendances, leur pays ayant toujours été malade de ses propres dirigeants, qu’il s’agisse de Mobutu ou des Kabila père et fils.

Marie Ouédraogo

L’Obseravateur du Palaaga du 08 Aout 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés