Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actu...
SIAMA et les journées minières : Nina Walett et Tiémoko Sangaré s’expliquent

Le ministre du Commerce, porte-parole du gouvernement a animé hier jeudi 9 novembre 2017 un point de presse dans son département. Le Salon international de l’artisanat du Mali (SIAMA) et les Journées minières étaient au menu des débats.

Le 20è numéro du point de presse du porte-parole du gouvernement était présidé par le ministre des Mines, Pr. Tiémoko Sangaré et du ministre de l’Artisanat et du Tourisme, Nina Walett Intallou. L’occasion était bonne pour les deux ministres de s’entretenir avec la presse sur des activités dont s’apprête à abriter notre pays.
Pour le ministre de l’Artisanat et du Tourisme, Nina Walett, son département s’apprête à organiser un Salon international de l’artisanat du 18 au 26 novembre prochain.
L’objectif de ce salon, pour le ministre est de créer un espace pour renforcer la cohésion sociale et offrir un cadre de dialogue aux artisans pour valoriser le secteur en perte de vitesse depuis l’éclatement de la crise en 2012.

Plusieurs activités sont programmées notamment des conférences-débats et des ateliers d’expositions ainsi que des défilés de mode. Elle a invité la population malienne à consommer le coton. Selon elle, ce salon international permettra aux artisans de se faire connaître.

Le cout total de cet événement est estimé à environ 170 millions de FCFA.
Le ministre des Mines, Tiémoko Sangaré s’est penché sur l’organisation des Journées minières prévues les 21, 22 et 23 novembres prochains. Au cours de ces journées, il y aura une thématique sur l’exploitation des ressources minérales au Mali pour en vue de valoriser les échanges entre les sociétés minières. Il a invité les responsables à valoriser notre pétrole et de montrer au monde entier que le Mali est un pays qui regorge d’énormes potentialités minières. Lors de ces journées, des rencontres sont prévues pour mieux organiser les sites d’orpaillage. A cela s’ajoute d’institutionnalisation du cadre d’accès des sites d’orpaillage.

Adama Diabaté,
stagiaire

L’Indicateur du Renouveau du 10 Novembre 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés