A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
MOUSSA SINKO lors du lancement de la plateforme pour le changement : « IBK est devenu un problème pour le Mali »
Gendarmerie nationale : Les déserteurs dénoncent la hiérarchie
Statut du personnel enseignant : Le décret signé en conseil des ministres
Moussa Sinko Coulibaly lors du lancement de la « Plateforme pour le changement »
Lutte contre l’insécurité : Ce que va changer à Gao à partir du 1er février
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Les élections de 2018 : la Plateforme pose des préalables

Le climat délétère entre les signataires de l’accord fait planer un doute sur les élections de 2018. Pendant que la CMA plaide pour la tenue du scrutin, la Plateforme pose des conditions au gouvernement.

Lire

23-01-2018

Présidentielle et législatives 2018 : La CMA et la Plateforme fortement divisée sur la tenue des élections

 

Lutte contre le terrorisme dans le sahel : IBK rappelle l’utilité du G5 Sahel

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Des sanctions disciplinaires contre les 36 gendarmes « déserteurs »
Trafic de drogues : Près de deux tonnes de cannabis saisies par l’Office Central des Stupéfiants
Renforcement des forces de défense : Le ministre promet le recrutement de 5000 éléments
Situation du pays
Grève des enseignants : Les raisons du maintien du mot d’ordre
Cercle de Ténenkou : L’absence de l’administration dénoncée
Boni : Les Casques bleus déjouent une attaque terroriste
CENTRAFRIQUE
Abus sexuels : les autorités centrafricaines déplorent le non-lieu du parquet de Paris

Les autorités centrafricaines ont déploré samedi la décision du parquet de Paris de prononcer un non-lieu dans l’affaire des présumés abus sexuels commis par des soldats français de l’opération Sangaris entre 2013 et 2014 sur des enfants mineurs en Centrafrique. "J’aurai pensé qu’on devrait aller un peu plus loin (...). On parle de cela comme s’il s’agissait de biens matériels, alors que ce sont des enfants centrafricains sur qui ont été commis des abus", a déclaré Ange Maxime Kazagui, ministre de la Communication et porte-parole. "J’entends que la société civile et des avocats veulent se pourvoir en cassation. Trois ans après des accusations de viols d’enfants en Centrafrique visant des militaires français, la justice française a écarté la perspective d’un procès au terme d’une enquête délicate qui laisse des questions en suspens et des parties civiles déçues. Conformément aux réquisitions du parquet de Paris, les juges ont rendu mi-janvier un non-lieu dans ce dossier clos sans aucune inculpation, faute de "charges suffisantes" selon l’ordonnance dont l’AFP à eu connaissance. Révélées en 2015, les accusations d’abus sexuel avaient terni la réputation de l’armée française déployée dans le pays sous égide de l’ONU pour restaurer la sécurité après des mois de violences. Dans ses réquisitions, le parquet soulignait qu’au terme de l’enquête, "il ne peut être affirmé (...) qu’aucun abus sexuel n’a été commis". Mais il estimait que les incohérences et "la variation des témoignages ne permettent pas d’établir des faits circonstanciés et étayés à l’encontre des militaires".AFP

GUINÉE ÉQUATORIALE
Opposant mort au commissariat à Malabo : l’Espagne consternée

L’Espagne a exprimé lundi sa "consternation" après la mort le 14 janvier d’un opposant guinée-équatorien, Santiago Ebee Ela, dans la prison du commissariat central de Malabo et demandé "l’ouverture immédiate d’une enquête" sur son décès. Le 15 janvier, le principal parti d’opposition en Guinée équatoriale, Citoyens pour l’Innovation (CI), avait annoncé que ce militant de 41 ans était décédé dans la nuit du 13 au 14 janvier "au commissariat central de Malabo à cause d’une torture cruelle". Selon le ministère espagnol des Affaires étrangères, il "était détenu depuis le début de l’année en même temps que d’autres membres de cette formation politique sans qu’aient été communiqués jusqu’alors les motifs de leur arrestation". "L’Espagne exprime sa consternation pour ces faits et sollicite des autorités de la République de Guinée équatoriale l’ouverture immédiate d’une enquête pour éclaircir les causes de son décès", a écrit le ministère à Madrid. Selon CI, M. Ebee Ela avait été arrêté le 2 janvier, chez lui, en pleine nuit. L’information n’a pas pu être confirmée par l’AFP auprès des autorités équato-guinéennes. Les médias d’Etat n’en ont pas fait état. La Guinée équatoriale - un des plus gros producteurs de pétrole d’Afrique subsaharienne mais dont la grande majorité des 1,2 millions d’habitants vit dans la pauvreté - est dirigée de façon autoritaire par le président Obiang Nguema depuis 1979. Aux élections générales du 12 novembre, le pouvoir avait obtenu 99 sièges sur 100 au parlement.AFP

RDC
trois civils tués par des rebelles ADF

Trois civils ont été tués dimanche par de présumés rebelles ougandais musulmans ADF dans l’est de la République démocratique du Congo où l’armée mène des opérations contre cette milice, a-t-on appris lundi de sources concordantes. Les heurts ont eu lieu dans la région de Beni, province du Nord-Kivu, où l’armée congolaise a lancé une offensive et subi des assauts des Forces démocratiques alliés (ADF) depuis dix jours. "Il y a eu incursion des ADF hier (dimanche) à Kokola. Trois personnes, un motard et ses deux clients, ont été tués avant que l’armée ne vienne intervenir", a déclaré à l’AFP Bernard Amisi Kalonda, administrateur du territoire de Beni. L’attaque a été confirmée par Jonas Mbusa, un responsable local de la société civile. "Il y a eu incursion des ADF hier après-midi à Kokola, nous les avons repoussé. Les opérations se poursuivent", a indiqué le capitaine Mak Hazukay, porte-parole de l’armée dans la région, interrogé par l’AFP. L’officier n’a pas confirmé, ni démenti le bilan de cette attaque. Les ADF sont accusés de la mort de 14 Casques bleus début décembre dans la région de Beni. Vendredi, l’armée a perdu 22 militaires dans un assaut des miliciens, ont indiqué des sources diplomatiques.Présents en RDC depuis 1995, les ADF sont opposés au régime du président ougandais Yoweri Museveni, et sèment la terreur chez les civils dans la région de Beni où ils sont accusés d’avoir massacré plus de 700 civils entre 2014 et 2016.AFP

ALGERIE
Des avions d’Air Algérie cloués au sol en raison d’une grève surprise

De nombreux avions d’Air Algérie étaient cloués au sol lundi, surtout à Alger, en raison d’une grève surprise du personnel naviguant, a indiqué la compagnie aérienne nationale. "Air Algérie a été surprise ce matin par une grève surprise illégale. Aucun vol n’a décollé d’Alger", a déclaré Mounia Bertouche, directrice de la communication de la compagnie, à la radio nationale. "La grève n’a pas été largement suivie à Annaba et Oran (4e et 2e villes d’Algérie, respectivement situées à 550 km à l’est et 400 km à l’ouest d’Alger) où des vols ont pu décoller", a-t-elle ajouté, sans autre précision sur le reste du réseau de la compagnie. Le Syndicat du personnel naviguant commercial (PNC) n’était pas joignable dans l’immédiat. Selon l’agence nationale de presse APS, "le personnel navigant commercial d’Air Algérie a lancé lundi matin une grève", pour réclamer notamment une "révision de la grille des salaires". "En raison de ce débrayage (...) plusieurs vols internationaux et nationaux de la compagnie aérienne nationale ont été annulés", poursuit l’APS, sans autre précision. Plusieurs chaînes de télévision ont diffusé des images de pagaille dans le hall de l’aéroport Houari Boumédiène d’Alger, une foule nombreuse se pressant devant les comptoirs d’Air Algérie sans personnel visible. "Nous nous sommes déplacés et nous ne savons pas si nous allons partir. Personne ne nous parle", s’est énervé un vieil homme devant les caméras. Des passagers en déshérence ont posté sur les réseaux sociaux des vidéos de queues interminables à l’aéroport.AFP

 

Festival du vivre ensemble pour la paix et la réconciliation : Rendez-vous à Tombouctou du 10 au 12 février 2018
Avec la participation de plusieurs centaines de participants et des artistes, ce festival sera un véritable espace d'échanges et de pardon Après son succès en 2016, le festival du vivre ensemble prend de l'élan et entend être un vecteur pour la paix et la réconciliation. Les organisateurs de ce festival donnent rendez-vous pour la deuxième édition du 10 au 12 février à Tombouctou. La (...)
 

Kadiolo : trois cas de rougeole ont été détectés chez des enfants de moins de trois ans
Trois cas de rougeole ont été détectés la semaine dernière à Kadiolo chez des enfants de moins de trois ans. Les parents de ces derniers travaillent sur le site d'orpaillage de Machogo. Une équipe a été déployée sur le site par le district sanitaire, pour vacciner tous les enfants âgés de 9 mois à cinq ans. L'opération a concerné les 4 sites d'orpaillages de la commune dont la population est (...)
 

© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés