Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Élections : La majorité et l’opposition en phase sur la tenue des scrutins de 2018

Alors que la situation sécuritaire du pays fait craindre un report des élections, les partis politiques de tous bords insistent pour que celles-ci aient lieu. Coûte que coûte.
L’année 2018 sera une année d’élections au Mali. Le plus grand de ces rendez-vous attendus est la présidentielle, prévue en juillet prochain. Mais beaucoup d’observateurs restent aujourd’hui sceptiques, en raison de la situation sécuritaire du pays. Le gouvernement du Mali assure lui que le scrutin aura bel et bien lieu. Il a le soutien de l’opposition, qui ne veut envisager un report.

D’ailleurs, à moins d’un an de la fin du mandat du président Ibrahim Boubacar Kéita, les acteurs politiques maliens affutent déjà leurs armes en vue de l’élection. Le président Kéita a aussi confié, à son tout nouveau Premier ministre, comme une des missions principales le maintien de la présidentielle à la date indiquée.

"Je me félicite de la décision du gouvernement pour qu’on respecte la Constitution, qu’on entretienne le débat démocratique et qu’on prépare ces élections présidentielles qui permettront de confirmer la continuité du pouvoir d’un homme, ou alors de faire en sorte qu’il y ait une alternance", réagit Ismaël Sacko, président du Parti social-démocrate africain, membre de la majorité présidentielle.

Pour Ismaël Sacko, il faut que le gouvernement redouble d’efforts afin de rassurer les acteurs politiques et l’ensemble des Maliens qu’il n’y aura pas de rupture constitutionnelle. C’est d’ailleurs un objectif prioritaire, car la situation sécuritaire au nord et même au centre du pays reste préoccupante. L’insécurité était d’ailleurs l’arme brandie en son temps par les opposants au référendum pour obtenir le report sine die de ce scrutin.

Élections plutôt que transition
Les mêmes causes produisant les mêmes effets l’argument est retenu par certains acteurs pour évoquer la nécessité d’instaurer une transition au Mali. Mais même pour les opposants au référendum, de mauvaises élections valent mieux qu’une bonne transition.

"Je préfère des élections consensuelles, des élections où l’ensemble des Maliens se retrouvent. Nous voulons ces élections plutôt que d’aller à une transition parce que nous savons que la transition crée des conditions de détournement du bien public", estime Nouhoum Togo, chargé de communication au bureau du chef de file de l’opposition.

"Nous voulons des élections consensuelles, acceptables par l’ensemble des partenaires".

Opposition et majorité ont donc, aujourd’hui, le même combat : veiller à une bonne organisation d’un scrutin qui s’annonce déjà très ouvert.

D. W.
L’Indicateur du Renouveau du 16 Janvier 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés