Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Dossier
Assistance humanitaire au Mali : Le CICR joue sa partition malgré le contexte sécuritaire très difficile

Le Comité International de la Croix Rouge (CICR) au Mali a réalisé plusieurs activités en faveur des populations en situation difficile durant l’année 2017.
Il ressort de son bulletin d’information paru au mois de janvier dernier qu’en raison d’une insécurité croissante, l’année 2017 a été marquée par une dégradation de la situation humanitaire aussi bien dans le Nord que dans certaines parties du Centre du Mali, affectant durement les conditions de vie des populations et le travail des organisations humanitaires.

Ces informations concernent aussi les nouvelles régions touchées, notamment les zones frontalières du Burkina Faso et du Niger.Alors que la mise en œuvre de l’accord de paix continue à progresser lentement, l’on assiste parallèlement à une opérationnalisation progressive de la force conjointe du G5 sahel, ainsi qu’à de nouvelles alliances entre groupes armés.

D’après le CICR, ce regain d’activités militaires se traduit par une dégradation des conditions de vie des populations au quotidien dans les zones touchées par les combats. Et dans certaines parties des régions de Mopti et de Ségou, les services étatiques de base ne sont plus disponibles du fait de l’insécurité. Tandis qu’au Nord du pays, le retour effectif des populations est encore très lent. En conséquence, les populations vivant dans ces régions restent fortement dépendantes de l’aide des organisations humanitaires, lesquelles sont également victimes d’attaques directes et font face à des défis logistiques pour acheminer l’assistance dans des zones reculées.
Pour le CICR, l’année 2018 est pleine de défis et de risques, mais elle comporte aussi des opportunités et des espoirs malgré les enjeux et les embuches. Le CICR en tant qu’organisation humanitaire indépendante, neutre et impartiale, restera engagé à œuvrer en faveur de ceux et celles qui souffrent en combinant aide d’urgence et programmes de plus long terme afin de répondre au mieux aux besoins, promettent les responsables. Qui ajoutent qu’il sera au plus près des blessés, des malades, des détenus et de tous les autres rendus vulnérables par le conflit armé et d’autres situations de violences.

En effet, d’octobre 2016 à avril 2017, le soutien du CICR a porté sur trois aspects essentiels qui sont la formation et le renforcement des capacités techniques, la formation sur les techniques de conservation de l’oignon frais, la transformation de l’oignon et l’emballage de l’oignon transformé entre autres. Grâce à ce projet, l’oignon est disponible toute l’année à Seyna, un village d’environ 3600 habitants, situé dans la région de Gao, à 5 kilomètres d’Ansongo sur la route nationale qui mène aux principaux grands marchés de Gao, Ansongo et Niamey. Dans la commune de Léré aussi où il y’avait des difficultés d’accès à l’eau, une commune d’environ 10.000habitants constituée de la ville de Léré et de 17 villages, le CCIR a apporté son aide aux populations afin d’alléger leur souffrance liée à l’accès à l’eau.

Le CCIR a aussi fait des activités sur le plan de la protection en faisant des visites aux personnes privées de liberté, la protection de la population civile, le rétablissement des liens familiaux. De janvier à décembre 2017, le CICR a fait des soins de santé primaires à l’hôpital de Gao, au centre de santé de référence de Kidal.Des soutiens à la production animale et piscicole ont été faits également par le CICR, mais aussi l’appui pour l’amélioration des revenus, le renforcement des capacités et l’accès à l’eau potable dans les régions de Gao et Ménaka, les régions de Kidal, Tombouctou, Taoudéni, Mopti et Ségou.

Fatoumata Fofana

Tjikan du 23 Février 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés