Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Région de Gao : Grave risque d’affrontements interethniques

La ville de Gao, dans le nord du Mali, est le théâtre depuis plusieurs jours de tensions entre les populations songhaï et arabe, les deux communautés s’accusant mutuellement d’être responsable de la mort d’un des leurs, ont indiqué jeudi des sources locales.

Gao, situé sur le fleuve Niger, où cohabitent des populations songhaï, sédentaires et vivant principalement de l’agriculture et de l’artisanat, et des commerçants arabes, avait jeudi des "allures de ville morte", selon un habitant joint pour l’AFP.
"Toutes les boutiques sont fermées. Des arabes armés ont pris position" sur une place et "tirent des coups de feu en l’air pour que la foule ne vienne pas", selon cette source, qui a précisé que les services publics étaient également quasiment tous fermés.

"La tension est vive. On ne voit aucune boutique de commerçants arabes ouverte. Des jeunes sédentaires ont en mains des gourdins", a pour sa part expliqué à l’AFP un responsable du gouvernorat local.

"Ils veulent venger la mort du militaire de la garde nationale tué mercredi soir à Gao, selon eux assassiné par un arabe", a-t-il ajouté.

La semaine dernière, deux jeunes commerçants arabes de Gao avaient disparu alors qu’ils circulaient à moto. Le corps de l’un d’entre eux a été retrouvé quelques jours plus tard dans le fleuve Niger, à quelques kilomètres de la ville. Dans la communauté arabe, certains soupçonnent des membres de l’ethnie songhaï.

"Tous ceux qui ne respecteront pas désormais les autochtones de Gao n’auront plus leur place à Gao", a déclaré un jeune manifestant songhaï.

Une source sécuritaire à Gao a fait part à l’AFP de son "inquiétude" face aux risques d’escalade de la situation.

Avec AFP

L’indicateur du Renouveau du 02 Mars 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés