Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Dossiers
Énergies renouvelables : La société civile malienne prend connaissance avec le mécanisme de financement du Fonds climat

En marge de la 2e édition du dialogue structuré pour le climat, région Afrique que le Mali accueille du 3 au 6 avril 2018, le Reso-Climat Mali a organisé, les 4 et 5 avril 2018 à l’hôtel Kempeski de Bamako, un espace d’échanges entre les acteurs de la société civile et des responsables du Fonds vert climat en vue de s’imprégner du mécanisme de financement et des opportunités qu’offre cette structure financière environnementaliste.

Pour la région Afrique, le Fonds vert climat dispose d’un budget de 900 millions de dollars pour le financement de programmes et projets prioritaires pour la réduction des effets du changement climatique liés à l’émission des effets des gaz à effet de serre.
En plus du renforcement des capacités institutionnelles, ce financement concerne des domaines aussi variés que les énergies renouvelables, l’agriculture, l’élevage, les transports, la gestion durable des ressources en eau, le développement durable des villes. Les énergies renouvelables occupent une place de choix dans les financements du Fonds climat. Ce qui constitue une belle opportunité pour le gouvernement et tous les acteurs intervenant dans le secteur des énergies renouvelables.

Au Mali, dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, le programme national énergétique prévoit une augmentation de la production des énergies renouvelables. L’information a été donnée par la directrice adjointe de l’énergie, Mme Théra Aminata Fofana. "De moins 1 % aujourd’hui (sans compter la part de l’hydroélectricité), elle devra atteindre 10 % d’ici 2030 avec la réalisation des centrales solaires de Koutiala, de Sikasso, de Bougouni, de Bla, et de Yanfolila. En plus de ces nouvelles constructions, les 250 projets d’électrification rurale de l’Agence malienne pour le développement de l’énergie domestique et de l’électrification rurale (Amader) se verront greffer des énergies renouvelables, de véritables centrales hybrides", ajoutera-t-elle.

Pour Seny Nafo, conseiller spécial du président de la République pour le climat, le Fonds vert peut financer jusqu’à hauteur de 250 millions de dollars tout projet visant à réduire les effets des gaz à effet de serre sur le climat.

Dr. Ibrahim Togola, président du Reso-Climat Mali, a sollicité l’accompagnement du gouvernement pour bénéficier des financements du Fons climats. 

"Il faut une mobilisation de tout le monde pour que le Mali puisse bénéficier des financements du Fonds climat. Ce sont des investissements tournés vers les énergies renouvelables, l’agriculture, l’élevage, etc. Nous avons pensé qu’il était important de se retrouver avec des responsables du Fonds pour échanger avec eux sur les opportunités que le fonds nous offre", soulignait-il. 
 
Dr. Lassana Coulibaly, point focal du Fonds climat à l’Agence pour l’environnement et de développement durable du Mali (AEDD), a évoqué les problématiques de mobilisation du Fonds liés en partie à la gestion des accréditations. A l’en croire, notre pays dispose de nos jours une soixantaine de propositions de projet.

Sur ce point, les acteurs du Fonds vert climat ont invité le Mali à saisir ses organes en vue de faciliter l’accès à des financements. Ils ont également expliqué la gestion des fonds une fois alloués aux organisations de la société civile.

Pour rappel le Fonds vert climat est le plus grand mécanisme financier au monde pour résoudre les problèmes liés aux changements climatiques. Basé en Corée du Sud et doté un capital de 10 milliards de dollars US, il a pour objectif la mobilisation des ressources financières afin d’aider les pays à mettre en œuvre leurs projets dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques.

Ousmane Daou

L’Indicateur du Renouveau du 06 Avril 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés