Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  L’ Indicateur du Renouveau
Ligue des prédicateurs musulmans : La section de Kati sur les fonts baptismaux

Le secrétaire général du ministère des Affaires religieuses et du Culte, Ahmed Mohamed Yahya, a présidé la cérémonie de lancement des activités de la Ligue des prédicateurs de la ville-garnison, ce samedi, à la mosquée Taïba Salim de Kati-Koko.
En guise de baptême du feu pour la section, il a été animé une conférence sur le thème : "Rôle des imams, prédicateurs et oulémas dans la stabilisation, la paix, la sécurité et la réconciliation nationale".

Le prêche au Mali engendre beaucoup de difficultés avec des conséquences incommensurables à cause du message qui est mal formulé et/ou mal véhiculé par les prédicateurs en manque de formation adéquate et appropriée, a diagnostiqué l’honorable Soïba Coulibaly, député élu à Kati, avant d’inviter la Ligue des prédicateurs à faire le ménage en sen sein pour légitimer les bonnes graines et éloigner les mauvaises.

"C’est l’absence de sanctions qui a conduit à ce désordre dans le milieu des prédicateurs, contrairement au passé récent où l’Association malienne pour l’unité et le progrès de l’islam (Amupi) avait pignon sur rue religieuse dans notre pays", a reconnu le président de la section locale du Haut conseil islamique du Mali (HCIM), Cheick Modibo Cissé, après avoir souligné la pertinence du thème pour le démarrage des activités de la Ligue des prédicateurs de Kati.

"Tout un chacun a besoin de paix et de sécurité qui sont des conditions indispensables pour toute activité humaine", a-t-il soutenu, avant de s’appesantir sur la formation de prédicateurs et la nécessité de s’accorder sur les grands principes et le contenu des messages véhiculés à l’occasion des prêches.

"Nous devons mettre l’accent sur l’instruction et le savoir pour nous permettre de prêcher dans les règles de l’art, avec toute la pédagogie et la science requises en la matière", a plaidé, pour sa part, le président du bureau national de la Ligue des prédicateurs musulmans du Mali, Mohamed Traoré, après avoir comptabilisé plus de 50 sections de la Ligue à travers le pays.

"La paix et la sécurité sont des préalables à tout épanouissement et à tout acte de développement local, régional et national", a-t-il ajouté, pour souligner la pertinence de la thématique du jour. 

"La vie est sacrée dans l’islam et ceux qui propagent un discours de haine et sèment la mort et la désolation au nom de l’islam sont les véritables ennemis de cette religion qui prône fondamentalement la paix et la cohésion sociale", a prêché le président Traoré, pour lever toute équivoque sur la dédicace de la Ligue : respect de la vie, cohésion sociale, paix et sécurité.

"Nous devons par conséquent soutenir nos forces armées et de sécurité pour le travail de sécurisation qu’elles fournissent au profit de nous tous", a-t-il invité.
Le secrétaire général du ministère des Affaires religieuses et du Culte a remercié la Ligue des prédicateurs pour la mise en place de la section de Kati et le travail abattu "afin de mieux expliquer l’islam pour la bonne compréhension de celui-ci" parce que, a-t-il soutenu, "c’est une religion de paix et de cohésion sociale par excellence". 

Aussi Ahmed Mohamed Yahya a-t-il insisté sur la formation des prêcheurs et autres prédicateurs sur la pédagogie du sermon, la pertinence des thématiques et le contenu des messages pour contribuer au renforcement du vivre ensemble dans notre pays.
"L’appui et l’accompagnement du gouvernement ne feront pas défaut", a promis le secrétaire général du ministère des Affaires religieuses et du Culte, après avoir demandé des bénédictions pour le pays afin de lui permettre de surmonter les difficultés du moment.

A signaler que la section de Kati compte un bureau de 27 membres, dirigé par Abounas Coulibaly. 
 
Source : CCOM/MARC

Du 10 Avril 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés