Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Bon a savoir
Santé Publique : Le paludisme 3ème motif de consultation au Mali

En 2017, c’est environ 2 097 797 cas de paludisme dont 673574 cas graves, 1050 décès soit un taux de létalité de 0,502%, ont été enregistrés au Mali. Aujourd’hui le paludisme constitue le 3ème motif de consultation au Mali.

L’information a été donnée par la directrice adjointe du Programme National de Lutte contre le Paludisme, au cours d’une rencontre avec la presse, le lundi 23 avril 2018, à son siège au Quartier du Fleuve. Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre des préparatifs de la journée mondiale de lutte contre le paludisme prévue le 25 avril 2018. La rencontre était présidée par Markatié Daou, chargé de communication du ministère de la Santé et l’Hygiène Publique.

La lutte contre le paludisme a toujours été une priorité pour le gouvernement du Mali. En atteste la mise en place du Programme National de Lutte contre le Paludisme depuis 1993.

Au Mali, les moyens de lutte contre le paludisme sont entre autres les moustiquaires imprégnées d’insecticides de longue durée d’action (MILD), les pulvérisations intra domiciliaires (PID), le traitement préventif intermittent chez les femmes enceintes, la chimio prévention du paludisme saisonnier chez l’enfant de 3 à 59 mois. 

En 2017 les informations sanitaires au Mali ont enregistré 2 097 797 cas de paludisme dont 673574 cas graves, 1050 décès soit un taux de létalité de 0,502%.

La campagne de Chimio prévention du paludisme saisonnier (CPS) a permis d’administrer des antipaludiques à dose curative à environ 4 millions d’enfants de 3 à 59 mois dans 65 districts sanitaires pendant la période de haute transmission. Depuis 2016 la CPS couvre l’ensemble du pays. De 2015 à 2017, 3 487 558 moustiquaires imprégnées d’insecticides de longue durée d’action ont été distribuées aux enfants et aux femmes enceintes. 

 La prévalence nationale du paludisme était de 35,7% avec une disparité selon les régions (59,8%, à Mopti, 41,6% à Sikasso, 36,7% à Ségou, 34, 8% à Koulikoro, et 27,4% à Kayes et 6% à Bamako).

Markatié Daou, chargé de communication du ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, au nom du Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Pr Samba Sow, a remercié les partenaires techniques et financiers pour leur soutien au gouvernement du Mali dans la lutte contre le paludisme. Il a aussi exhorté la presse à jouer sa partition dans l’information et la sensibilisation des populations. « La communication joue un rôle important pour sensibiliser les communautés en vue d’adopter un changement de comportement positif et tout cela concourt à lutter contre cette maladie. Cette lutte n’est pas seulement une tache du gouvernement et de ses partenaires, elle est aussi celle de l’ensemble des Maliens et tous ceux qui résident au Mali », déclarait-il.

La journée qui s’ouvre ce matin au Palais des Sports Salamata Maïga est couplée à la semaine nationale de lutte contre le paludisme. Durant une semaine il est prévu plusieurs activités à savoir : des conférences scientifiques, des plaidoyers auprès des opérateurs économiques, des activités de dépistage, et des activités sportives… 

O. D.

L’Indicateur du Renouveau du 25 Avril 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés