Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Antiterroriste : Sur la piste de Talha Al-Liby de la Katiba Al Fourghan

L’arrestation le 19 mai 2018 d’un des cadres d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ouvre assurément la voie à la piste du chef Talha al-Liby de la katiba Al Fourghan.
C’est un des principaux lieutenants de Talha Al Libi, dont il est aussi l’un des très proches qui vient d’être capturé par les forces internationales. Sa cavale aurait pris fin le matin du 19 mai à Ourozil, à environ 85 km au nord-est de Tombouctou.

Pour bon nombre d’observateurs, cette arrestation est une aubaine pour mettre la main sur Abderrahmane Talha dit Abou Talha al-Mauritani ou encore Abderrahmane Talha al-Liby, un jihadiste mauritanien. C’est un natif de la ville de Ber connu sous le nom de guerre d’Abou Talha qui revendique les attaques terroristes dans la région de Tombouctou ces temps-ci.

Selon des sources, ce n’est qu’à la mi-novembre 2015 que la katiba Al Fourghan semble avoir refait le plein de combattants avec de nombreuses recrues peules et étrangères. Le groupe s’est notamment fait remarquer lors des réunions intercommunautaires à Boujebeha en distribuant des tracts contre l’application des accords d’Alger et en menaçant ceux qui s’opposeraient à eux et qui les trahiraient.
A Ber aussi, le 4 décembre 2015, le groupe a placardé une lettre sur le mur de la mosquée et sur deux boutiques de la ville. Aqmi revendiquait la responsabilité de l’assassinat par décapitation de deux personnes parce qu’elles collaboraient avec les Occidentaux.

Discours anti-français
Pour être précis, la katiba en question est active dans le Nord de la boucle du Niger depuis deux bonnes années et bien implantée aux alentours de Tombouctou. D’autres informations précisent que le groupe Al Furqan de Talha Al Libi a été largement affaibli avant l’été 2015.

Abderrahmane Talha naît dans les années 1980 d’un père mauritanien et d’une mère malienne, originaire de Tombouctou. Sa famille fuit en Libye lors de la rébellion touarègue de 1990-1996, et Abderrahmane Talha grandit dans ce pays.
En 2006, il rejoint le Groupe salafiste pour la prédication et le combat, qui devient quelques mois plus tard Al-Qaïda au Maghreb islamique. Il combat sous les ordres d’Abou Zeid au sein de la katiba Tarik Ibn Ziyad. En 2008, il prend part au combat de Tourine.

Interviewé en 2012 par Al Jazeera à Tombouctou, Talha affirme avoir voyagé au Niger, en Algérie, au Burkina Faso et même au Nigeria.

Au cours de la guerre du Mali, il est actif au sein de police islamique à Tombouctou d’avril 2012 à janvier 2013. A la suite de la mort en février 2013, de Mohamed Lemine Ould El-Hassen, tué par les Français, Aqmi annonce le 23 septembre 2013 dans un communiqué, avoir choisi Abderrahmane Talha pour prendre sa succession à la tête de la katiba Al Fourghan.

Vers novembre 2015, il apparaît avec plusieurs de ses combattants à Bouajbi, au nord-est de Tombouctou, en plein milieu d’une réunion de la tribu arabe des Oulad Iche. Cette apparition est diffusée dans une vidéo par Aqmi, Abderrahmane Talha tient un discours anti-français tente et de se concilier les tribus arabes de la région.

C’est ce terroriste qui connaissant bien la région qui se présente comme le nouveau visage du salafisme et sa capture devrait être un signe d’affaiblissement des groupes obscurantistes.

A. M. C.

L’Indicateur du Renouveau du 24 Mai 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés