Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
Jugé pour l’assassinat d’une fillette de 8 ans : Bouata Niaré condamné à 7 ans de prison ferme

Le vendredi 1er juin dernier, Bouata Niaré, inculpé pour l’assassinat d’une fillette de 8 ans était devant la Cour d’assises de Bamako pour répondre des faits qui lui sont reprochés. Il a été condamné par la cour, à 7 ans de prison ferme.

Lors de l’enquête préliminaire devant le juge d’instruction, l’inculpé avait raconté les faits. 
En effet, le 08 Aout 2014 aux environs de 9 heures en partant au champs, un voisin Dioman Diarra aperçoit Bouatou Niaré dans sa cour qui monologuait furieusement. La victime Aminata Niaré âge de 8 ans qui passait pour rejoindre ses amies dans la même famille reçoit un coup de daba de Bouatou Niaré sur la tête. Il l’égorgea pour ensuite ouvrir ses viscères et enlever son cœur et son foie qu’il mangea cru devant le vieux Dioman Diarra impuissant qui fit appel aux parents de la victime et cria au secours. Les voisins sortirent nombreux sans pouvoir faire quelque chose car Bouatou Niaré était armé. Mais son frère Makan Niaré informa les forces de l’ordre qui viendront l’interpeller.

A la question de savoir si l’inculpé se souvient du crime qu’il a commis, Bouatou Niaré dira qu’il ne souvient pas de l’acte en tant que tel puisqu’il se trouvait dans un état de démence psychique. Une maladie qu’il dit avoir depuis le bas âge et que le jour des faits, il était possédé par des forces occultes.

D’après lui, il a fait un mois à l’hôpital de Point-G sans recouvrer la santé. Et c’est un de ses frères qui est venu lui dire qu’il a tué la fille de son frère Aminata Niaré.
Le père de la victime a témoigné devant le ministère public que l’inculpé Bouatou Niaré consomme des stupéfiants et c’est un drogué. Avant de battre en brèche tout ce qu’il a dit sur son état de santé.

Son témoignage a été appuyé par celui du vieux Dioman Diarra qui a raconté la même chose. D’après lui, Bouatou Niaré consomme des drogues et c’est un homme normal qui n’a aucune maladie mentale. Seulement, il a agi sous l’effet de la drogue.
Après avoir bénéficié de circonstances atténuantes, Bouatou Niaré a été reconnu coupable d’assassinat et condamné à 7 ans de prison ferme.
Adiarra Coulibaly


Pour assassinat et détention illégale d’arme à feu : Seydou Coulibaly condamné à 10 ans de prison ferme
Seydou Coulibaly, inculpé pour assassinat était face au ministère public le lundi 28 mai à la Cour d’assises de Bamako, pour répondre du crime dont il est accusé. Poursuivi également pour détention illégale d’arme à feu, il a été condamné à une peine de 10 ans d’emprisonnement ferme.

Les faits remontent au lundi 27 juin 2017 à Fourou, une localité du Cercle de Kadiolo.
Selon Seydou Coulibaly qui a reconnu les faits qui lui sont reprochés devant la Cour d’assises, suite à une mésentente entre lui et sa femme Afou, celle-ci a décidé de le quitter pour rejoindre le domicile de ses parents. Ses interventions sont restées vaines afin qu’elle regagne le domicile conjugal. D’après lui, étant dans cette attente, le lundi 27 juin 2017, il a aperçu son épouse Afou passer dans la rue accompagné par un homme. C’est ainsi, poursuit-il, qu’il l’a interpellé pour savoir d’où elle venait et pourquoi elle se faisait accompagner par un autre homme. Au cours des échanges reconnait-il, il s’est laissé emporter par la colère et s’est servi de son coteau qui l’a atteint.

Après son acte, Seydou Coulibaly avait disparu. Il a fallu que les jeunes de Nagalasso fassent des recherches pour lui mettre la main dessus. Et au moment de son arrestation, il était en possession d’un pistolet de fabrication artisanale sans permis de port d’arme.

L’inculpé a allégué qu’en réalité, son intervention était dans le but d’agresser l’accompagnateur d’Afou qu’il considérait comme son nouvel amant. Mais Afou fut atteinte mortellement par son couteau à deux reprises du fait qu’elle se serait interposée entre cet homme et lui et qu’il a été aveuglé par la jalousie. Selon lui, après l’acte, il voulut rester auprès de son épouse et l’accompagner au centre de santé pour des soins puisqu’il l’aimait toujours sauf qu’il fut dissuadé par son ami qui lui a demandé de quitter les lieux au risque de se faire agresser par les membres de la famille de la victime.

A en croire Yaya Kamissoko, témoin et ami de l’inculpé, Seydou Coulibaly le fréquentait de façon régulière au moment où il cherchait Afou Traoré en mariage, mais depuis qu’il l’a épousé, il n’était plus revenu chez lui jusqu’au jour du drame.
A Kadiolo, un médecin du centre de santé de référence a reconnu que la victime Afou Traoré serait décédée des suites des coups mortels reçus. Le ministère public dans sa réquisition a demandé à la cour de déclarer Seydou Coulibaly coupable d’assassinat et de détention illégale d’arme à feu. C’est ainsi qu’il a été condamné à 10 ans de prison ferme.

Adiarra Coulibaly

Tjikan du 05 Juin 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés