Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actu...
17ème édition des journées annuelles de l’ACA : La valorisation de la culture du coton au cœur des échanges

Les membres de l’Association Cotonnière Africaine sont en conclaves dans la salle de réunion de l’hôtel Salam. L’objectif de cette assise est de faire le bilan des activités de l’année écoulée ainsi que les perspectives pour les années à venir. La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du ministre de l’agriculture du Mali Nango Dembélé. Il avait à ses côtés le président de l’APCAM Bakary Togola, le PDG de la CMDT Baba Berthé, le président de l’ACA, Charles Marco Mtunga. C’était le jeudi 14 mars 2019.

Les journées cotonnières africaines regroupent les producteurs, les investisseurs ainsi que les industrielles africains et internationaux. Elles offrent l’opportunité aux représentants des pays producteurs du coton d’Afrique de se pencher sur les difficultés liées à la production, à la transformation. C’est aussi un lieu de réflexion sur les moyens à mettre en œuvre pour une meilleure valorisation du coton.

Le thème retenu pour la 17ème édition des journées annuelles est « l’impact de l’égrenage sur la qualité du coton Africain ». Le choix de ce thème n’est pas fortuit, car selon le ministre de l’agriculture, Nango Dembélé, l’appropriation de ce thème participe à apporter des solutions à la problématique de l’amélioration de la qualité du coton africain, donc de sa compétitivité sur le marché mondial.

L’occasion était opportune pour le ministre d’évoquer les défis liés à la production du coton en Afrique. Parmi ces difficultés il a cité la faiblesse des rendements, le faible niveau d’équipement des producteurs, l’ambiguïté de la recherche agricole.

L’amélioration du taux de transformation locale est aussi un défi majeur auquel l’ACA est confronté. « Si dans la quasi-totalité des pays producteurs de coton en Afrique, les rendements à l’hectare dépassent rarement une tonne, ceci résulte du fait que les producteurs ne disposent pas d’équipements de production et de récolte pouvant réduire la pénibilité des travaux champêtres et que les ressources allouées à la recherche agricole sont insignifiantes » dixit le ministre avant d’inviter les participants a mené des débats francs et sincère en vue de relever ces défis.

L’Association Cotonnière Africaine est créée en septembre 2012, regroupe actuellement 31 membres actifs de 19 pays dont le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée, le Mali, l’Ouganda, la République Centrafricaine, le Sénégal, le Soudan, la Tanzanie, le Tchad, le Togo, la Zambie et le Zimbabwe. Son siège est à Cotonou au Bénin.

Bissidi Simpara
Bamako, le 14 Mars 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés