Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
2ème marche des enseignants : Les manifestants dénoncent la mauvaise foi du gouvernement

Ils étaient quelques milliers d’enseignants à battre le pavé pour une seconde fois le jeudi 11 avril 2019. Cette marche est organisée par 8 syndicats signataire du 15 octobre 2016 L’objectif était d’exprimer une fois de plus leur ras le bol face à l’inaction du gouvernement à satisfaire leurs doléances

Arborant comme à l’accoutumée la couleur rouge dans leur style vestimentaire pour signifier leur colère, des pancartes brandies avec des messages forts " le personnel enseignant veut une amélioration de ses conditions de vie et de travail", "oui aux précomptes non aux aux blocages des salaires", "les enseignants ont droit à une prime de logement", "les enseignants fonctionnaires des collectivités doivent avoir l’accès aux services centraux de l’État", les manifestants ont tenu à se faire entendre du gouvernement une fois de plus tout au long de leur trajet en l’occurrence de la place de la CAN au monument Kwamé Krouma.

Faut il le rappeler que les enseignants sont en grève depuis le mois d’octobre passé. Sur 10 points de revendications , 6 points ont l’objet d’accord, un accord partiel et trois points de divergence. Ces trois points de divergence sont : l’octroi d’une prime de logement ; la relecture immédiate du décret N° 529 P-RM du 21 juin 2013, portant allocation d’indemnités au personnel chargé des examens et concours professionnels en ses articles 1, 2 et 3 ; et l’accès des enseignants fonctionnaires des collectivités territoriales aux services centraux de l’État. Face aux doléances des syndicalistes la partie gouvernemental exprime que les revendications des syndicalistes sont irrationnelles et insoutenables . Les raisons évoquées sont : les enseignants sont nombreux, et qu’en accordant cette prime aux enseignants les autres corps vont la réclamer. Les syndicalistes expriment le contraire et décrient la mauvaise foi du gouvernement.

Malgré les multiples tentatives de conciliations, aucun compromis n’a été trouvé entre les enseignants et le gouvernement. Selon le secrétaire générale du syndicat de l’enseignement de base Amadou Coulibaly, « nous n’avons pu trouvé un consensus compte tenu de la négligence du gouvernement »

Le gouvernement a décidé de bloquer le salaire des enseignants.
Dans une déclaration lue par le porte parole des syndicats signataires du 15 octobre 2016 Adama Fomba, exhortent les enseignants à la mobilisation et à la résistance face à la stratégie de nuisance du gouvernement .
En outre les syndicalistes ont exprimé leur détermination à ne pas enterré leur hache de guerre jusqu’à la satisfaction totale de leurs doléances.
« nous exigeons tout simplement la satisfaction de nos points de revendications ; nous userons de tous les moyens légaux pour atteindre nos objectifs »

A ce rythme il est nécessaire de se demander si toutefois les syndicalistes et le gouvernement auront un terrain d’entente….même si une reprise de discussion sur lesdits points de divergence se tiendra demain vendredi 12 avril 2019 aux environs de 15 heures au ministère du travail , de la fonction publique chargé des relations avec les institutions.

Bissidi Simpara
Bamako, le 11 Avril 2019

©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés