Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
2ème édition du forum sur le cajou : la valorisation du cajou au centre des échanges

L’hôtel Azalai ex Salam a servi de cadre le lundi 5 août 2019 à l’ouverture des travaux du forum sur le cajou. La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du secrétaire général du ministère de l’agriculture Lassine Dembélé. Il avait à ses côtés le président de l’interprofession anacarde du Mali Ibrahim Togola, le président de l’Alliance pour le cajou africain Florentino Nanque, le représentant de compétitive cashew initiative Bernard AGBO.

Initié par l’Alliance pour le cajou africain en collaboration avec les acteurs intervenant dans le secteur, le forum sur le cajou vise à faciliter le partage d’expériences entre les pays sahéliens producteurs du cajou, d’alimenter les réflexions sur les mesures à prendre pour mieux organiser et accompagner la filière au bénéfice de l’ensemble de la chaîne de valeur en Afrique de l’ouest. Il s’agit pour les organisateurs d’évaluer la production d’anacardes au cours des cinq dernières années dans la région sahélienne et identifier particulièrement le potentiel de cette filière pour le cas du Mali ; sensibiliser les acteurs sahéliens concernant les opportunités de transformation professionnalisée et de compétitivité ; développer une organisation forte et un esprit filière au sein des différents maillons de la chaîne de valeur de l’anacarde ; de comprendre l’importance et le rôle du dialogue public-privé dans l’encadrement des filières anacarde au sahel , en apprenant des expériences des pays voisins.

Le thème retenu pour cette deuxième édition est « amélioration de la compétitivité de la chaîne de valeur anacarde dans les pays sahéliens ». Selon le président de l’Alliance pour le cajou africain Florentino Nanque, le cajou joue un rôle important dans l’économie africaine d’où le choix porté sur cette thématique. Au Mali, le cajou constitue le deuxième produit d’exportation le plus important du Mali après le coton dira M. Nanque. Il ajoute que le noix de cajou mobilise près de 50 000 ménages agricoles et crée 2 000 emplois directs dont plus de 90% au profit des femmes dans le secteur de la transformation.

Le président de l’interprofession Ibrahim Togola a saisi cette occasion pour rappeler les difficultés auxquelles les acteurs font face. Selon ses dires, la filière anacarde a beaucoup souffert cette année à cause d’une baisse inattendue des prix des noix brutes. Cela à cause du disfonctionnement dans la filière notamment, le faible taux de transformation des pays ouest africains et la difficulté de mobilisation de financement interne auprès des institutions financières a ajouté Ibrahim Togola. Le prix des noix sont passés de 600 fcfa en 2018 à moins de 80 fcfa cette année a indiqué M.Togola. C’est pourquoi le secrétaire général du ministère de l’agriculture Lassine Dembélé a invité les participants à mener des réflexions en vue de favoriser la transformation locale, qui pour lui, permettra de maitriser le prix du cajou.

Plus de 200 participants venant du Mali, du Burkina Faso , du Benin, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée Conakry, de la Guinée Bissau, du Sénégal, de la Gambie et le Togo prendront part à cette édition du forum sur le cajou qui s’articulera autour des conférences débats, des séances de travail, des expositions des produits ainsi qu’une visite de terrain à Djalakoroba le mercredi prochain.

Bissidi Simpara
Bamako, le 06 Aout 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés