Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
3ème édition de journée africaine de lutte contre la corruption : « Nous utiliserons...

3ème édition de journée africaine de lutte contre la corruption : « Nous utiliserons tous les moyens juridiques dont nous disposons pour accélérer ce processus » dixit Moumini Guindo

En prélude du 11 juillet, date anniversaire de l’adoption de la convention de l’Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption, l’Office centrale de lutte contre l’enrichissement illicite en partenariat avec Justice-Prévention-Réconciliation (JUPREC) a organisé une conférence débat à l’intention des étudiants. Ladite conférence était animée par le président de l’OCLEI Moumini Guindo

La corruption est un fléau qui mine la société malienne. Elle est pratiquée à tous les niveaux. C’est dans le souci d’informer et de sensibiliser la population sur le cadre juridique national et international contre la corruption que l’OCLEI en partenariat avec JUPREC a organisé cette conférence débat. L’objectif assigné à cette conférence débat était d’avoir une interaction avec les étudiants sur la lutte contre la corruption.

Le Thème retenu pour cette 3ème célébration de la journée africaine contre la corruption est « Vers l’élaboration d’une position commune sur le recouvrement des avoirs ». Le choix de ce thème n’est pas fortuit. Selon les dires du président de l’OCLEI tous les pays africains sont confrontés à la corruption. Ce thème interpelle les Etats à une action commune de lutte contre la corruption a affirmé le président Guindo.

L’occasion était propice pour le président de l’OCLEI Moumini Guindo d’évoquer les conséquences de la corruption au Mali. « La corruption est un vecteur matriciel qui empêche le peuple de parvenir au développement socio-économique. Elle empêche les citoyens sur une base égalitaire de bénéficier les ressources publiques. La corruption précède le pays de jeter les bases solides d’un développement économique gage du bonheur des citoyens » a affirmé le président.

Pour lutter contre la corruption, une synergie d’actions s’impose a affirmé le président de l’OCLEI Moumini Guindo. La formation et l’information jouent un rôle prépondérant dans cette lutte. Il ajoute que l’OCLEI a la vocation d’appuyer la justice afin de réprimer l’enrichissement illicite.

Par rapport aux contraintes liées à la lutte contre la corruption le conférencier a cité entre autres : le manque d’implication de la population, le manque de corrélation entre les structures de lutte contre l’enrichissement illicite.

Concernant la déclaration des biens des fonctionnaires de l’Etat, le président de l’OCLEI a affirmé que 1000 fonctionnaires maliens ont déposé leur déclaration de biens. « Nous utiliserons tous les moyens juridiques dont nous disposons pour accélérer ce processus » a conclu le président de l’OCLEI Moumini Guindo.

Il est nécessaire de rappeler que le 11 juillet journée africaine de lutte contre la corruption a été instituée par le conseil exécutif de l’Union africaine lors de sa 30ème session ordinaire tenue à Addis Abeba le 27 au 29 janvier 2017.

Bissidi Simpara
Bamako, le 10 Juillet 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés