Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
44ème session ordinaire du CSP : la lutte contre les pesticides non homologué au cœur des échanges.

L’Hôtel Radisson a servi de cadre à l’ouverture des travaux de la 44ème session ordinaire du Comité Sahélien des Pesticides (CSP) le mardi 21 mai 2019. La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Agriculture, chargé de l’Aménagement et de l’Équipement rural, Adama Sangaré .

Les points inscrits à l’ordre du jour étaient entre autres , l’examen du rapport d’activités du secrétariat permanent et le suivi des recommandations de la 43ème session, évaluer les dossiers de demande d’homologation des pesticides, l’examen et validation des propositions pour la réalisation des études de suivi sanitaire et suivi environnemental pour l’homologation des pesticides.

Le président du CSP Gnissa Konaté dans son intervention a affirmé les activités réalisées par le CSP. Selon lui, le Comité Sahélien des Pesticides, a eu à examiner 3 920 dossiers d’homologation en 25 ans d’existence. Il ajoute que 1556 autorisations provisoires de vente de pesticide ont été octroyé et 187 homologations de pesticides.

Le Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture, chargé de l’Aménagement et de l’équipement rural, n’a pas caché l’utilisation croissante des pesticides dans l’espace CILS. Selon lui, cette forte demande des pesticides dans la sous-région est due à l’accroissement l’utilisation de ces produits dans les activités quotidienne des populations. A ses dires, au regard de cette situation et de la dangerosité de ces produits la nécessité de mettre en place un système cohérent de contrôle de ces produits se pose. C’est pourquoi le Comité Ouest Africain d’Homologation des pesticides (COAHP) a vu le jour en 2018. Force est de constater que son application connait des retards. Les représentants de l’UEMOA, de la CEDEAO et de la FAO ont tour à tour affirmé leur attachement à l’accélération de cet outil de contrôle. Selon eux. La mise en œuvre des activités de ce projet permet de protéger l’environnement et la santé de la population des 17 pays membres du Comité Sahélien.

Bissidi Simpara
Bamako, le 21 Mai 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés