Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
5ème Edition de Marathon du Sahel : La grande finale des champions

5ème Edition de Marathon du Sahel : La grande finale des champions

Toogga sacrée meilleure startup.

Dans le cadre de la 5e édition de Marathon du sahel, le mémorial Modibo Keïta a abrité le jeudi 26 septembre 2019, la cérémonie de la grande finale des champions des start-ups qui a été remportée par la startup Toogga du professeur Baba Mohamed. C’était en présence de la ministre de l’économie numérique et de la prospective, Madame Kamissa camara, marraine de l’événement.

Sur les 1200 Candidatures soumises, 30 seulement avait été retenues dont 14 ont accédé à la grande finale des champions. Les pays finalistes étaient : le Mali, la Guinée, le Sénégal, la Mauritanie, le Burkina Fasso, le Niger et le Tchad.
Au terme d’une séance des pitchs devant les jury, le titre de champion de cette 5e édition de Marathon du Sahel a été décerné à la startup Toogga .

Les entrepreneurs qui se sont exercés pendant deux mois, ont eu chacun 2 min pour présenter leurs projets. C’est sans doute, le Mali qui a ouvert cette séance des pitchs avec l’entrepreneur Mahamadoun Abdoulaye Traoré fondateur de SANUVA, une entreprise qui s’est engagée dans la gestion des déchets au Mali et qui vise à promouvoir le tri sélectif afin de collecter et recycler l’ensemble des déchets de ses clients. Selon lui, c’est une première entreprise malienne à se lancer dans une activité de tri de déchets, depuis son lancement l’entreprise a créé plusieurs emplois. Il a par ailleurs, sollicité une aide financière pour mener à bien ses activités.

Karo est une startup guinéenne initiée par Boubacar Diallo. Elle fabrique de l’huile d’arachide afin de faire face à la dépendance de la Guinée vers l’extérieur et répondre aux enjeux de sécurité alimentaire qui concerne toute l’Afrique de l’Ouest. La startup Karo vend des produits alimentaires locaux et de qualités issus de sa propre exploitation agricole et de celles de ses agriculteurs partenaires.

La startup tchadienne KariDari de Madina Gombo Abderaman, vend des produits cosmétiques fabriqués à base de beurre de karité naturels et bio, destinés au traitement de la peau et des cheveux. Les produits achetés proviennent directement des coopératives féminines transformatrices au Tchad. Madina Gombo a donc profité de son pitch pour solliciter à son tour une aide financière de 30 millions de f CFA afin de renforcer sa capacité d’action.

FasoPro une startup sociale burkinabé créée par Kahitouo Hien, s’est lancée dans la commercialisation des chenilles et l’élevage des criquets, elle transforme des insectes comestibles africains en produits alimentaires de consommation courante. FasoPro entend exploiter à sa juste valeur le potentiel nutritionnel des insectes afin d’offrir aux populations une alimentation riche (protéines, minéraux, acides gras essentiels, etc.), saine, durable et accessible pour tous. Pour mener à bien ce projet, l’entrepreneur burkinabé a sollicité une aide de 50000 milles Euros.

Sen vitale une startup sénégalaise initiée par Abdoul Aziz Ben Mayoro Diop est dotée d’une application mobile au service des vies humaines et de la santé. Elle conçoit des QR codes portatifs (un code qui sauve des vies) permettant d’accéder en un scan, à votre dossier médical numérisé et de gérer des rendez-vous médicaux à partir d’un passeport santé Sen Vitale. Pour l’heure, la plateforme n’a pas des spécialistes en médecine. Néanmoins, elle travaille en collaboration avec les agents de santé, l’initiateur de ce projet a donc besoin de 100 milles euros pour développer son invention.

VLAN de Mariam Abdoulaye, est une startup nigériane qui fabrique des produits prêts à consommer (boîte de conserve, etc...) le Groupe VLAN transforme des fruits, légumes, céréales et produits forestiers non ligneux dans le but d’en faire des produits de consommation courante.

Mariam Cissé fondatrice de SANZARA, est une startup qui propose à ses clients une large gamme des produits locaux avec un service de livraison à domicile, elle veut s’implanter d’en au moins 7 pays de l’Afrique de l’Ouest et si possible en Europe. Sanzara serait en collaboration avec les producteurs et les vendeurs dans la conservation de leurs produits agricoles.

FASAM, startup nigériane initiée par Djibo Almoustapha Boubaca, elle veut améliorer le secteur agricole et proposer une agriculture de qualité adaptée aux conditions agro-climatiques sahéliennes, permettant aux petits producteurs d’accéder à des pesticides naturels efficaces, et à améliorer la sécurité nutritionnelle des populations. Elle s’est engagée à produire et nourrir sans nuire. Cette plateforme dispose d’une équipe composée d’un agronome spécialiste du sahel, d’un ingénieur agro- écologiste, un expert-comptable, et quinze paysans formateurs.

MAïA une startup burkinabé créée par Hassan Cédric ZOUNGRANA qui entreprend dans le domaine du cosmétique ; elle a fabriqué une pommade anti-moustique à base de Karité et de substances répulsives saines pour protéger les enfants efficacement du paludisme sans abîmer leurs peaux.

MOONSOFT de Gbadé Koivogui, startup guinéenne, est la première entreprise à créer un bio digesteur intelligent capable de transformer les déchets organiques en biogaz et en intrants agricoles. Le caractère intelligent du bio digesteur réside dans son contrôle à distance par une application androïde qui est pilotée à distance.

Les startups comme E-Lebne Kouran Jabo se sont aussi présentées lors de cette séance des pitchs. Cette séance de pitchs s’est achevée avec la startup Yobuma de Sylla El hadji Cheikh, une plateforme sénégalaise, disposant d’une application de voyage, susceptible d’aider les voyageurs à réserver leur billet en ligne.

La meilleure Startup de cette 5e édition

Après concertation des jurys Toogga, a été désignée meilleure startup de cette édition. C’est donc une entreprise mauritanienne d’alimentation animale créée par Baba Mohamed, professeur de chimie. Il a fabriqué un aliment des bétails à base d’une plante appelée : Typha et de fruits oléagineux (« yor » en wolof et « Zéguené » en bambara) capables de nourrir les cheptels sur le long terme et notamment pendant la période de soudure, tout en valorisant les produits locaux et en créant des sources de revenus pour les coopératives. La plante Typha serait à l’origine de plusieurs catastrophes naturelles, cette plateforme qui s’est consacrée à la transformation de cette plante catastrophique nourrit 14000 têtes de bétails chaque année. Elle vend des huiles, baumes artisanales et savons naturels fabriqués à partir des ingrédients traditionnels. C’est le cas pour l’huile de baobab, l’huile de melon…

Afin de poursuivre son œuvre, Baba Mohamed qui est d’ailleurs à la recherche des investisseurs et d’un impact économique a saisi l’occasion pour solliciter un montant de un million six cent mille euros. Pour renforcer sa main-d’œuvre, il a promis d’employer 100 femmes. A travers ce projet, « Je voudrais faire de mon entreprise le meilleur portefeuille de l’Afrique et pour les africains », a-t-il ajouté.

Darcia
Bamako, le 27 Septembre 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés