Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Dossiers
6eme session de formation en droit international pénal, droit international...

6eme session de formation en droit international pénal, droit international des droits de l’homme et droit des réfugiés : la traduction des auteurs des crimes devant les juridictions au cœur des échanges

L’école de maintien de la paix a servi de cadre à l’ouverture des travaux de formation des professionnels du droit international pénal. Cette session était placée sous l’égide du ministère de la justice Tiéna Coulibaly. Il avait à ses côtés le Directeur de la fondation Friedrich Naumann pour la Liberté, Dr Joachim Holden, la Fondation René Cassin, le représentant de la MINUSMA Mahamat Salah Annadif, le Directeur de la division du droit de l’homme de la MINUSMA Guillaume N’gueffa.

Cette rencontre d’une semaine est organisée par la fondation Friedrich Naumann pour la Liberté, la Fondation René Cassin, et la division des droits de l’homme de la MINUSMA afin d’offrir aux différents acteurs et militants des droits de l’homme la possibilité de mieux se familiariser avec les instruments internationaux de protection et de promotion des droits de l’homme et du droit international pénal. Il s’agit à travers cette initiative, de contribuer à la promotion d’une justice internationale efficace et impartiale fondée sur la lutte contre l’impunité des crimes les plus graves (génocide, crimes contre l’humanité, crimes de guerre, torture, disparitions forcées), en restaurant le respect de la dignité humaine et de la règle de droit dans les sociétés. Guillaume N’Gueffa dira que le monde en général est confronté à une violation du droit de l’homme à travers le terrorisme et les crimes organisés.

Le rôle et la place de la justice sont prépondérants pour l’instauration d’un monde de paix. D’où l’organisation de cette session de formation afin de mettre à niveau les juridictions sur les instruments internationaux de protection et de promotion des droits de l’homme et du droit international pénal. Dans son intervention le Directeur Régional Afrique de l’Ouest Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté Dr Joachim Holdren, a affirmé que l’internationalisation de l’incrimination, de la poursuite et de la sanction constitue une étape décision dans le passage d’une société internationale à une communauté internationale. L’irruption de l’individu dans le droit international comme sujet de droit aura permis de mieux prévenir les crimes de masse tels que crime contre l’humanité, crime de guerre, crime d’agression et crime de génocide.

Pour sa part le représentant de la MINUSMA Mahamat Salah Annadif, dira que "le Mali, traverse une période difficile depuis 2012 et que des graves violations du droit de l’homme ont été enregistrées depuis cette date à nos jours". La nécessité de lutter contre ces violations du droit de l’homme se pose. L’impartialité de la justice est pour lui un moyen efficace de réparation des préjudices causés aux victimes.

Il a réitéré l’engagement de la MINUSMA a accompagné le Mali dans toutes les processus de ce genre, qui pour lui est un gage de l’instauration de la dignité humaine. Le Ministre de la justice du Mali Tiéna Coulibaly a exprimé l’encouragement du Mali à poursuivre et encourager les actions visant à renforcer les responsables publiques. Ces formations d’une semaine permettront l’appareil judiciaire malien d’être mieux outiller afin de faire face aux violations des droits de l’homme enregistré depuis 2012.

« Le droit de l’homme est au cœur des actions prioritaires du gouvernement au regard de la situation que traverse le pays. Les enquêtes sont en cours pour que les auteurs des violations du droit de l’homme répondent de leurs actes devant les juridictions, mais aussi de faciliter d’accès des victimes à la justice. Le ministère de la justice est à pied d’œuvre afin de punir les auteurs de ces actes ». Il a invité les participants à l’assiduité et a mené des débats franc et sincère pour un meilleur partage des expériences.

Bissidi Simpara

Bamako, le 11 Février 2019

©AFRBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés