A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Services publics : Où sont passés les travailleurs ?
Services publics : Où sont passés les travailleurs ?
Cent jours du gouvernement Boubou Cissé : Les Maliens entre espoir et impatience
Doctrines : La tentation de l’arrogance dans la prospérité
Opération militaire franco-malienne dans le Gourma : les moyens à la dimension de la menace
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Services publics :graves dysfonctionnements du dispositif institutionnel

Le retard ou l’absentéisme des agents de la fonction publique proviennent de plusieurs raisons...

Lire

17-08-2019

Services publics : Où sont passés les travailleurs ?

 

Soutien aux Fama : grande mobilisation le 24 août prochain

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Route Samè-Kati : encore un accident mortel
Opération militaire franco-malienne dans le Gourma : les moyens à la dimension de la menace
Doctrines : La tentation de l’arrogance dans la prospérité
Situation du pays
Services publics : Où sont passés les travailleurs ?
Tombouctou : la grande tournée du chef d’état-major de l’armée de terre
Cent jours du gouvernement Boubou Cissé : Les Maliens entre espoir et impatience
SENEGAL
Imposition de Karim Wade comme n°2 du PDS

S’il y a un évènement qui fait des gorges chaudes au sein du Parti démocratique sénégalais (PDS), c’est bien le renouvellement de son bureau politique, la semaine dernière, qui a consacré Karim Wade, fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, numéro 2 du parti. Toute chose qui a irrité plusieurs ténors du parti tels Babacar Gaye, Amadou Sall, Cheikh Tidiane Sech, qui ont refusé d’intégrer ce bureau politique imposé par Abdoulaye Wade, leur compagnon de longue date. En effet, depuis de longues années, le PDS a été considéré comme un patrimoine familial par celui-là qu’on surnomme Gorgui. C’est dire donc que l’entêtement de Wade à vouloir à tout prix imposer son fils Karim, risque de faire imploser le PDS qui, on le sait, n’était déjà pas au mieux de sa forme depuis le départ de certains de ses cadres. En tout cas, l’un des responsables du parti ne va pas avec le dos de la cuillère pour affirmer ceci : « C’est un testament au profit de Karim ! Nous sommes dans une gestion népotique d’un parti qui implose ».La question que l’on peut se poser est la suivante : pourquoi vouloir coûte que coûte imposer Karim ? Un parti politique n’est pas un champ avec un propriétaire. Jamais, dans l’histoire politique du Sénégal, l’on n’avait vu pareille situation où le père ne jure que par le fils, s’il n’en fait pas un demi- Dieu...LePays

ALGERIE
L’Algérie face à une impressionnante crise économique

Si aujourd’hui, le prix du baril de pétrole avoisine les 60 dollars le baril, celui-ci pourrait caresser les 30 dollars dans un très proche avenir si la crise sino-américaine n’est pas résolue. Ce prix du baril de brut de pétrole devrait avoir des répercussions dramatiques sur les équilibres budgétaires de l’Algérie et plonger le pays dans une crise sans précédent au regard de sa totale dépendance aux recettes pétrolières. Déjà, la croissance globale du PIB de l’Algérie a atteint 1,5% au 1er trimestre 2019, la plus faible performance globale réalisée ces 20 dernières années. Avec un déficit commercial à l’orée d’une syncope chronique, le déficit de la balance commerciale de l’Algérie s’est lourdement creusé pour atteindre les 3,18 milliards de dollars durant le 1er semestre 2019, contre un déficit de 2,84 milliards de dollars à la même période en 2018. Pour ce qui est des exportations, celles-ci ont également chuté dans le même temps de près de 7% pour clignoter à 18,96 milliards de dollars durant le 1er semestre de l’année en cours, contre 20,29 milliards de dollars durant les premiers six mois de 2018. Quant aux recettes des hydrocarbures, qui constituent l’essentiel des ventes à l’étranger et des revenus de l’Algérie, elles s’élèvent, au 30 juin 2019, à 17,65 milliards de dollars contre 18,84 milliards de dollars...Farid Mnebhi.

COTE D’IVOIRE
L’immense fortune laissée par DJ Arafat, la star du « coupé-décalé »

Victime d’un accident de moto dans la nuit du 11 au 12 août à Abidjan, l’artiste ivoirien Ange Didier Huon – alias DJ Arafat – est mort à 33 ans des suites de ses blessures dans une clinique d’Abidjan. Il s’en va laissant derrière lui une grosse fortune.
Selon les témoignages fournies dans plusieurs vidéos lives, l’accident s’est produit à Angré, précisément à la 7è tranche, non loin du domicile de l’artiste, qui habite le Groupement 4000. Sa moto a percuté une voiture conduite par une journaliste de Radio Côte d’Ivoire. Le chanteur, inconscient, a été rapidement pris en charge et admis en soins intensifs. Il n’a malheureusement pas survécu. L’artiste dominait la scène ivoirienne et cette hégémonie lui rapportait gros. Une fortune estimée à 2,5 millions d’euros. Le chanteur possédait notamment une porche panamera de 105 millions de Fcfa, une chevrolet Camaro de 50 millions, une mercedes série protégée, 45 millions Fcfa, 3 motos d’une valeur de 3 millions Fcfa chacune, un (R+1) en construction. Fils d’artistes – sa mère Tina Glamour (chanteuse controversée du début des années 90) et son père Pierre, alias Wompi (arrangeur décédé) – Arafat DJ a grandi dans les quartiers endiablés de la commune de Yopougon.benin24television

SOUDAN
L’ex-présiden Omar Al-Bachir devant la justice

Le dictateur déchu devrait être appelé à comparaître devant un tribunal soudanais pour y répondre d’accusations de corruption. C’est un coup aux allures de coïncidence, le tout agrémenté d’un peu de panache et d’ironie, comme il sied aux grands moments. Samedi 17 août, le président déchu du Soudan, Omar Al-Bachir, verra son procès commencer. Le jour même où les forces ayant émergé lors de la chute, en avril, du général doivent signer à Khartoum la « déclaration constitutionnelle » qui encadre, de manière formelle, la fin de son pouvoir. Une fois renversé par ses propres généraux, réunis ensuite dans une structure baptisée « Conseil militaire de transition » (TMC), M. Al-Bachir avait été placé en résidence surveillée, puis, en théorie, transféré à la prison de Kober, dans le nord de Khartoum. Maints observateurs s’interrogeaient sur la détermination des membres du TMC à l’exposer à la justice soudanaise. Il ne faisait aucun doute, en revanche, qu’ils n’accepteraient pas de transférer l’ex-dictateur à la Cour pénale internationale (CPI), dont le bureau du procureur, entre 2009 et 2010, avait délivré plusieurs mandats d’arrêt à son encontre, afin de répondre à des accusations de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocide.Jean-Philippe Rémy

 

La culture malienne dépasse de plus en plus nos frontières pour s’étendre partout dans le monde
Lors d'un défilé organisé en Espagne, le jeune styliste et créateur de mode malien, Cheick Oumar Kanté, a tenu à rendre hommage à un incontournable de l'histoire contemporaine de la mode au Mali, Chris Seydou, à travers une collection de Bogolan. Un hommage qui a beaucoup retenu notre attention. C'est pourquoi nous avons jugé nécessaire de nous entretenir avec M. Kanté Cheick Oumar, le (...)
 

Bon à savoir : 07 astuces pour réagir face aux ragots ou commérages
Les critiques, les rumeurs et les ragots sont des éléments fréquents du quotidien de tout être humain. Certainement qu'à de nombreuses reprises, quelqu'un est venu vous rapporter une rumeur sur une connaissance commune. Mais combien de fois avez-vous raconté quelque chose sur une autre personne à l'un de vos amis ou de vos proches ? Mais, ce qui différencie ces comportements, c'est (...)
 

© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés