Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actualité
Agence Malienne de Radioprotection (AMARAP) : Un trou de plus de 48 millions...

Agence Malienne de Radioprotection (AMARAP) : Un trou de plus de 48 millions dans la caisse : le DG et l’Agent Comptable en taule position

Violation flagrante des procédures comptables et financières ; non justification de l’utilisation des tickets de carburant achetés et utilisation irrégulière du carburant ; paiement de jetons de présence sans fondement légal et absence de justificatifs pour les indemnités de déplacements. Auxquels s’ajoutent, l’exécution de dépenses irrégulières et le non reversement des produits issus de la vente des dossiers d’appel d’offres, d’année en année… Au tant de pratiques qui selon les résultats d’une enquête financière ont précipité l’Agence Malienne de Radioprotection (AMARAP) dans l’abîme. Avec à la clé, un trou béat de 48 millions (48 480 042F) de francs CFA dans la caisse pendant les exercices 2016, 2017, 2018 et 2019 (1er semestre).

Élaboré par des experts, chargés de faire toute la lumière sur la gestion calamiteuse de ces fonds, ce dossier épingle le Directeur Général de l’AMARAP, le Dr Nagantié Koné. Mais aussi, l’Agent Comptable de l’Agence.

À l’issue de leurs investigations, les enquêteurs sont tombés, à leur corps défendant, sur des zones d’ombre dans la gestion de ces 48 millions de francs CFA.

Décidemment, le DG de l’AMARAP, le Dr Nagantié Koné et son Agent Comptable sont mal barrés. Ils ont poussé la complicité jusqu’à se beurrer sur les caisses de l’État. Le gouffre financier ainsi creusé au niveau de cette structure étatique dépasse l’entendement. D’où la paralysie de l’Agence à tous les niveaux. Ou presque.

En clair, l’Agence Malienne de Radioprotection dans son histoire n’a jamais connu une telle hémorragie financière. Pire, elle n’a jamais été confiée à une personnalité, aussi controversé que le Dr Nagantié Koné : pendant 3 ans, les caisses ont coulé. Comme le Djoliba dans son lit. Et les détournements ont été comptabilisés en dizaines de millions de nos francs.

L’AMARAP, entre parenthèse

L’Agence Malienne de Radioprotection n’a pas seulement perdu de sa superbe. Elle a été vidée de son âme, vendue au diable. Et jusqu’aujourd’hui, son DG le Dr Nagantié Koné et son Agent Comptable n’affichent qu’une image de ruine et de désolation. Et pour cause : jamais, les gaffes au sein de cette agence n’ont atteint un tel degré.

Jugée, pourtant, stratégique par l’État malien dans sa politique de sécurité radiologiques et nucléaires, l’AMARAP n’a pas échappé à l’appétit vorace de son dirlo, le Dr Nagantié Koné et l’Agent Comptable.

Par petite touche, ils ont « sucé » les caisses, érigés le népotisme en mode de gestion. L’espoir tant suscité auprès du gouvernement, a viré au cauchemar. Un flop magistral.

À en croire le document d’enquête, le Directeur Général de l’AMARAP, le Dr Nagantié Koné n’a pas justifié l’utilisation des tickets de carburant achetés. Cependant, les auditeurs ont constaté que l’utilisation des tickets de carburant sous la dénomination « Appui », n’est pas justifiée. En effet, le DG, le Dr Nagantié Koné, en plus de sa dotation personnelle, enlève une partie des tickets de carburant achetés. Non plus, il n’a fourni aux enquêteurs aucun document relatif à l’utilisation desdits tickets. Le montant total des tickets de carburant non justifiés pour la période sous revue s’élève à 24 millions FCFA (24 015 000F) soit 4 803 tickets de 5000 FCFA. Et comme si cela ne suffisait pas, notre DG a aussi procédé à l’utilisation irrégulière du carburant. Et lorsque l’équipe de vérification a demandé les documents d’acquisition, d’utilisation et de répartition des tickets de carburant achetés, elle a constaté que le dirlo de l’AMARAP, le Dr Nagantié Koné a détourné de son objet l’utilisation des tickets de carburant achetés pour un montant total de 3 185 000 FCFA. Et cela en violation flagrante du principe de la spécialité budgétaire.

En effet, l’utilisation du carburant acheté en date du 08 novembre 2018 par le mandat AD n°18 et la facture n°0237 non datée de STAR OIL, a été justifiée par la liste d’émargement du paiement en espèce des jetons de présence, des honoraires et des perdiems du 18ème Conseil d’Administration pour un montant de 3 100 000 FCFA ainsi que le paiement des factures d’achats du petit matériel pour un montant de 85.000 FCFA. De plus, le montant total des pièces justificatives fournies aux enquêteurs dépasse d’un montant de 35 611 FCFA, la somme de 3 185 000 FCFA ayant servi à l’achat des tickets de carburant.

Par ailleurs, pour s’assurer que les dépenses effectuées par le Régisseur de l’AMARAP, sont autorisées et soutenues par des pièces justificatives probantes, la mission d’enquête a analysé les pièces fournies à l’appui du paiement des jetons de présence. Du coup, elle a constaté que des jetons de présence sont payés lors des Conseils d’Administration (CA) sans fondement légal. En effet, le Directeur Général n’a pu fournir à la mission ni les délibérations du Conseil d’Administration, ni les procès-verbaux (PV) autorisant le paiement desdits jetons lors des 13ème, 14ème, 15ème, 16ème et 17ème sessions du Conseil d’Administration.

Également, la mission a constaté que le taux des jetons de présence varie d’une session à l’autre. Le montant total des jetons de présence irrégulièrement payés par le DG de l’AMARAP, le Dr Nagantié Koné, s’élève à plus de 12 millions de nos francs (12 035 000FCFA). Comme par enchantement.

Plus grave encore, les enquêteurs ont décelé que l’Agent Comptable de l’AMARAP ne justifie pas les indemnités de déplacements. Et jusque-là, il n’a pas pu justifier le paiement des indemnités de déplacements de trois missions dont une à l’intérieur et deux à l’extérieur. En effet, les mandats n°69 du 14 mars 2017, n°34 du 1er septembre 2018 et n°10 du 1er mai 2018 émis pour le paiement des indemnités de déplacements ne sont pas soutenus par des pièces justificatives requises, notamment l’ordre de mission visé ou la carte d’embarquement. Le montant total de ces indemnités de déplacement non justifiées s’élève à 2,4 millions de nos francs (2 431 142 FCFA). Et ce n’est pas tout. Loin s’en faut.

D’embrouilles en magouilles

Même le non reversement par l’Agent Comptable de l’AMARAP des produits issus de la vente des Dossiers d’appel d’offres (DAO) n’est pas de nature à tempérer les curiosités. Toutefois, la mission a découvert que l’Agent Comptable n’a reversé ni dans le compte bancaire de l’AMARAP ni à l’Autorité de Régulation des Marchés Publics et de Délégation de Service Public les produits de la vente des dossiers d’appel d’offres. En effet, il n’a pu fournir aux auditeurs aucune pièce justifiant le reversement desdits produits dont le montant s’élève à 200 000 FCFA.

Enfin, le Directeur Général de l’AMARAP, le Dr Nagantié Koné et l’Agent Comptable ont effectué des dépenses irrégulières. Et pour s’assurer de la régularité et de la sincérité des achats effectués par l’AMARAP, les enquêteurs ont procédé au rapprochement des informations recueillies des liasses de pièces justificatives (dossiers d’engagement, de mandatement et de paiement) avec celles issues de la tenue des stocks du magasin (registre de mouvement et bon de sortie des matériels) ainsi qu’aux contrôles d’effectivité, et à des entrevues.

Du coup, les contrôleurs sont tombés à leurs corps défendant sur des zones d’ombre dans la gestion du DG de l’AMARAP, le Dr Nagantié Koné et l’Agent Comptable. Les deux complices ont procédé à l’achat des pneus en l’absence de besoins formellement exprimés. En effet, à la suite de l’examen des pièces justificatives des dépenses, il ressort qu’ils procèdent, chaque année, à l’achat des pneus sans que le besoin ne soit exprimé par les utilisateurs des véhicules concernés. Ainsi, en moins de deux ans, ils ont acheté 83 pneus pour un parc automobiles de sept véhicules, pour un montant total de plus de 17 millions FCFA (17 688 200F) suivant les mandats n°36 du 10 février 2016, n°220 du 09 novembre 2016 et n°170 du 18 août 2017 et les factures n°0021/ TA/16 du 10 novembre 2016, n°0089/TA/16 du 03 novembre 2016 et n°40 du 15 août 2017.

À titre d’illustration, en 2017 l’Agent Comptable a acheté 10 pneus pour le véhicule immatriculé K9567. De plus, sur les 83 pneus, 50 ont été effectivement utilisés sur des véhicules. En effet, le comptable-matières de l’AMARAP n’a pas apporté à l’équipe, la preuve de l’utilisation ou de l’existence physique des 33 pneus dans le magasin. Le montant total de ces irrégularités s’élève à 6,6 millions (6 613 900 FCFA).

Pourquoi ? Seuls le DGl de l’AMARAP, le Dr Nagantié Koné et l’Agent Comptable pourraient y répondre. Du moins, à l’heure actuelle.

Bref, l’Agence Malienne de Radioprotection a été sacrifiée sur l’autel d’intérêts égoïstes. Autrement dit, la caisse de la structure a subi une saignée financière de plusieurs dizaines de millions de francs CFA.

En réalité, cette mauvaise gestion est le fruit d’un système bien huilé, mis en place par le DG de l’AMARAP. Selon ce système, les responsables de l’Agence veillent aux « bons soins » de leurs potes et de leur propre personne : enveloppes de fin du mois, marchés de gré-à-gré, bons de carburant à gogo, voyages sur la Côte d’azur et autres cadeaux en nature. Du moins, s’ils veulent éviter les « ennuis ».

Face à de telles pratiques qui ont occasionné un trou de plus de 48 millions de francs CFA à l’Agence Malienne de Radioprotection, les enquêteurs, à l’unanimité, exigent à ce que le DG de l’AMARAP, le Dr Nagantié Koné, l’Agent Comptable et leurs complices rendent à César ce qui n’est pas à eux. Et cela dans un bref délai. Passé ce temps, des poursuites seront engagées.

Depuis, les responsables de l’Agence Malienne de radioprotection ne dorment plus que d’un demi-œil.

Nous y reviendrons dans notre prochaine édition.

Jean Pierre James
Le Nouveau Réveil du 09 Janvier 2020

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés