Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
Amélioration de la planification : Le projet « Amplify-change » vient d’être lancé.

Le secrétaire général du ministère de la santé et de l’hygiène publique Mama Koumaré a présidé la cérémonie de lancement du projet Amplify-change. Il avait à ses côtés le Directeur du projet Amplify-change Sory Monekata, le président de la coalition des organisations de la société civile Mamoutou Diabaté. C’était le mercredi 17 juillet 2019 à l’hôtel Shératon.

L’application des textes en matière de la planification familiale en Afrique pose des soucis. C’est dans l’optique d’améliorer la performance des politiques et stratégies en Afrique de l’ouest et en Afrique australe que le projet Amplify-change vient de voir le jour.

Le Directeur de Amplify-change Sory Ibrahim Monekata a affirmé que le projet qu’il dirige couvre 4 pays en Afrique de l’ouest (le Mali, la Guinée, le Niger, et le Burkina Faso) et 2 pays en Afrique australe (Malawi et le Zimbabwé) et un pays d’Afrique de l’Est dont l’Ouganda. Selon ses dires, des rencontres d’échange et de partage des expériences seront le credo de ce projet.

Durant 2 ans les acteurs de ce projet se mobiliseront pour une application des textes en matière de la planification familiale. Les objectifs assignés à ce projet sont : la facilitation et le renforcement des capacités des organisations de la société civile en matière de planification familiale, les plaidoiries pour une amélioration des politiques et stratégie des droits à la santé sexuel et reproductive.

Pour sa part, le représentant des organisations de la société civile Mamoutou Diabaté estime que les pays anglophones sont en avance par rapport aux pays francophones en matière de planification familiale. La réalisation de ce projet sera mise à profit pour un meilleur partage d’expériences entre les pays en matière de planification familiale.

Le secrétaire général Mama Koumaré a saisi cette occasion pour évoquer les actions entreprises par le gouvernement en matière de la santé reproductive. Parmi ces actions, le droit égal de liberté et de dignité entre homme et femme en matière de santé de la reproduction, le droit à l’information et à l’éducation, le droit d’accès aux soins et services de santé, le droit à la non-discrimination dans l’offre des services, le droit à la qualité des produits contraceptives. Tous ces textes adoptés ont été transformés en programme et en projet a conclu M.Koumaré.

Bissidi Simpara
Bamako, le 18 Juillet 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés