A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Suspension du mot d’ordre‘’démission d’IBK"
G5 Sahel : Vers un engagement militaire accru ?
Litige foncier : Qui veut spolier les Grands Moulins du Mali ?
Crise sociopolitique : Le navire EPM avarié !
Marche populaire : Niafunké réclame la libération de Soumaïla Cissé
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

100 jours de captivité : "Notre président manque terriblement au peuple malien "

Ni ses ravisseurs ni les raisons de sa captivité ne sont, jusque-là, connus. Les attentes deviennent longues et intenables...

Lire

05-07-2020

Grand rassemblement pour la cause de Soumaïla Cissé : IBK fortement interpellé !

 

Suspension du mot d’ordre‘’démission d’IBK"

 
Le Républicain | Inter Bamako | Sport | 22 Septembre | La Mutation | Le Débat | L'Observateur |
 
Sur le fil de l'actualité...
Pour la libération du chef de file de l’opposition Soumaila Cissé : La jeunesse URD met les bouchées doubles
Un autre sommet du G5 Sahel à Nouakchott : Les armées sahéliennes et leurs alliées battent toujours de l’aile
Crise sociopolitique : Le navire EPM avarié !
Situation du pays
Ansongo : Le BAC de Lellehoye saboté par des terroristes
Litige foncier : Qui veut spolier les Grands Moulins du Mali ?
Marche populaire : Niafunké réclame la libération de Soumaïla Cissé
Can 2021
Report de la Can 2021 : Une décision responsable !

La décision était très attendue, tant et si bien qu’elle n’a pas surpris grand monde. En effet, la prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN) prévue pour se tenir du 9 janvier au 6 février 2021, n’aura pas lieu. Elle a été décalée d’un an. Ainsi en a décidé la Confédération africaine de football (CAF). La raison, il ne faut pas aller trop loin pour la chercher. Il s’agit, pour les dirigeants du football africain, d’éviter la propagation à grande échelle, du coronavirus dont on dit qu’il a fait à ce jour plus d’un demi-million de morts à travers la planète. Quand on sait que le football est le sport-roi qui attire plus de monde, organiser la CAN, par ces temps de pandémie, pouvait donner lieu à une explosion de cas du Covid-19 sur un continent qui, quoi qu’on dise, a tant bien que mal, réussi à endiguer le phénomène. Du reste, si l’intention de la CAF était que la CAN se jouât en 2021, elle n’aurait plus eu de marge de manœuvre quand on sait que naguère, la Fédération internationale de football et associations (FIFA) avait décidé que l’on ne jouerait pas de matches internationaux en septembre prochain en Afrique. Or, on sait que les qualifications pour la CAN n’étaient pas encore terminées et que vouloir les jouer en juin-juillet, aurait été très compliqué en raison de la saison des pluies qui s’est installée dans la plupart des pays dans le Golfe de Guinée.LePays

G5 Sahel
Sommet du G5 Sahel : Nouakchott valait bien un détour

Six mois après le sommet de Pau, en France, qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive, le président français, Emmanuel Macron, et ses pairs des cinq pays du Sahel regroupés au sein du G5 Sahel, ont tenu, hier, 30 juin 2020, un conclave en terre mauritanienne, sur l’évolution de la situation sécuritaire dans la sous-région. L’objectif est de faire le point sur la lutte anti-djihadiste dans la région, depuis le sommet de Pau où ils avaient décidé de l’intensification de leurs actions pour mieux faire face à la recrudescence des attaques terroristes. On se rappelle, ces incursions répétées des forces obscurantistes avaient fini par créer un climat de défiance croissant de certaines populations de ces zones vis-à-vis des forces françaises accusées, à tort ou à raison, d’inaction si ce n’est de jouer à un jeu trouble avec l’ennemi. Une situation qui avait connu le développement d’un sentiment anti-français qui avait eu le don d’agacer fortement Paris au point de valoir une « convocation » en règle des dirigeants africains pour une rencontre de « clarification ». Six mois après, les voyants de ces relations franco-africaines ne semblent plus au rouge. Car, non seulement les mouvements appelant au départ des troupes françaises des pays du Sahel se font de moins en moins entendre, mais mieux, à en croire certains sondages, plus de 50% des populations de ces zones voient désormais d’un bon œil la présence des troupes étrangères sur leur sol.LePays

Espace CEDEAO
Réouverture des frontières dans l’espace CEDEAO : Mettons-nous la charrue avant les bœufs ?

C’est, en principe, aujourd’hui, 1er juillet 2020 que les pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) rouvrent leurs frontières fermées en raison de la pandémie du Covid-19. Comme l’on peut s’en douter, l’évènement est des plus attendus car les déplacements des populations à l’intérieur de l’espace communautaire, répondent à de nombreux impératifs. Alors que le gros des flux migratoires satisfait des besoins économiques, les populations, dans l’espace, restent liées par d’importants liens sociaux et culturels. En effet, de nombreux peuples se répartissent de part et d’autre des frontières qui leur paraissent totalement artificielles. C’est le cas des Bwaba, par exemple, qui sont à cheval entre le Burkina et le Mali ou encore des Yoruba entre le Bénin et le Nigeria. A cette réalité des populations qui ont en partage le même espace géographique, viennent s’ajouter les liens créés par l’histoire récente du continent, notamment la colonisation ou encore les conflits qui se sont soldés par des flux importants de réfugiés qui, malgré tout, gardent d’importantes attaches avec la mère-patrie. On ne peut pas non plus occulter les besoins en éducation, qui occasionnent une grande circulation des étudiants entre les pays de la CEDEAO.LePays

RDC
Lettre du roi belge a Tshisekedi a l’occasion du 60e anniversaire de la RDC

La République démocratique du Congo (RDC) a célébré, le 30 juin dernier, le 60e anniversaire de son accession à la souveraineté nationale et internationale. Une commémoration qui aura connu un fait inédit. En effet, le roi belge, Philippe, a saisi cette occasion pour présenter au peuple congolais, ses « plus profonds regrets pour les blessures » infligées pendant la période coloniale belge au Congo. Et il ne s’est pas arrêté là. Il s’engage à combattre « toutes les formes du racisme ». En tant que descendant direct du roi Léopold II, le jeu en vaut bien la chandelle. Car, ce n’est un secret pour personne que l’arrière-arrière-grand-père du roi Philippe qui avait fait du Congo sa propriété privée et exploitait à sa guise ses immenses richesses, aura été l’un des plus sanguinaires colons qui auront régenté la RDC. C’est dire si c’est un acte de repentance qui vaut son pesant de consolation. Et pour peu qu’il soit sincère, il faut le saluer à sa juste valeur. Ce d’autant que d’autres colonisateurs ont aussi fait subir les pires formes de violences à de nombreux Africains sans que leurs descendants ne daignent outre mesure, émettre les moindres regrets. En tout cas, les regrets du roi Philippe pourraient contribuer à soulager un tant soit peu, les cœurs meurtris des petits-fils de bantous dont certains auront été mutilés au cours des travaux forcés.LePays

 

Zoom sur Hammadoun Dicko (1924-1964) : Le destin brisé d’un homme politique aux dents longues
Homme politique malien né en 1924 à Diona, Hammadoun Dicko sera lâchement assassiné à Kidal sous le régime de Modibo Keita. Fils d'un chef de village, il étudie à l'école de Douentza puis à Mopti et au lycée Terrassons de Fougères à Bamako, Hammadoun Dicko poursuit ensuite à l'Ecole normale William Ponty de Dakar. En 1947, Monsieur Dicko est nommé instituteur où il exerce d'abord à Bafoulabé (...)
 

Lutte contre le paludisme : Des stratégies adaptées au contexte du COVID-19
À cause de la propagation du coronavirus, le Programme national de lutte contre le paludisme réajuste ses méthodes dans la distribution de moustiquaires imprégnées et aussi dans la chimio prévention du paludisme saisonnier chez les enfants La communauté internationale célèbre chaque 25 avril, la Journée mondiale de lutte contre le paludisme pour mettre en lumière les progrès enregistrés dans (...)
 

© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés