Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Artisanat : « L’utilité des organes animaux n’est plus à démontrer dans la vie des maliens »

« Rien ne se perd tout se transforme ». Les os, les peaux, ainsi que les organes d’animaux sauvages tels que le lion, la panthère, l’hyène … sont utilisés par les marabouts, les féticheurs pour une raison ou pour une autre. Ils sont aussi utilisés dans la médecine traditionnelle. Ces vendeurs d’organes animaux sont généralement présents dans la partie artisanale du grand marché de Bamako. Appartenant aux produits artisanaux, les peaux, les os ainsi que certains organes des animaux sont quotidiennement utilisés par les maliens.

Moussa Traoré âgé d’une quarantaine d’années, dans une interview, affirme les biens fondés de ce commerce qu’il exerce depuis plus de 20 ans.

Comment rassemblez-vous ces produits ?

Notre marché est approvisionné par des chasseurs voire même des personnes ressources qui se promènent de village en village à la recherche de ces articles. Nous avons aussi des contacts avec certains qui sont dans les pays où les animaux sauvages sont très présents. Les peaux et les organes des grands animaux comme le lion, les panthères, l’hyène etc, proviennent de la Guinée, Tchad, Tanzanie, Côte d’Ivoire Burkina. Le prix de la peau de certains animaux reste très cher. La peau complète du lion varie entre 600 000 fcfa à 1 000 000 fcfa, celui du panthère est compris entre 200 000 fcfa à 400 000 fcfa Panthère, l’hyène est à 250 000 fcfa. Malgré la cherté de ces articles, les vendeurs arrivent à faire des bénéfices. Les peaux sont découpées et vendues par morceaux selon les besoins de ses utilisateurs.

Parlez-nous de quelques avantages de ces produits ?

Nous ne sommes que des vendeurs et non des utilisateurs. Qu’à cela ne tienne, les avantages de ces organes d’animaux sont énormes et variés. Je me suis fié à la forte demande et à la vente journalière pour dire à quel point mes produits sont utilisés par la population malienne. Les marabouts et les féticheurs remédient aux problèmes d’ordre économique, social voire même médical avec ces organes animaux.

Etes-vous en contact avec les médecins traditionalistes ?

Les organes de certains animaux, les feuilles et les écorces que nous vendons sont utilisés dans la médecine traditionnelle. Les thérapeutes traditionnels achètent nos produits.

Est-ce que ces produits marchent en termes de vente ?

Ma recette journalière varie entre 50 000 fcfa à 200 000Fcfa. Nous arrivons à subvenir aux besoins financiers de nos familles grâce aux bénéfices.

Êtes-vous regroupés en association ou en coopérative ?

Aucune association ou de regroupement n’est formé autour de cette activité. Les pourparlers et des concertations sont en cours afin de mettre en place une coopérative.

Quelles sont les difficultés que vous racontez au cours de votre activité ?

La méconnaissance et la confusion de certains organes animaux, par certains marabouts et féticheurs de ces organes, pose énormément de problème. Après la vente, les marabouts, par méconnaissance ou pour des fins d’escroquerie, mettent en doute la crédibilité des vendeurs d’organe animal. Par insouciance ou par la recherche du profit, certains commerçants de ces organes vendent un article à la place d’un autre. Ces commerçants véreux vendent la tête du chien à la place de celle d’hyène. Cela entraine un manque de confiance général entre les clients et les autres vendeurs. Autre difficulté c’est que les vendeurs de ces organes animaux sont exclus voire mis à l’écart par la population à cause des odeurs des carcasses. Pour remédier à ces difficultés, nous utilisons des produits pour éviter les odeurs nauséabondes des carcasses.

Est-ce que les organes autres qu’animaux sont-ils sur votre marché ?

Je déplore la vente d’organes humains dans le marché noir par certaines personnes. Ces vendeurs d’organes humains se cachent derrière notre métier pour exercer ce commerce ignoble et malsain. Les marabouts, les féticheurs utilisent souvent des organes humains pour une raison d’ordre mystique. A titre d’exemple les os d’un « fou » sont utilisés pour la fabrication des fétiches « kounguéré, Tonkofèbila … ». Les organes humains sont utilisés aussi pour remédier à des problèmes et autres raisons. Seuls les acheteurs et les utilisateurs de ces organes humains peuvent donner plus d’explications. A ce que je sache, les organes humains sont utilisés pour des besoins sataniques.

Bissidi Simpara

Bamako le 08 Janvier 2019

©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés