Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Dossiers
Assassinat du commissaire Tounkara : La rançon de l’inconséquence des autorités policières !

C’est très grave. Le Commissaire principal, responsable de la sécurité de Niono, Issiaka Tounkara, a été tué hier au cours d’une révolte de la population qui a attaqué le commissariat. Par qui ? Poussé par qui ? Qui a jeté l’huile sur le feu ? Des infiltrations ont-elles eu lieu ?

A l’état actuel des choses, on va retenir l’hypothèse que c’est la population qui a tué le commissaire. Pourquoi ? La viande est dure et le couteau peu tranchant. Les Maliens de l’extérieur doivent être particulièrement édifiés.

La crise remonte à l’avant Tabaski (10 août). La Mairie initie un contrôle de vignettes pour motos (pour avoir le prix du mouton ?) avec la Police. Une moto refuse de s’arrêter. Il est poursuivi par un policier qui lui donne un coup du pied. L’homme tombe et se fracasse la hanche.

La nouvelle fait le tour de la ville. Colère noir des jeunes qui demandent que le policier soit muté. La crise s’envenimait depuis. Avec le laxisme des autorités incapable de régler un problème et l’opportunisme de certains qui ajoutent de l’huile sur le feu. Plus d’autres qui manipulent sous l’eau ?

Le Commissaire et son adjoint sont convoqués à la Direction générale de la Police. À Niono, on aime trop tricher au Mali, on fait croire que le Commissaire a été muté. L’adjoint revient et on fait croire qu’il est désormais le Commissaire. C’est la fin chez eux.

À Bamako, le Commissaire fait comprendre au DG Moussa Ag Infahi qu’il ne veut plus retourner à Niono. Le président du syndicat de Police APN, Sidy Tamboura, le confirme. Le Commissaire a essayé de faire comprendre aux syndicats que c’était lui qui avait demandé d’être muté.

On l’a obligé à retourner à Niono. Seul, sans délégation et sans préparation aucune du terrain. Et sans renfort aucune. Une grosse faute à mon avis personnel. Donc, jeudi, la population de Niono a découvert que le commissaire est revenu à son poste. Elle décide que c’était un manque de respect. Elle décide d’aller détruire le Commissariat.

Pris de panique, un policier tire. Ce fut le coup d’envoi de l’irréparable.

En sous nombre, et sans équipements adéquats, les hommes en uniforme battent en retraite. C’est au cours de ce recul que le Commissaire a été tué : par balle ? De qui ? La vérité doit être dite sur ce point.

Pendant que Niono était en feu, Tombouctou était sous les tirs d’armes de guerre aux mêmes moments. Des morts là aussi. Ce fera l’objet d’un autre statut (ou post). Il faut que les maliens se ré saisissent.

A.Tall
Le Démocrate du 25 Septembre 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés