Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Le Républicain
Bankass : Au moins 34 civils et 9 soldats maliens tués

Une patrouille de l’armée malienne est tombée dans une embuscade dans la nuit du jeudi juillet 2020 à l’entrée du village de Gouari. Bilan : 07 morts, 02 blessés, 03 portés disparus et 04 VHL brûlés. Gouari fait partie des 4 villages du cercle de Bankass qui ont été attaqués, le mercredi 1er juillet, par des assaillants armés. Au moins 34 civils avaient trouvé la mort lors de cette incursion terroriste. Mahamat Saleh Annadif, le chef de la Minusma, a condamné « ces attaques meurtrières, dont les survivants sont contraints à fuir leurs villages, aggravant ainsi l’insécurité et la crise humanitaire dans les régions du centre du pays. »

L’union pour la République et la Démocratie ( URD ), le principal parti de l’opposition malienne, a, dans un communiqué, indiqué qu’il « l’URD est profondément inquiète de la tournure dramatique prise par les évènements qui secouent les régions du centre depuis plusieurs mois. » Le parti du chef de l’opposition malienne a invité la communauté internationale à étendre son assistance au centre du Mali et à déployer toutes les énergies nécessaires en collaboration avec les forces armées et de sécurité du Mali pour circonscrire ces drames.

————————-

Accusée d’avoir commis des exactions à Niangassadiou, Binedama, Massabougou et Diabaly : L’armée malienne se défend

Le Directeur général de la Direction de l’information et des Relations Publiques de l’armée (DIRPA) le Lieutenant-colonel Diarran Koné et certains chefs de la hiérarchie militaire étaient devant la presse, le vendredi 26 Juin 2020 à la Dirpa afin d’apporter des éclaircissements aux allégations d’exactions qu’on attribue aux famas. Les conférenciers ont donné leur point de vue sur les incidents survenus à Niangassadiou, Binedama, Massabougou et Diabaly. Ils ont indiqué que les missions d’enquêtes qui ont été diligentées n’ont pas révélé d’exactions tout en reconnaissant que des manquements de consignes militaires ont été notés et que des sanctions disciplinaires ont été prises. Le colonel major Yacouba Sanogo, sous-chef d’état-major chargé des opérations à l’état-major général des armées a expliqué que les allégations mettent en cause trois détachement Fama du théâtre centre de l’opération Maliko.

Il a détaillé les faits qui remontent au Mercredi 03 juillet 2020 à Niangassadiou dans le cercle de Douentza, le vendredi 05 juin à Binedama dans le cercle de Koro et le samedi 06 Juin à Diabaly où les FAMa dans le cadre de leur mission régalienne ont été la cible des bandits armés. Il a indiqué que les forces armées maliennes ont apporté une réponse à hauteur des souhaits et a poursuivi les assaillants dans leur dernier retranchement tout en saisissant des armes de l’ennemi et des munitions.

A ses dires, toutes ces missions de combat, en zone d’insécurité avec une forte présence d’activités de divers combattants des groupes terroristes ont fait l’objet de compte rendu de la part des différents chefs de missions. Le colonel-major Sanogo a précisé que c’est à la suite de ces missions opérationnelles que des allégations d’exactions de la part des FAMa ont circulé sur les réseaux sociaux et d’informer que dès l’annonce des allégations que le commandement à fait suspendre les opérations en cours dans les zones concernées.

Quand au conseiller juridique auprès du chef d’état-major général des armées le colonel Patrice Dembélé, il a fait savoir que l’état-major général des armées a dépêché des commissions d’enquête de commandement sur le terrain tout en informant que ces missions n’ont pas révélé d’exactions. Il a reconnu que des manquements de consignes militaires ont été notés dans le secteur 5, et que des sanctions disciplinaires ont été prononcées. Selon le Directeur général de la Dirpa le lieutenant-colonel Diarran Koné, le respect des droits de l’homme et de la protection des populations sont au cœur des préoccupations des FAMA.

Le Directeur de la Dirpa a assuré que les FAMA sont déterminés à traquer tout contrevenant à la quiétude des populations dans le respect des droits de l’homme et que la hiérarchie militaire invite les populations de continuer à accorder leur confiance aux FAMa et à leur apporter tout le soutien indispensable.

Le 06 Juillet 2020

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés