Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actualité
Centre de formation et de perfectionnement des douanes Sira Mallé : Abdoulaye Dicko, désigné major de...

Centre de formation et de perfectionnement des douanes Sira Mallé.

Abdoulaye Dicko, désigné major de la promotion Sira Mallé 2018-2019.

Abdoulaye Dicko, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est un natif de la région de Mopti ; il est détenteur d’un DUT, d’une licence et d’un Master 2 en commerce international et marketing. Après avoir réussi avec brio ses études du premier et second cycle à Mopti, Abdoulaye Dicko a été envoyé à l’Ecole Centrale pour l’Industrie, le Commerce et l’Administration (ECICA) où il était sorti major de sa promotion avant de rejoindre la fonction publique notamment la douane en 2001 à travers un concours. Il a commencé sa carrière professionnelle au nord du Mali plus précisément à la direction régionale des douanes Gao- Tombouctou-Kidal. C’est de là qu’il a été envoyé à kossi puis à la direction des douanes de Ségou. Il a ensuite été muté à la brigade mobile d’intervention de Bamako, où il a passé quelques temps ; avant d’être affecté dans la région de Sikasso et à kati. Il est actuellement à la direction générale des douanes de Bamako, bureau principal de Faladjè, où il a été désigné le vendredi dernier , major de la promotion Sira Mallé 2018-2019 après sept mois d’apprentissage , au centre de formation et de perfectionnement des douanes, qui d’ailleurs porte le nom de l’inspectrice des douanes, Sira Mallé. Dans une interview qu’il a bien voulu nous accorder Abdoulaye Dicko nous édifie sur cette formation.


Afribone : Vous aviez été désigné major de la promotion 2018-2019, parlez-nous de cette formation, concrètement de quoi s’agit-il ?

Abdoulaye Dicko : Chaque année la direction générale des douanes met une quarantaine d’inspecteurs en formation pour perfectionner les connaissances préalablement acquises, c’est pourquoi on appelle ce lieu d’apprentissage : Centre de formation et de perfectionnement des douanes, afin que les douaniers puissent s’approprier des connaissances douanières préalablement acquises. Cette formation varie entre six à sept mois, elle porte sur une douzaines des matières dispensées exclusivement par les inspecteurs de classe exceptionnelle et également par les magistrats. Durant ces sept mois de formation, nous étions au centre de 8h à midi. Je précise que, cette formation ne concerne pas seulement les inspecteurs mais aussi les agents de concertation et les contrôleurs , chacun à son niveau est formé pour acquérir des nouvelles connaissances raison pour laquelle on parle du Centre de formation et de perfectionnement.

Toutes les matières auxquelles la douane touche ont été revue : de la procédure douanière qui est une matière, à la valeur en douane, au système harmonisé en passant par les régimes économiques, la politique douanière, le management des services douaniers, l’analyse et la gestion du risque, les règles d’origines, les accords et les conventions.

C’est donc une formation complexe, au cours de laquelle nous avons beaucoup appris. Aujourd’hui, nous ne pouvons que nous réjouir de cette formation, elle nous a permis de revenir sur les notions que nous avons oubliés ; en plus ,il n’est pas donné à tout le monde de se former dans ce centre et lorsque tu passes dans un tel centre tu ne peux que saluer cette initiative.

Afribone : Comment se fait la sélection ?

A. D : La sélection est un choix de la Direction Générale, qui oriente son choix vers les nouveaux c’est-dire ceux qui viennent de finir leurs études supérieures. Les sélectionnés sont envoyés vers le centre de formation et de perfectionnement des douanes par une décision du Directeur général des douanes.

Afribone : En tant que participant à cette formation quelles sont les difficultés que vous aviez rencontrées ?

A.D : Rien ne s’obtient dans la facilité, dans la vie quand on veut réussir ou progresser il faut forcément faire des sacrifices, il faut quelques fois se plier ou se faire souffrance pour atteindre ses objectifs. Je n’ai donc pas rencontré des difficultés concernant les cours mais plutôt par rapport aux déplacements.

Afribone : Quel a été le secret de votre succès ?

A.D : On ne peut être major d’une promotion d’agents de qualité que lorsqu’on se met au travail, lorsqu’on se sacrifie et quand on accepte brièvement d’être dans la peau des étudiants. Mon succès n’a d’autre secret que le travail ; je me suis rappelé des beaux moments passés sur le banc de l’école, je me suis dit que c’était un défis qu’il fallait relever et j’ai passé sept mois à apprendre.

Darcia
Bamako, le 18 Octobre 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés