Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actu...
Colonel Salif Traoré : « Il y a un certain nombre de choses qu’il faut éviter aujourd’hui...

Colonel Salif Traoré : « Il y a un certain nombre de choses qu’il faut éviter aujourd’hui. Nous allons commencer par les motocyclistes qui roulent sans casques »

Grâce à leur sens du patriotisme, et à leur civisme avéré, l’Agence nationale de la sécurité routière (ANASER), en partenariat avec le Conseil national de la jeunesse (CNJ) et la plateforme “Anw” se sont donnés comme objectif le soir du réveillon de sensibiliser la population des comportements abusifs entravant la sécurité des Bamakois. Ainsi du 31 décembre 2018 au 1er janvier 2019, une séance de contrôle mais aussi de sensibilisation des usagers de la route avait été de mise pour une fin d’année des moins meurtrières.

Dénommée « L’opération zéro accident », l’objectif était de sensibiliser les usagers au respect des règles de la circulation routière mais également au port du casque de protection par la distribution des dépliants. Cette caravane de sensibilisation avait eu lieu au carrefour du Palais de la Culture Amadou Hampâté Bâ où les organisateurs procédaient à des tests d’alcoolisme en veillant à la sécurité des usagers grâce à des contrôles routiers.

Le général Salif Traoré, présent pour l’occasion a lancé l’opération, accompagné du ministre de la Jeunesse et de la Construction Citoyenne, Amadou Koïta, du directeur général de l’ANASER, du président de l’association « ANW » Mahamadou kouyaté, du président du CNJ, Souleymane Satigui Sidibé et du chef d’escadron Mamadou Sidiki Konaté

Plusieurs automobilistes furent d’ailleurs arrêtés devant le ministre de la Sécurité pour conduite en état d’ivresse durant le test d’alcoolisme. Équipées de matériels idoines, les forces de sécurité n’ont ménagé aucun effort pour contrer des cas d’excès de vitesse et d’ivresse pour rappeler leur engagement en vue de la bonne marche des festivités.

Le débat sur le port du casque

Selon le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Salif Traoré : « C’est une belle initiative et je la félicite. Notre jeunesse a pris cette initiative qui consiste à faire en sorte que la joie de la fête ne se termine pas en deuil, c’est salutaire…Vous savez, il y a un certain nombre de choses qu’il faut éviter aujourd’hui. Nous allons commencer par les motocyclistes qui roulent sans casques.

C’est un danger. On n’a pas besoin de force pour ça, les gens doivent comprendre, et là vous avez vu des flyers avec l’ANASER pour les sensibiliser, pour leur montrer combien c’est important. Par rapport aux statistiques, 70% des accidents impliquant les engins à deux roues, sont soit tués par traumatisme crânien, ou de séquelles affreuses durant tout le reste de leur existence.

Les conséquences sont énormes. Le port du casque a toujours été un débat sans issu favorable au Mali. En dépit du décret pris en conseil des ministres le 19 septembre 2012, rendant obligatoire le port de casque, au Mali beaucoup de motocyclistes ne respectent pas la mesure. Le casque est pourtant essentiel à la sécurité des usagers.

Ainsi par cette déclaration, le ministre fait savoir l’importance du port du casque mais aussi la probable mise sur table de discussion de cette question alarmante toujours négligés par la population.

Aïssata Keïta

Bamako le 02 Janvier 2019

©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés