Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actualité
Congrès de la jeunesse Adema Pasj : Les manigances du Pr Tièmoko Sangaré

Premier responsable de l’unité et de la cohésion du parti, l’attitude du Pr Tièmoko Traoré est mise en cause dans les perspectives de la tenue du congrès de la jeunesse de l’Adema-Pasj prévu les 12 et 13 octobre prochains. Parmi les trois candidats déclarés pour la présidence du bureau devant être mis en place à l’issue des assises, Tièmoko Sangaré a déjà fait un choix. Il use et abuse de son influence pour que ce dernier soit aux commandes du bureau de la jeunesse du parti

Il s’agit de Ben Maouloud, premier adjoint au maire de Gao. Transitaire de son Etat, il est l’un des trois candidats déclarés pour la présidence du bureau national de la jeunesse de l’Adema-PASJ après le député Youssouf Aya de Koro et Ibrahim Haïdara de la section 5 du district de Bamako et l’actuel DG de la poste.

La candidature de Ben Maouloud de la section de Gao fait débat au sein de l’Adéma-Pasj non pas pour cause du soutien affiché des premiers responsables du bureau sortant qui, nous confie-t-on, veulent toujours avoir un pied dans les affaires de la jeunesse du parti en propulsant Ben Maouloud à la tête du nouveau bureau attendu, mais surtout pour cause de sonimplication personnelle pour la cause du président du parti Pr Tièmoko Sangaré.

Une campagne par téléphone depuis le siège du parti à Bamako-Coura

Contrairement aux deux autres candidats qui ont été à la rencontre des sections à l’intérieur du pays pour présenter leurs programmes à la jeunesse, Ben Maouloud a élu domicile le siège du parti à Bamako-Coura. Et tout se joue à partir de son téléphone portable : ‘‘Tous les cadres du parti sont avec moi’’, message de Ben Maouloud à l’endroit des responsables sections à l’intérieur du pays. Et le fait de siéger au siège du parti pour battre campagne (chose qui ne doit pas se faire) en est un argument pour lui.

Sans programme, et toujours selon des confidences, Ben Maouloud fait clairement savoir aux responsables des sections à l’intérieur du pays qu’il a la bénédiction des cadres du parti et est parvenu à dire qu’il a le soutien de certaines sections qui, à l’image de celles de Segou, Sikasso, Kayes, n’ont pas manqué à apporter des démentis catégoriques.

Selon des confidences Tièmoko Sangaré motive son soutien au candidat Ben Maouloud par le fait de mettre une figure du nord du pays à la tête de la présidence de la jeunesse pour dégager tout esprit discriminatoire au sein de la ruche. Une thèse qui ne convainc pas puisque, dit-on, les vraies raisons de ce soutien qui divise, sont connues de tous.

L’ombre de Bill plane

Entre le Pr Tièmoko Sangaré et l’actuel ministre de l’administration territoriale Boubacar Bah, il y a une guerre froide (Ne dites rien à personne surtout). Le premier doit son départ du gouvernementsur exigence du second qui, en tant qu’ami intime du président IBK, aurait conditionné son entrée dans l’équipe gouvernementale au départ de Tièmoko pour des raisons qui nous ignorons. Et le locataire ne pouvait que s’exécuter renforçant ainsi une rancune entre les deux cadres du parti Adema-Pasj. Cette guerre entre les cadres du parti a-t-il un lien avec le renouvellement du bureau de la jeunesse du parti. Bien sûr que oui !

Parmi les trois candidats déclarés pour la présidence de la jeunesse du parti, l’un est de la section 5 dirigée par Boubacar Bah. Ibrahima Haidara, il s’agit de lui. Il n’est pas que le candidat de la section 5, mais celui de l’ensemble des six communes du district de Bamako qui ont opté pour sa personne à travers un consensus. De ce fait, il a toutes les chances d’être porté à la présidence du parti. Ce qui n’arrangerait pas Tièmoko Sangaré de voir un proche de Bill à la tête du parti dont il est le président.

Il veut aussi quelqu’un de manipulable

Président du parti, Tièmoko Sangaré souhaiterait aussi voir à la tête du bureau de jeunesse du parti une figure qui aura très peu chose à lui refuser au moment des prises de décision. Et de ce fait, il ne pouvait que s’abattre sur le moyen faible des trois candidats qu’un Ben Maouloud qui, par paresse politique ou manque d’expérience, n’a pu battre campagne même dans son Gao natal.

La jeunesse du Parti divisée, les cadres aussi

Seule l’opinion n’est pas au courant de ce jeu trouble du Pr Tièmoko Sangaré. Au sein déjà de la ruche, les cadres sont divisés sur la question et nombreux d’entre eux (dont nous taisons les noms) n’ont pas manqué de faire de leur mécontentement rappelant que le Pr Tièmoko Sangaré devait rester neutre dans ce jeu et ne jouer qu’un rôle d’observateur.

En attendant, c’est la jeunesse du parti qui semble être le plus perdant. Appelée à la cohésion en tant que colonne vertébrale du parti, la jeunesse Adema-PASJ se voit ainsi divisée. Les trois candidats ont encore le temps de se parler et aller à un congrès sans frustration.

Affaire à suivre !
DjibiSamaké
La Sirène du 09 Octobre 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés