Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Crise politico-institutionnelle au Mali : La troïka devient le Mouvement du 5 juin, Rassemblement des Forces Patriotiques du Mali (M5-RFP)

La troïka (Cmas-Emk-Fsd) a animé ce lundi 8 juin 2020, au siège de la Cmas sis à Magnambougou Faso-Kanu, un point de presse. Il était question de faire l’après manifestation du vendredi 5 juin 2020 et des actions à mener au cours de la semaine avant le prochain rendez-vous qu’ils espèrent être la date fatidique pour Ibk et son régime. Ils ont rappelé à l’occasion que la troïka (Cmas-Emk-Fsd) devient désormais le Mouvement du 5 juin, Rassemblement des Forces Patriotiques du Mali (M5-RFP).

Issa Kao Djim de la Cmas a annoncé dans son intervention au cours du point de presse qu’une rencontre est prévue le jeudi 11 juin avec les autres formations politiques signataires du protocole d’accord pour la démission du président IBK afin de les intégrer dans les instances de prise de décisions. Antérieurement, il est aussi prévu des rencontres avec les autres forces vives de la nation à savoir les églises Catholique et Protestante, le Conseil national de la jeunesse, le Patronat, la chambre de commerce et d’industrie du Mali, la société civile et le Haut Conseil Islamique.

L’ancien ministre de la culture Cheick Oumar Sissoko en a profité pour recadrer les militants et sympathisants du M5-RFP contre la répression dont le journaliste de Radio Dambé Ibrahima Diawara a été victime lors de la dernière conférence du 30 mai 2020 suite à la question qu’il avait posée et que seuls les conférenciers étaient habilités à le répondre. « Si nous nous battons aujourd’hui, c’est pour redonner aux maliens la liberté de parole et d’opinion sans conséquence parce que ceux qui nous gouvernent, violent constamment ce droit chèrement acquis », a-t-il rappelé.

Il faut rappeler que depuis la manifestation du vendredi 5 juin 2020 réclamant la démission du président IBK et à part les incongrues du ministre de la communication porte-parole du gouvernement Yaya Sangaré et du président de l’Assemblée Nationale Moussa Timbiné, le principal concerné n’a pas placé un mot. Serait-il en train de jouer à la politique de l’autruche comme l’a prédit l’imam Mahmoud Dicko ? Pourtant l’imam Mahmoud Dicko lui a fortement déconseillé au risque de sortir par la petite porte.

Gabriel TIENOU
©AFRIBONE
Le 09 Juin 2020

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés